Le rôle de l’Iran dans l’escalade des violences au Liban et en Israël

Hamid-Reza Asefi, porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, a déclaré : « Nous allons attendre les résultats du sommet. Le G8 a le choix entre deux options : l’une, sage, consiste à suivre des recommandations raisonnables, l’autre est déraisonnable. » (3)

Par ailleurs, Ali Larijani, secrétaire de la Commission supérieure iranienne pour la sécurité et émissaire du Guide suprême d’Iran Ali Khamenei, chargé du dossier nucléaire, a effectué une visite surprise le 15 juillet 2006 en Arabie Saoudite pour discuter de « la situation au Liban et dans les territoires palestiniens, » transmettant une lettre du président iranien Ahmadinejad au roi saoudien Abdallah. (4) Il convient de noter que l’Arabie Saoudite est le plus critique des pays arabes envers le Hezbollah et de l’Iran.

Les 14, 15 et 16 juillet 2006, les médias iraniens, libanais et syriens ont publié des articles et des déclarations sur l’explosion du conflit entre Israël et le Hezbollah. Extraits :

Réactions iraniennes

Menaces du président iranien Ahmadinejad : L’invasion israélienne du Liban empiète sur le monde islamique

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a ajouté : « Si (les pays qui soutiennent Israël) ne révisent pas leur soutien au régime ou échouent à le renverser, qu’il sachent que cette colère se transformera en une énorme explosion qui ne se limitera pas à la seule région. » (5) Il a précisé que « l’invasion israélienne du Liban empiète sur (toutes) les nations de la région. » (6)

Le ministre iranien des renseignements menace : l’Iran va prendre pour cible tous les intérêts américains dans le monde.

Le ministre iranien des renseignements Gholam-Hossein Mohseni-Ezhei a déclaré, le 13 juillet, que « si l’Amérique ou tout autre pays attaque l’Iran, il mettra en danger ses intérêts et sa vie économique, politique et sociale », ajoutant : « Tout pays qui compte attaquer l’Iran doit savoir qu’il aura à payer un prix exorbitant. L’Amérique n’a pas le courage d’entreprendre une telle action contre l’Iran, sachant que nous menacerions tous ses intérêts vitaux. Les frontières géographiques de notre guerre contre les Américains ne se limiteraient pas au sol américain. Au contraire, nous prendrions pour cible les intérêts de ce pays partout dans le monde. » (7)

Le ministre iranien de la Défense : si le monde islamique entreprend une action militaire, Israël regrettera ses crimes.

Le ministre iranien de la Défense Mustafa Najar a déclaré que « le monde islamique considère l’Amérique comme (.) responsable des crimes d’Israël. L’Amérique a transformé la région en poudrière afin d’assurer la sécurité d’Israël et de prendre le contrôle des réserves de pétrole. »

Il a prévenu : « La poursuite des bombardements au Liban et l’éventuelle attaque de la Syrie n’apporteront rien au régime sioniste, mis à part des dégâts et des regrets (.) La victoire appartient à ceux qui, pour défendre leur religion et leur patrie, se tiennent mains nues, en hommes opprimés qu’ils sont, face à un régime équipé de l’arme atomique (.) Si le monde islamique entreprend une action sérieuse, Israël regrettera ses crimes. » (8)

Gholam-Reza Rahmani-Fazli, vice-secrétaire du Conseil national de sécurité iranien, a déclaré lors d’une réunion de hauts responsables du Basij dans la ville de Mashad que « le problème nucléaire iranien est le premier défi auquel doivent faire face l’Iran et l’Occident. » Il a affirmé que les « théoriciens américains » considèrent que « la deuxième guerre mondiale (sic) a éclaté », ajoutant que « l’Iran jouera un rôle déterminant dans une guerre de ce type. » (9)

Tehran Times : Le soutien à Israël mettra en danger le monde entier (.) et affaiblira l’économie mondiale.

