Qui est le Hezbollah ?

Historique :

- 1979 : des gardiens de la révolution iranienne, les Pasdarans, débarquent au Liban pour exporter la révolution iranienne et sont accueillis dans les camps d’entraînement militaire érigés à cet effet.
- 1983 : deux élèves de ces camps sont promus « martyrs » à l’occasion d’attentats suicides visant des bases américaines et française à Beyrouth.
- 16 février 1985 : naissance officielle du Hezbollah.

Actes terroristes :

De nombreux actes terroristes ont émaillé l’existence de ce mouvement. Les enlèvements de soldats ou de civils sont une spécialité du Hezbollah. Le sort des otages est parfois caché des années durant, voire pendant des décennies. Le plus célèbre kidnappé en Israël est Ron Arad, aviateur israélien capturé en 1986 et dont on est sans nouvelle depuis.

- 1982 : enlèvement de David Dodge, vice président de l’Université américaine de Beyrouth.
- 1983 : enlèvement de William Buckley, chef de la CIA à Beyrouth puis assassinat. Ses restes sont retrouvés le 27 décembre 1991 dans la banlieue sud de Beyrouth.
- 1985 : quatre français enlevés : Marcel Carton, Marcel Fontaine, Jean Paul Kauffmann, Michel Seurat. Ce dernier fut exécuté. Le journaliste américain Terry Anderson est détenu pendant 7 ans.
- 1986 : six français enlevés dont quatre journalistes d’Antenne 2, etc.

Attaques suicides et attentats terroristes :

- 18 avril 1983 : attentat-suicide au camion piégé contre l’ambassade américaine à Beyrouth : 63 morts, 120 blessés.
- 23 octobre : explosion simultanée de deux camions piégés devant les casernes des « marines » américains et de l’armée française à Beyrouth : 241 marines US et 56 parachutistes français sont tués.
- 21 décembre : attaque contre des soldats français de la FINUL : 10 morts dont un français.
- 1984 : explosion par camion piégé de l’annexe de l’ambassade américaine à Beyrouth : 16 morts.
- 1992 : explosion de l’ambassade d’Israël en Argentine : 29 morts, 242 blessés, etc.

En France :

Entre décembre 1985 et septembre 1986, 13 attentats (dont 2 avortés) à Paris font au total 13 morts et plusieurs centaines de blessés. Toutes les pistes remontent au Hezbollah et à l’Iran.

Détournements d’avions, bombardements et tirs.

De nombreuses actions sont revendiquées dans ces domaines. D’autre part, il est établi, à la suite des saisies effectuées par l’armée israélienne dans les bureaux de l’autorité palestinienne, que l’action de Téhéran, de Damas et du Hezbollah sont présentes et actives dans le terrorisme palestinien.

Mai 2000 : retrait israélien du sud-Liban.

Entré au Liban en 1982 pour y chasser l’OLP qui le bombarde sans relâche, Israël se retire partiellement en 1985 en maintenant une zone-tampon au sud-Liban. En mai 2000 le retrait israélien est total et le Hezbollah prend possession du sud-Liban. Le Hezbollah n’a plus le prétexte de la présence israélienne au Liban, ce qui ne l’empêche pas de tirer des obus et des missiles pour bombarder le nord d’Israël.

Un loup déguisé en agneau

Depuis l’élection de Mahmoud Habbas, le Hezbollah tente de faire déraper le processus en cours entre israéliens et plestiniens. Il cherche néanmoins à masquer ses activités terroristes et ses buts hégémoniques en s’infiltrant de façon plus douce dans la société libanaise :

- grâce à la prodigalité de l’Iran, il dispense des aides sociales abondantes et assied ainsi son emprise sur la société libanaise.
- le Hezbollah est entré au parlement depuis 1992.
- il endoctrine d’autre part quotidiennement les libanais et le monde arabe grâce à sa chaîne de télévision Al-Manar. La diffusion de cette chaîne de télévision avait même été autorisée par le CSA français : le combat mené par Rudy SALLES a permis de mettre un terme à la diffusion de ce programme en France.

Un discours de guerre

- novembre 2002 : « la nation islamique a recommencé à utiliser les attaques suicides ; sans ces attaques, la lutte n’a aucun sens (…) Nous devons diffuser l’idée de la mort pour suivre la voie d’Allah et des actions suicidaires pour la lutte de la nation islamique afin de protéger notre terre » (déclaration Nasrallah dans le journal du Hezbollah le 15 novembre 2002).
- mai 2003 : Nasrallah appelle les palestiniens à continuer d’utiliser un langage de guerre et à poursuivre l’intifada et les opérations suicides : « la guerre du jihad contre l’entité sioniste durera tant que cette tumeur cancéreuse (Israël) ne sera pas extirpée ».
- juillet 2004 : Nasrallah déclare officiellement que son organisation soutient concrêtement le terrorisme palestinien.

Où a-t-on vu un groupe parlementaire posséder 12.000 missiles dont l’ordre de tir ne dépend pas de l’Etat, mais de pays étrangers ? Existe-t-il au monde un « parti » représenté au parlement qui a la capacité de frapper partout dans le monde et qui commet des attentats à l’étranger ? Quel groupe parlementaire s’est spécialisé dans l’enlèvement de soldats et de civils ? Quel groupe parlementaire finance des terroristes pour commettre des attentats suicides à hauteur de 100.000$ par acte ?

Les libanais et l’autorité palestinienne accusent.

- Jubran Tweini, directeur d’un des plus grands quotidiens libanais (Al-Nahar) accuse Nasrallah d’ingérence dans les affaires palestiniennes. Son avis est représentatif de celui de la majorité des libanais.
- Mahmoud Habbas, président de l’Autorité palestinienne, a envoyé en février 2005 des émissaires au Liban pour tenter de stopper l’action nocive du Hezbollah.
- L’autorité palestinienne a mis sur pied un comité chargé du contrôle des transferts bancaires du Hezbollah aux éléments terroristes palestiniens (après avoir intercepté des correspondances prouvant ces transactions).
- Des menaces de mort ont été émises par le Hezbollah à l’encontre de Mahmoud Habbas en février 2005.

Rôle de l’Iran et de la Syrie.

Unis contre Israël, ces deux pays se servent du levier du Hezbollah comme d’un bras armé pour maintenir les tensions. Ces deux régimes autoritaires n’ont rien à gagner d’un processus de démocratisation et de paix dans les territoires palestiniens. L’Iran fournit l’idéologie islamiste radicale, de gros moyens financiers et des armes, soutenant les organisations islamistes palestiniennes. La Syrie est un intermédiaire entre l’Iran et le Liban. C’est une base arrière par laquelle transitent les armes venues d’Iran. Damas abrite les bureaux des groupes terroristes libanais et palestiniens.

Le Hezbollah : menace à la stabilité régionale.

Le 10 mars 2005, le parlement européen a adopté une résolution dans laquelle il demande à la Syrie de ne tolérer aucune forme de terrorisme, y compris l’appui à l’activité du Hezbollah ainsi que d’autres groupes armés, et il considère qu’il existe des preuves irréfutables de l’action terroriste du Hezbollah et qu’il convient que le Conseil prenne toutes les mesures qui s’imposent pour mettre un terme à cette action.


http://www.rudy-salles.com/article.php3?id_article=682

22/7/2006

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

896 vues

Tous les articles de

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Non classé

 

Comments are closed. Please check back later.