Revue de Presse Israélienne du Congrès Juif Européen

1.La manchette(dans tous les quotidiens): Israël accepte d’interrompre pendant 48 heures ses raids aériens contre des positions au Liban.

En sous-titres : les journaux précisent que l’armée de l’air pourra continuer à bombarder des lanceurs de roquettes et pourra épauler des opérations menées par les forces terrestres.

Les journaux indiquent que cette décision, adoptée à la demande de Condoleeza Rice et des Américains, doit permettre à Israël de se dégager quelque peu de la pression internationale lourdement ressenti depuis le bombardement contre l’immeuble dans le village de Kana qui a fait quelques dizaines de morts, coté libanais.
Maariv: Ehud Olmert promet que l’opération israélienne se poursuivra.

A la une :

Plusieurs photos du bombardement israélien contre l’immeuble de Kana.

Haaretz (légende d’une photo): Israël a accepté de coordonner avec l’ONU un délai de 24 heures au cours duquel les habitants du Sud -Liban pourront quitter la région des combats.

Yediot Aharonot : Autre drame, celui de Kiriat Shmona qui a essuyé pour la seule journée d’hier 98 roquettes de katiouchas. C’est un record et la ville frontalière a vécu hier la journée la plus difficile de son existence depuis toujours, y compris depuis les périodes qui ont précédé la première guerre du Liban en 82.
Un civil a été sérieusement touché. Il s’agit du correspondant dans le Nord du quotidien Haaretz, Youval Azoulay .

Maariv: L’opération terrestre israélienne s’élargit sur le front oriental. Des soldats du contingent opèrent actuellement, de l’autre coté de la frontière, face à la localité de Mettula.

Maariv:
L’armée libanaise a tiré sur un hélicoptère de Tzahal dans la région de Baalbek dans la Bekaa libanaise. L’hélicoptère n’a pas été touché et a riposté. Le journal rappelle aussi que Tzahal mobilise des dizaines de milliers de réservistes et que plus de 100% d’entre eux ont répondu présent à l’ordre de mobilisation qu’ils ont reçu à peine vendredi.

Maariv: Un objecteur de conscience Amir Fester a refusé de s’enrôler dans une unité qui devait rentrer au sud Liban et il a immédiatement écopé de 28 jours de prison militaires : « Cette guerre est stupide » a-t-il déclaré et ce bien qu’il soit lui-même un ancien camarade de classe d’Ehud Goldwasser , l’un des deux soldats kidnappés au Liban.

2. Les pages intérieures

Tous les quotidiens : Plusieurs pages sont consacrées au tirs de Tzahal sur l’immeuble de Kana qui a coûté la vie à 57 libanais(selon le Yediot Aharonot ) dont de nombreux enfants. La presse israélienne publie des photos de corps recouverts de draps ou de parents portant dans leur bras leurs enfants morts et relate les faits en comparant ce drame à celui qui s’est produit, il y a un peu plus de 10 ans, dans ce même village de Kana. C’était durant l’opération « Raisins de la colère », en avril 1996. A l’époque, un obus israélien s’était abattu sur un camp de l’ONU dans lequel s’étaient réfugiés des civils libanais et en avait tué près d’une centaine. Shimon Peres était à l’époque Premier Ministre et cette bavure l’avait contraint à cesser le feu.

D’ailleurs hier soir, c’est sur une proposition de Shimon Peres qu’Olmert a décidé de suspendre les bombardements pendant 48 heures.

Tous les quotidiens: Que s’est-il passé dans la nuit de samedi à dimanche à Kana ? Les journaux expliquent que le Hizbollah se sert de la population civile du Sud-Liban comme d’un bouclier humain. Ils montrent des photos prisent par la chasse aérienne israélienne qui prouvent que les lanceurs de katiouchas tirent leur missile en direction du territoire israélien et vont ensuite se cacher sous des immeubles tels que celui qui a été bombardé par Tzahal et ce en sachant pertinemment que dans ces immeubles se trouvent des civils qui risquent leur vie.

Les journaux citent également des responsables de l’armée de l’air israélienne qui ont reconnu avoir tiré sur cet immeuble mais qui expliquent que le bâtiment ne s’est effondré que 7 heures après le bombardement israélien. Celui-ci s’est produit, samedi soir vers minuit, et le bâtiment ne s’est effondré qu’à «7 heures le lendemain matin : « Il est possible affirme le général Amir Eshel de l’armée de l’air, que le Hizbollah ait dissimulé des charges d’explosifs dans cet immeuble et que c’est leur explosion qui a finalement provoqué son effondrement ». Les responsables de l’armée précisent également que des tracts ont été lancés, la semaine dernière, par Tzahal au-dessus de Kana, pour prévenir ses habitants des bombardements et pour leur demander de se replier vers le nord du pays.

Les quotidiens israéliens se font l’écho des protestations au Liban, dans le monde arabe et au sein de la communauté internationale suite à cette attaque.

