La substance du terrorisme

Le 21 août, évoquant les inculpations de présumés terroristes en Grande-Bretagne, la présentatrice du JT du 20h de France2 ironisait : cela donnait  » un peu de substance  » aux accusations portées jusqu’ici disait-elle.

Or, au cours d’une conférence de presse à Londres Peter Clarke, chef de la section anti-terroriste de la police londonienne, donnait une quantité de détails probants, précisant que s’il n’avait pu le faire plus tôt et s’il ne pouvait être plus explicite c’est tout simplement que cela n’était pas possible dans l’intérêt même de l’enquête. Une enquête qui, dit-il,  » est loin d’être terminée et dont l’ampleur va être énorme. Et des enquêtes seront menées sur la totalité du globe.  » Il faut rappeler, à cet égard, que les arrestations du 10 août se sont faites dans la foulée de l’arrestation au Pakistan d’un sujet britannique installé dans une petite ville du Punjab depuis 4 ans. Selon une enquête du New York Times publiée par l’International Herald Tribune, son épouse appartiendrait à une famille proche de  » l’extremisme sunnite  » et aurait  » un lien avec le meurtrier du journaliste Daniel Pearl.  » http://www.iht.com/articles/2006/08/21/news/rauf.php

Substance

Et de la substance, il y en avait bel et bien et ni John Reid, ministre de l’Intérieur travailliste du Royaume-Uni, ni Peter Clarke, n’avait en rien exagéré lorsqu’ils avaient indiqué dès le départ qu’un mega attentat se préparait. Nicolas Sarkozy, pour sa part, avait bien pris la mesure de la menace lorsqu’il déclarait avec son homologue britannique le 17 août dernier : «  nous sommes menacés à tous les niveaux : individus, sociétés, nations et Union européenne,  » rappelant notamment les nécessités d’une  » coopération internationale et la vigilance de nos concitoyens. « 

Peter Clarke faisait état de surveillance  » vidéo et audio importante et très significative  » conduite pendant des mois avant les arrestations du 10 juillet en Grande-Bretagne et la mise en place de mesures de sécurité draconiennes dans les aéroports britanniques.

Et, depuis ces arrestations, il y a eu quelque «  69 fouilles…dans des maisons, des appartements, des commerces, des véhicules et dans des terrains.  » Des fouilles qui ont permis de saisir : «  du matériel pour fabriquer des bombes, 400 ordinateurs, 200 téléphones portables, 8.000 cartes d’extension de mémoire, des CDs, des DVDs.  » Peter Clarke précisait que d’ores et déjà  » 6.000 gigaoctets de données ont été extraits des ordinateurs  » et qu’il faudra  » plusieurs mois pour analyser  » tout ce qui a été trouvé…car  » tout le sera.  » Et il faudra  » des milliers d’analyses et de comparaisons médico-légales.  » Portant, entre autres, sur  » des empreintes digitales, d’ADN, des études graphologiques, des substances chimiques, des données électroniques. « 

Tous les inculpés sont musulmans

Ce 21 août à Londres, au cours de cette conférence de presse, Susan Hemming, directrice de la Section anti-terroriste des Services du Ministère Public – qui décide de l’opportunité ou non de porter une affaire devant les tribunaux – donnait le nom des onze personnes inculpées dans un premier temps. Onze autres restant pour l’heure en détention pendant que les enquêtes les concernant se poursuivent. Un juge pourrait décider le 23 août de prolonger leur détention si nécessaire.

Huit inculpés, tous musulmans, sont accusés d’avoir voulu introduire des explosifs à bord d’avions pour les y assembler et les faire exploser et sont donc inculpés de tentative de meurtre et de terrorisme.

 » Un jeune homme de 17 ans,  » mineur dont l’identité n’est pas donné, est accusé d’avoir été en possession de matériel permettant de préparer un attentat terroriste, dont «  une carte d’Afghanistan contenant des informations pouvant servir à quiconque voudrait commettre ou préparer un attentat suicide,  » ainsi que des «  testaments  » de bombes humaines.

