Diplomatie : confusions et nuances

S‘il a évoqué les soldats israéliens kidnappés en territoire israélien où ils patrouillaient près de la frontière libanaise au début de la crise actuelle, ce qui est à la fois normal et louable, il renvoie dos à dos ces trois jeunes gens – sans que nous puissions ne pas mentionner leurs camarades assassinés lors de cette ambuscade – et « les soldats libanais en Israël » dont il réclame aussi la libération…sans doute voulait-il dire les terroristes du Hezbollah en prison en Israël pour cause d’attentats, car aucun soldat libanais, appartenant à des forces libanaises régulières qui ne se sont jamais déployées en Hezbollahland en dépit de la Résoltion 1559 de septembre 2004, n’est détenu en Israël.

Autre confusion, mais celle-là est entretenue désormais par un gouvernement libanais à la merci d’ influences étrangères, au mépris de cette même résolution. En effet, Philippe Douste-Blazy estimait qu’Israël doit « rendre les Fermes de Sheba au Liban », à qui ces trois ruines de bergeries abandonnées depuis des lustres n’ont jamais appartenu. C’est l’ONU qui le dit puisque cette institution, pas franchement pro-israélienne, a reconnu qu’Israël s’était retiré de la totalité du Liban !

Donc il faut rendre au Liban ce qui ne lui appartient pas mais appartient à la Syrie pour faire plaisir au Hezbollah.
Enfin, le journaliste lui ayant parlé de ses contacts avec le Hezbollah, le ministre des Affaires étrangères démentait disant qu’il avait eu des contacts avec le Président du Parlement libanais « qui peut avoir des contacts avec tel ou tel mouvement… »

Certes. En effet, Nahbi Berri, « prosyrien et chiite, » a été reconduit à ce poste il y a un peu plus d’un an avec le soutien d’un chef sunnite, d’un chef chiite et…du Hezbollah. Le Monde, entre autres, le précisait :

http://www.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/acheter.cgi?offre=ARCHIVES&type_item=ART_ARCH_30J&objet_id=907837

Donc il est vrai que notre ministre n’a pas eu de contacts directs avec le Hezbollah.

Sur CNN, d’ailleurs, le ministre de la Justice libanais Charles Rizk, pas mal contesté chez lui par ses juges, notamment pour sa mollesse concernant le poids du Hezbollah et autres mouvances militantes chiites dans le système judiciaire libanais, –
http://www.tribune-libanaise.com/tribune/article.php3?id_article=52 -, disait, sans rire, « ne pas avoir de contacts particuliers avec le Hezbollah, » alors que deux des ministres du gouvernement auquel il appartient sont membres de l’organisation terroriste…

Hélène Keller-Lind 31/7/2006

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 444 vues

Tous les articles de Hélène Keller-Lind

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Non classé

 

Comments are closed. Please check back later.