Un éditorial intitulé « Israël pousse la région vers le chaos le plus complet », publié dans le Tehran Times, quotidien du ministère iranien des Affaires étrangères, affilié au Guide suprême Ali Khamenei, a prévenu les superpuissances que continuer de soutenir Israël « portera atteinte au monde entier, en renforçant la menace sur la sécurité mondiale et en affaiblissant l’économie mondiale. »

Le Tehran Times précise en outre que « l’attaque contre le Liban a déjà fait flamber les prix du pétrole, atteignant le seuil sans précédent de $78 par baril, » appelant les participants du sommet du G8 à « envoyer à Israël un message lui signifiant clairement de cesser sa course folle vers Armageddon. » Le quotidien ajoute qu’Israël ne pourra pas se permettre une longue guerre contre la résistance (le Hezbollah). Même les Etats-Unis, peut-on lire, ont été contraints de se retirer de Beyrouth au début des années 80, suite à l’attaque suicide du Hezbollah contre les Marines. (10)

Autres réactions et menaces
Hossein Shariatmadari, directeur du quotidien conservateur iranien Kayhan, affilié au Guide suprême iranien Khamenei, a déclaré, le 13 juillet 2006 : « L’attaque du Hezbollah (.) marque le début d’un nouveau chapitre dans la lutte contre Israël, qui modifiera l’équilibre régional des forces à l’avantage du monde islamique (.) Bien que le régime qui occupe Jérusalem dispose d’armes modernes, il s’agit d’un petit régime et d’une population peu nombreuse. De nouvelles attaques conduiront bientôt à l’annihilation de ce petit régime. » (11)

Le général Yaha Rahim Safavi, commandant des Gardiens de la Révolution, a accusé l’Amérique d’être à l’origine des attaques, celle-ci cherchant à faire oublier ses échecs en Irak, en Afghanistan, ainsi que l’échec de sa campagne de démocratisation du Moyen-Orient. (12)

Une source militaire iranienne : les Gardiens de la Révolution aident le Hezbollah.

Une source militaire iranienne proche de la direction des Gardiens de la Révolution a révélé au quotidien arabe londonien Al-Sharq Al-Awsat des détails concernant le rôle de l’Iran dans l’entraînement et l’armement du Hezbollah :

« Premièrement, en 1985, les Gardiens de la Révolution ont créé l’unité missile du Hezbollah, entraînée au Liban, à la base militaire du cheikh Ubeidallah dans le Beqa. Près de 2000 Gardiens de la Révolution se trouvaient à la base, qui leur servait de quartier général. (En 1989), à la fin de la guerre civile du Liban, quand l’Accord de Taif fut signé et que la plupart des Gardiens de la Révolution quittèrent le Liban, entre 150 et 250 (combattants) du Hezbollah furent entraînés par les meilleurs entraîneurs d’entre les Gardiens de la Révolution, qui restèrent au Liban.

Deuxièmement, un entraînement spécial (destiné aux combattants du Hezbollah) a été organisé en Iran, suivi jusqu’à présent par 3000 (combattants) du Hezbollah. Il comprend l’entraînement à la guérilla, au lancement de missiles sur des cibles précises, à l’artillerie, la conduite d’avions sans pilotes, de planeurs, de hors-bord, des techniques de guerre navale, et l’usage d’armes conventionnelles.

Troisièmement, ces trois dernières années, 50 pilotes ont été entraînés.

Quatrièmement, les Gardiens de la Révolution on établi 20 bases de missiles permanentes sur la bande qui longe la frontière israélienne. Ils ont aussi équipé le Hezbollah de bases mobiles, (c’est-à-dire) de camions de taille moyenne capables de porter et de lancer des missiles. Entre 1992 et 2005, le Hezbollah a reçu près de 11500 missiles et roquettes, 400 pièces d’artillerie de petite et moyenne portée, ainsi que des roquettes Aresh, Nuri et Hadid. L’année dernière, le Hezbollah a d’abord reçu une cargaison de grands missiles Uqab, munis d’ogives de 333 millimètres, et une énorme quantité de missiles anti-aériens SAM7, ainsi que des missiles C802, copiés sur les missiles chinois, dont deux ont été utilisés pour attaquer le bateau israélien avant-hier.