Maariv : Même le soutien inconditionnel de Tony Blair et de Georges Bush envers Israël paraît moins tranchant qu’avant ce développement.

Yediot Aharonot : Condamnation sans appel de Kofi Anan contre Israël

Maariv : Au Kosovo, plus de 2000 civils avaient été tués lors des bombardements de l’OTAN en 1999 et que cela n’a pas suscité de condamnation de la part des Nations- Unies !

Maariv : Le Hamas et le Hizbollah menacent de se venger.

3. Les commentateurs israéliens

Yediot Aharonot : Zohir Andreos : « Après cette bavure, les règles du jeu se sont modifiées. C’est le Hizbollah qui va en tirer profit. Mais ce journaliste arabe israélien fait un amalgame : « C’est un jour noir pour le peuple juif qui a vécu la Shoah et qui y a survécu » écrit-il.

Yediot Aharonot : Simha Kadmon : « C’est exactement le scénario de Kana dont rêvait Hassan Nassarala: il voulait que le monde entier montre des photos d’enfants morts tués par l’armée israélienne. Tzahal, profondément embarrassé est tombé dans le piège qu’il devait éviter. Mais nous ne devons pas oublier que Nassarala veut, a travers ces images que le monde oublie que c’est lui qui a déclenché le conflit et que c’est lui qui a poussé un million d’Israéliens dans les abris depuis près de trois semaines. Alors il ne faut pas que ce drame marque un tournant. Ce serait le scénario le plus terrible pour Israël ».

Yediot Aharonot: Le commentateur militaire Alex Fishman, avoue ne pas comprendre le décision, annoncée hier soir, de suspendre les bombardements pendant 48 heures: « Cette étrange décision d’Olmert freine le processus d’effritement du Hizbollah et de facto, entame une procédure de cessez-le-feu dans les conditions les moins favorables pour Israël. De facto, le Hizbollah continue à tirer sur Israël et c’est Israël qui cède sous la pression », écrit Fishman.

Haaretz: Zeev Schiff ne semble pas, pour sa part préoccupé par la décision israélienne: selon lui, malgré cette suspension des bombardements, Israël n’a pas l’intention d’interrompre ses combats et refusera toute proposition de cessez-le-feu sans condition, et immédiat. En fait, Israël a accepté la proposition américaine de réduire au minimum les bombardements sur Beyrouth mais à condition que le Hizbollah n’élargisse pas ses tirs vers le centre d’Israël ».

Haaretz : Amos Harel et Avi Issaharov admettent comme leurs confrères que la bavure de Tzahal intervient au meilleur moment pour Hassan Nassarala. Ils citent le chef d’état-major qui admet qu’il lui reste après Kana moins de temps que prévu pour faire la décision face au Hizbollah.

Maariv : Ben Caspit suggère au Premier Ministre une proposition de discours qu’il pourrait adresser aux Nations du monde après les développements d’hier.

En voici quelques extraits :

« Messieurs les leaders des Nations. Face aux images de Kana, le monde s’émeut et il n’y a pas de consolation possible face à un tel drame. Mais pourtant, malgré cela, je vous regarde droit dans les yeux et je vous dis fermement: « L’Etat d’Israël poursuivra cette opération au Liban. Tzahal continuera à bombarder des positions d’où le Hizbollah tire en direction de son territoire, de ses hôpitaux et de ses maisons de retraite. Tout site d’où des missiles sont tirés vers Israël est une cible légitime. Vous pouvez nous juger, nous condamner, nous excommunier, et nous insulter. Mais personne n’a le droit de nous tuer…

Qu’est-ce qu’Israël a gagné à se retirer du Sud-Liban puis de la bande de Gaza ? Avons-nous bénéficié d’un instant de répit ? Après que le Premier Ministre Barak ait proposé un règlement à Camp David, nous avons eu droit à l’Intifada et à ses 1000 morts civils israéliens, hommes femmes et enfants. Avez-vous oublié le massacre de l’hôtel Park, le soir de Pessah. Je n’ai pas entendu alors vos condamnations! Peut-être est –ce parce que nous ne vous avons pas laissé filmer de près, les corps des victimes.

Mais c’est ainsi chez nous, on ne brandit pas des corps face aux caméras. On prend le deuil dans la douleur et en silence. Nous ne dansons pas non plus sur les toits en voyant les corps des enfants de nos ennemis. Alors aujourd’hui, je me tiens devant vous, et devant le monde entier, et je vous regarde dans les yeux : je ne m’excuse pas. Je ne cèderais pas. Je ne me plaindrais pas. Car le combat que nous menons est le combat pour notre liberté. Et sachez que c’est également votre combat. J’espère que vous le comprendrez. Car sinon vous risqueriez de le regretter ensuite et ce serait alors trop tard ».

Shirley Loral 31/7/2006

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 595 vues

Tous les articles de Shirley Loral

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Non classé

 

Comments are closed. Please check back later.