Deux autres personnes sont accusées de ne pas avoir prévenu les autorités que des attentats terroristes se préparaient. L’une d’elles, une jeune femme de 23 ans, mère d’un bébé de 7 mois, est Cossar Ali, l’épouse d’un des inculpés.

Une autre femme a été relâchée sans être inculpée.

Détermination

Peter Clarke ajoutait enfin que, mis à part cet énorme projet de mega attentat,  » d’autres menaces terroristes continuent à être étudiées  » par les Services de la police  » avec les Services de Sécurité, entre autres.  » Et il réitérait leur détermination, tout en précisant qu’il était conscient que «  nous traversons une période difficile pour toutes les communautés « …  » mais que nous ne pouvons ignorer les réalités auxquelles nous sommes confrontés.  »

Il faisait là clairement référence aux réactions de responsables musulmans britanniques. Notamment une lettre ouverte à Tony Blair, publiée le 12 août par 38 associations musulmanes, trois des quatre députés musulmans travaillistes et trois des quatre membres musulmans de la House of Lords. Ils y mettaient en cause  » la politique étrangère actuelle du gouvernement britannique,  » qualifiée «  d’injuste  » et qui contribuerait ainsi au recrutement de «  terroristes potentiels.  »

Ce à quoi le ministre britannique des Transports, Douglas Alexander, répliquait que  » rien ne justifie le type d’acte que préparent les terroristes.  » Margaret Beckett, ministre des Affaires étrangères, disait que rendre la politique extérieure britannique responsable des attentats terroristes était  » la plus grave des erreurs.  » Quant à John Reid il dénonçait  » une erreur de jugement considérable  » de la part de ceux qui pensent pouvoir influer ainsi sur la politique britannique. Et affirmait :  » ce n’est pas la manière britannique de faire les choses. C’est là l’antithèse de nos valeurs essentielles. Nous prenons des décisions de manière démocratique ici, et pas sous la menace du terrorisme. « 

A l’issue d’une rencontre organisée après la publication de cette Lettre ouverte avec des dirigeants musulmans Ruth Kelly, Secrétaire aux communautés, déclarait ne pouvoir accepter que la politique britannique soit dictée par un petit groupe, ajoutant : «  j’accepte le fait qu’il y a beaucoup de colère et de frustration dans cette communauté, mais qui doit s’exprimer de la manière qui convient et par un processus démocratique.  » Au cours de cette rencontre certains dirigeants ont réclamé des jours de congé pour les fêtes religieuses musulmanes et l’application des  » lois familiales musulmanes aux Musulmans.  » Cela laisse quelque peu rêveur…

Dans un sondage conduit pour The Guardian et publié le 22 août. Ce sont 72 % des Britanniques sondés qui estiment que c’est la politique menée par le gouvernement de Tony Blair en Afghanistan et en Irak qui fait que la Grande-Bretagne soit la cible du terrorisme. http://politics.guardian.co.uk/conservatives/story/0,,1855568,00.html

Pourtant 31 % des sondés soutiennent toujours un Parti Travailliste en baisse. The Guardian note toutefois que cette baisse viendrait peut-être du fait que Tony Blair n’ait pas interrompu ses vacances dans les Antilles britanniques pendant la crise. Quant au Parti Conservateur, sa côte de popularité remonte à 40 %.

Quoi qu’il en soit, si une majorité de Britanniques voient un lien entre politique extérieure et menace terroriste, cela ne veut pas dire pour autant qu’ils estiment qu’il faut céder au chantage terroriste et encore moins qu’ils justifieraient les attentats comme semblent le faire les instances représentatives ou leaders musulmans qui se sont exprimés.

Et, en ce qui concerne certains signataires de cette Lettre, il faut souligner qu’ils sont connus pour leur incitation anti-occidentale.

Hélène Keller-Lind 23/8/2006

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 155 vues

Tous les articles de Hélène Keller-Lind

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Non classé

 

Comments are closed. Please check back later.