Le Hezbollah possède en outre quatre types de missiles surface-surface avancés :

1.. Les missiles Fajr d’une portée effective de 100 km.
2.. Les missiles Iran130 d’une portée effective de 90-110 km.
3.. Les missiles Shahin d’une portée effective de 150 km.
4.. Des roquettes de 335 millimètres d’une portée effective de 150 km.

La source affirme en outre qu’ « au Liban se trouvent 70 entraîneurs, experts et techniciens, ainsi que 60 agents de renseignements de Faylaq Qods (13), qui assistent l’unité missile du Hezbollah et sa direction locale. En outre, une unité secrète des Gardiens de la Révolution, comprenant 20 officiers, emploie des moyens avancés pour suivre le mouvement des forces israéliennes sur le terrain, et sélectionner des cibles en Israël. »

Cette source iranienne conclut : « Le Hezbollah n’a pas encore révélé l’ampleur (de son arsenal). Dans les jours à venir, si les attaques israéliennes sur le Liban se poursuivent, le Hezbollah stupéfiera le monde avec des armes qui choqueront le centre d’Israël. » (14)

Réactions libanaises
Une réunion début juillet entre le Premier ministre libanais Al-Siniora et le ministre iranien des Affaires étrangères Mottaki au sujet du programme nucléaire iranien.

Une source iranienne rapporte qu’une réunion intervenue début juillet entre le ministre iranien des Affaires étrangères Manucher Mottaki et le Premier ministre libanais Fuad Al-Siniora portait sur les activités du Hezbollah sponsorisées par l’Iran ainsi que sur le programme nucléaire iranien. Selon le rapport iranien, Al-Siniora a déclaré lors de la réunion qu’il était opposé à « une ingérence iranienne dans les affaires intérieures du pays. » Sur le problème nucléaire, Al-Siniora a dit : « Nous ne considérons pas que l’Iran doit obtenir (la capacité) nucléaire. » Les rapports mentionnent en outre qu’Al-Siniora a décidé de visiter Téhéran pour discuter avec le président Ahmadinejad. » (15)

Le secrétaire général du Hezbollah Nasrallah : Vous vouliez une guerre déclarée – c’est ce vers quoi nous nous allons.

Le Secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah, dans une allocution téléphonique donnée le 14 juillet, a déclaré que le conflit actuel est « la plus noble bataille de l’époque moderne – en fait, la plus noble bataille de l’histoire. » Il a en outre affirmé qu’il n’adresserait pas « un seul mot à la communauté internationale, puisque je n’ai jamais cru, même un seul jour, qu’il existait une communauté internationale. »

Il a poursuivi : « Les événements actuels ne sont pas à une réaction à l’opération des prisonniers, mais plutôt un règlement de comptes avec les gens et la résistance (.) Ainsi, aujourd’hui les sionistes mènent une guerre totale pour régler leurs comptes aux Libanais et au Liban (.) en représailles vengeresses aux événements du 25 mai 2000 (le retrait israélien du Sud Liban). »

Il a dit au peuple libanais : « Nous avons deux options (.) Soit nous nous soumettons aux conditions totales (des Israéliens), ce qui reviendrait à faire entrer le Liban dans l’ère israélienne et l’hégémonie israélienne – et en toute honnêteté telle est la véritable dimension de l’affaire -, soit nous nous montrons résolus (.) Lors de (l’opération) Raisins de la colère de 1996, ou de (l’opération) Règlement de comptes de 1993, les conditions étaient difficiles au début, mais aujourd’hui la situation est différente. »

