Vrai et faux islam

C'est ce qu' a bien vu Ayan Hirsi Ali, dont on ne voit pas au nom de quoi on pourrait énoncer quelle "méconnaît " l'islam alors qu'elle a vécu, dans sa chair en propre, l'islam réel, et non pas l'islam fantasmé ou révolu : le fait que les femmes mangent, séparées des hommes, reste une réalité incontournable par exemple, même si elle est terre à terre, et il est trop facile de placer cette pratique dans une dimension culturelle tribale ou de s'en référer à l'histoire du judaïsme et du christianisme : d'ailleurs, si l'islam était supérieur théologiquement à ces deux religions sur la question des femmes cela se saurait… Ayan Hirsi Ali, a parfaitement compris l'essence de l'islam qu'exprime, intégralement, l'islamisme, d'où le désir de celui-ci d' en restaurer l'espace-temps supposé éternel.

Le "vrai" islam, celui du commencement, l'islam réel et non fantasmé,n'est évidemment pas celui des musulmans européens, mais celui que veulent en effet vivifier les islam(istes) y compris leurs tendances moins totalitaires, mais majoritaires dans certains pays… ( Arabie, Palestine désormais, Algérie -s'il n'y avait pas la répression des généraux, les Kabyles et certains arabophones laïcs, ce qui ne veut pas dire athée-, sans oublier sa version shiite, l'Iran, etc…).

Car ces islam(istes), ne veulent pas voir leur doctrine se transformer en mystique, en métaphysique, bref se judéo-christianiser (séparation du temporel et du spirituel) alors que, dès le départ, le Calife est Commandeur des Croyants (d'où la non existence d'une hiérarchie ecclésiastique dans le sunnisme etc…). Ce qui implique, au contraire, une étroite corrélation pratique et pas seulement théorique ou ontologique entre spirituel et temporel (du côté chrétien Léo Strauss regretta cependant ce manque dans la modernité, de même, mais sur un plan plus politique, Heidegger… puisque celui-ci crut voir une pratique nouvelle articulant les deux dimensions dans l'épaisseur existentielle du…national-socialisme…).

Certains prétendent donc être en lien direct avec un "autre" islam, un islam qui n'est pourtant pas au pouvoir, nulle part, sinon dans leur imagination, fertile, il est vrai, un islam qui ne condamnerait pas à mort au gré des bombes errantes.

Or, non seulement ces adeptes d'un "autre islam" se considèrent eux-mêmes, en fin de compte, plus musulman que les islamistes, mais ils accusent ceux qui critiquent l'islam de l'aborder "comme les islamistes", c'est-à-dire de façon "littérale"…

Seulement, la réalité ne consiste pas à se satisfaire de ce sophisme, car il s'agit de se demander si, dans ce cas, ces "meilleurs" musulmans ne basculent pas dans une logique interprétative et donc métaphysique, bref dans un "protestantisme" qui, en effet, fait d'eux des "déviants" non seulement du point de vue islamiste, mais aussi d'un Boubaker…

En fait, en ces temps de confusion, il est nécessaire de rappeler d'une part qu'il n'existe pas de libre arbitre dans l'islam. Par exemple Averroès, mis souvent en avant par nos hyper musulmans, n'a fait que s'insurger contre le libre arbitre comme l'a démontré Thomas d'Aquin dans son " Contre Averroès" (traduction de Libéra, Garnier-Flammarion). En effet, pour Averroès, " l'homme ne pense pas, il est pensé"…

Ce qui implique une différence de nature et non pas de degré entre le judéochristianisme et l'islam : la lecture de la Genèse (II, 19-20) montre bien d'ailleurs que Dieu permet à Adam de nommer les animaux avec ses propres noms alors que dans le Coran (II,31), Adam récite les noms fournis par Dieu, voilà toute la différence, colossale, textuellement, et contextuellement.

3 mars 2007

Lucien SA Oulahbib 29/9/2018

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

912 vues

Tous les articles de Lucien SA Oulahbib

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Affinement négatif-OIL, Evaluation de l'action-OIL

 

Comments are closed. Please check back later.