S’adressant aux « sionistes », il a déclaré : « La bêtise et l’ignorance de votre nouveau gouvernement et de votre nouvelle direction ne tarderont pas à être révélées ; ils ne savent pas évaluer la situation et n’ont pas de réponse (.) L’équation a changé (.) Vous vouliez une guerre déclarée ; nous allons vers une guerre déclarée et nous y sommes prêts – une guerre totale, jusqu’à Haïfa et croyez-moi, au-delà de Haïfa, et par-delà l’au-delà de Haïfa. Les temps (anciens) sont révolus – l’époque d’avant 1982 et d’avant 2000. Ce temps-là est révolu. »

Aux dirigeants arabes, il a dit : « Ainsi, (vous dites que) nous sommes des aventuriers. Nous, au Hezbollah, sommes en effet des aventuriers, mais nous le sommes depuis 1982. Vous nous avez traités, et le monde avec vous, de fous, mais nous avons prouvé que c’est nous qui sommes doués de raison (.) »

Concluant son discours, Nasrallah a déclaré : « Les surprises que je vous ai promises auront lieu dès à présent. A ce moment même, au large de Beyrouth se trouve la frégate israélienne qui a attaqué nos infrastructures et nos habitations, notre peuple et nos citoyens. Regardez-la brûler, et couler, et avec elle des dizaines de soldats sionistes. Ce n’est que le début (.) » (16)

Le Premier ministre libanais Al-Siniora : un appel à un cessez-le-feu général et immédiat

Le Premier ministre libanais Al-Siniora a donné un discours le 16 juillet 2006, où il appelle à un cessez-le feu immédiat et général. En outre, Siniora a appelé à prendre des mesures pour étendre le contrôle du gouvernement à tous ses territoires, en coopération avec les Nations unies au Sud Liban. (17)

Autres réactions libanaises

Dans une interview d’Al-Arabiya, le leader druze libanais Walid Jumblatt a déclaré : « Les événements actuels au Liban s’inscrivent dans le cadre de la lutte entre la Syrie et l’Iran d’un côté, et Israël de l’autre. » Commentant les rapports sur la présence de combattants iraniens au Liban, il a dit : « L’Iran dit aux Etats-Unis : ‘(Si) vous voulez vous battre dans le Golfe ou frapper nos installations nucléaires, nous vous atteindrons chez vous, en Israël, et le champ de bataille sera naturellement le Liban (.)’

Le 14 mars 2005 a eu lieu (au Liban) une révolution (pour) l’indépendance, la fin du protectorat syrien et la (mise en place) de relations diplomatiques (entre la Syrie et le Liban). Nous avons insisté pour placer une frontière dans (les fermes de) Shaba, et je pense que la (réponse) syrienne s’est finalement fait entendre. Nous avons reçu une réponse de guerre. ‘Non’ pour tracer la frontière (entre les deux pays) et ‘non’ aux relations diplomatiques. Le régime syrien en veut (au Libanais et leur transmet le message suivant) : « Vous avez osé vous élever contre votre situation de protectorat syrien, alors voilà notre réaction. Notre réponse sera la destruction. » (18)

Samir Geagea, président de la branche exécutive des forces libanaises, a déclaré : « Les événements actuels au Liban dépassent de loin la question des prisonniers (libanais détenus en Israël) et les autres problèmes marginaux (.) Ils entrent dans le cadre du conflit régional qui oppose l’axe occidental américain d’un côté à l’axe irano-syrien de l’autre. » (19)

Walid Ido, député libanais de la faction Mustaqbal, a affirmé que « cette guerre ne se terminera pas tant qu’il n’aura pas été décidé que le Liban reprend toutes ses cartes et que, comme les autres pays arabes, c’est au Liban (de décider en toute souveraineté des problèmes relatifs à la guerre et à la paix. » (20)

Réactions syriennes
La Syrie menace de représailles illimitées en cas d’attaque israélienne

Le ministre syrien de l’Information Mohsen Bilal a déclaré le 16 juillet 2006 que « toute agression israélienne contre la Syrie déclenchera une réaction puissante et rapide, sans limite de durée ou de moyens. » (21)

Des éditoriaux de journaux gouvernementaux syriens ont critiqué les réactions des Etats arabes caractérisées, selon les auteurs, par le silence et le soutien indirect accordés à l’ »attaque israélienne ». Un éditorial d’Al-Thawra affirme : « Tandis que certains pays arabes propagent la culture de la défaite, les peuples arabes brandissent le slogan de la résistance et des sacrifices qu’elle entraîne. Il semble que les peuples (arabes) comprennent l’étendue de ces sacrifices et y sont bien plus prêts que leurs dirigeants ! Le temps est venu d’exprimer sa solidarité envers la résistance et de la soutenir, de croire en elle et de demeurer loyal envers ses objectifs. A présent, il n’y a rien d’autre à désirer que ce qui sert à la résistance. » (22)

Un éditorial du quotidien gouvernemental syrien Techrine affirme : « Avec la bénédiction des Américains, et avec le silence honteux et répréhensible des Arabes, Israël cherche à redessiner la carte de la région, en commençant par le Liban (.) Le silence (des pays arabes) prend la forme d’un complot manifeste qui voudrait poignarder la résistance dans le dos, eu lieu de (laisser) les Arabes (défendre) leurs vies et leur honneur. Le crime se poursuit alors que la région est en feu. Quand exprimerons-nous notre solidarité, si nous ne le faisons pas aujourd’hui ?! » (23)

Notes
(1) Consulter les précédents rapports de MEMRI sur le rôle de l’Iran dans l’escalade au Moyen-Orient sur www.memri.org/french (dépêches spéciales 1204, 1205 et 1206).
(2) Déclaration de Poutine ; IRNA (Iran), 14 juillet 2006.
(3) IRNA (Iran), 16 juillet 2006. L’Iran a recommandé dimanche au G8 de prendre des décisions raisonnables sur la question nucléaire. Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Hamid-Reza Asefi a fait ce commentaire lors de sa conférence de presse hebdomadaire, en référence au sommet du G8, qui s’est ouvert en Russie, à Saint-Pétersbourg, dimanche : il a dit que si le G8 adopte des décisions raisonnables, la République islamique d’Iran sera prête à toutes les négociations. »
(4) Tehran Times (Iran), le 16 juillet 2006.
(5) IRNA (Iran), le 16 juillet 2006.
(6) IRNA (Iran), le 14 juillet 2006.
(7) IRNA (Iran), le 16 juillet 2006,
http://www.irna.ir/fa/news/view/line-2/8504259863110433.htm .
(8) IRNA (Iran), le 16 juillet 2006,
http://www.irna.ir/fa/news/view/line-2/8504258298120402.htm .
(9) IRNA (Iran), le 15 juillet 2006.
(10) Tehran Times (Iran), le 15 juillet 2006.
(11)Kayhan (Iran), le 16 juillet 2006,
http://www.kayhannews.ir/850425/2.htm#other200 .
(12)Iran Daily (Iran), le 16 juillet 2005.
(13) Faylaq Quds est une force spéciale appartenant aux Gardiens de la Révolution qui opère en Irak
(14)Al-Sharq Al-Awsat (Londres), le 16 juillet, 2006.
(15) Agence de presse Aftab, le 3 juillet 2006,
http://www.aftabnews.ir/vdcirzat1yav5.html .
(16)Al-Mustaqbal (Liban), le 16 juillet 2006.
(17)Al-Mustaqbal (Liban), le 16 juillet, 2006.
(18) Agence de presse libanaise, le 16 juillet 2006.
(19)Al-Mustaqbal (Liban), le 15 juillet 2006.
(20)Al-Mustaqbal (Liban), le 16 juillet 2006.
(21)Agence de presse arabe syrienne, le 16 juillet 2006.
(22)Al-Thawra (Syrie), le 16 juillet 2006.
(23) Techrine (Syrie), le 15 juillet 2006.

Faycal Souteï 18/7/2006

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 291 vues

Tous les articles de Faycal Souteï

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Non classé

 

Comments are closed. Please check back later.