Les marchés (les idiots nuisibles) se sont Trumpés !

Les marchés, du moins les idiots nuisibles qui interviennent sur les marchés et qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez et qui rabâchent toutes les idioties que les autres idiots nuisibles colportent, se sont magistralement Trumpés !

Mardi 8 juste après la fin de la séance des bourses américaines, pendant que les Américains votaient, Reuters a publié une dépêche mentionnant entre autres : Les sondages donnent Hillary Clinton gagnante. Elle a 90 % de chances de s’imposer selon la dernière étude Reuters/Ipsos publiée lundi.

Bravo les artistes ! Difficile de faire pire, ça c’est de l’information financière !

En fonction de l’évolution d’un certain nombre d’indicateurs économiques et financiers, dont et surtout les variations des agrégats monétaires pour ma part, j’ai montré avec Fred Rabeman, analyste technique, qu’il allait y avoir de fortes turbulences sur les marchés en cette fin d’année, cf. mes articles antérieurs.

Comme les bons spéculateurs, ceux qui voient juste et loin, l’élection du Donald n’est pas une surprise ni surtout un cataclysme, mais elle est logique et dynamisante.

En effet, la victoire du Donald est logique car avant cette élection présidentielle, les Américains n’avaient pas confiance en leur avenir : ils augmentaient donc trop leur épargne, de l’ordre de 7 % d’une année sur l’autre, alors que la croissance du PIB nominal est de 3 à 4 %,

Document 1 :

D’après les derniers chiffres publiés par la Fed hier soir, le total des dépôts des Américains dans leurs caisses d’épargne se montait à un plus haut record de 9 850 milliards de dollars au 31 octobre dernier, soit, pour donner des ordres de grandeur compréhensibles, environ 33 000 dollars pour chacun des 300 millions d’Américains,

Document 2 :

Leur épargne représente 52,8 % du PIB annuel, là encore un plus haut, largement au-dessus de son optimum historique de 40 %,

Document 3 :

2 330 milliards de dollars se trouvent donc inutilement dans cette épargne de précaution car les Américains n’avaient pas confiance en l’avenir.
En effet, beaucoup d’entreprises industrielles ferment aux Etats-Unis, comme celles des constructeurs automobiles alors que d’autres sont créées au Mexique, profitant des accords de libre-échange signés par le gros Bill.

Le libéralisme est basé sur la liberté, mais pas de faire n’importe quoi n’importe comment par n’importe qui. L’application du libéralisme demande une certaine intelligence…
Des lois doivent organiser les marchés pour que la croissance atteigne son potentiel optimal dans chaque nation, c’est-à-dire en y atteignant aussi le plein emploi
.

Ricardo n’a jamais prétendu que les Anglais s’enrichiraient en délocalisant leurs usines (de drap) au Portugal pour y profiter du bas prix de la main d’œuvre en développant des services financiers pour financer ces opérations tout en développant des activités lucratives liées au football !

Le libre-échange, l’ouverture internationale des marchés ont des limites qui ont été dépassées.

Les Américains victimes de cette mauvaise application du libéralisme ont voté pour Donald Trump car il leur promet de faire repartir l’activité économique aux Etats-Unis, ce qui va créer des emplois et doper leurs revenus.
De ce fait, ils les dépenseront plus facilement, sans craintes pour leur avenir, ce qui fera augmenter la demande, donc la croissance.
Un processus cumulatif est engagé.

Les chiffres d’affaires des entreprises augmenteront ainsi que leurs bénéfices, surtout avec une baisse du taux de leur imposition à 15 %.
Au fil des heures dans la journée du 9, les idiots inutiles des marchés ont commencé à comprendre que la politique qui sera menée dans les prochaines années aux Etats-Unis fera repartir vivement la croissance sur de bons fondamentaux car l’argent y est demeuré sain grâce aux gens de la Fed.

Les bons spéculateurs, ceux qui voient juste et loin, ne se sont pas Trumpés : leurs investissements s’inscrivent dans la remontée logique du cycle déjà amorcée bien avant l’élection présidentielle comme le montre clairement l’évolution de l’écart entre les rendements des Notes à 10 ans et à 2 ans,

Document 4 :

En effet, l’élection du Donald ne fait que doper les marchés et les anticipations de bénéfices comme le montre la très vive remontée des rendements des Notes à 10 ans qui est en concordance avec la reprise du cycle haussier,

Document 5 :

Pour mémoire : l’€-crise a empêché la reprise du cycle haussier américain fin 2015 comme je l’avais relevé,

Document 6 :

Les rendements des Bills à 3 mois ont commencé leur fulgurante remontée… dès le lundi 7, anticipant l’élection du Donald et la remontée des taux de la Fed,

Document 7 :

La forte reprise économique américaine, dopée par le Donald se répercute dans la vieille Europe continentale comme le montre la brusque remontée des rendements de leurs bons de Trésors à 10 ans…

Document 8 :

ce qui peut aussi engendrer une accentuation de l’€-crise comme le montre l’envolée de ces rendements,

Document 9 :

Cette reprise de la croissance se fait donc logiquement avec une remontée rapide des rendements, ce qui correspond aussi à… un Krach obligataire !

L’élection du Donald aura donc la conséquence paradoxale de faire passer le Sapin pour un génie avec sa loi qui donnera la possibilité d’interdire aux assureurs-vie de rembourser leurs clients pour… maintenir en vie les banksters qui sont ainsi bien assurés !

Par contre, la palme d’or des idiots inutiles voire nuisibles pourrait être décernée au gouverneur de la Banque de France sur la foi de ses déclarations après l’élection de Donald Trump : « C’est évidemment un choc sur beaucoup de plans mais je vais me limiter au plan économique« , a déclaré M. Villeroy de Galhau lors d’une conférence organisée par la Toulouse School of Economics (TSE). « Il est trop tôt pour en évaluer les conséquences et pour les commenter. La seule certitude en matière économique, c’est l’incertitude… Quel sera le programme économique effectif (de M. Trump, ndlr) ? Quelle sera son équipe ? » (in Le Figaro)

Tout est simple.

6 réponses à “Les marchés (les idiots nuisibles) se sont Trumpés !”

  1. Anthony dit :

    Et comme par hasard, les indicateurs techniques nous montrent que le CAC est à point pour se ramasser !
    Pauvre France…


     

     

  2. Bertrand dit :

    Trump…..libéralisation du crédit , abrogation dodo Franck,freins sur les actions,investissements productifs de revenus favorisés,coupes chez les fonctionnaires……demi dictature……..socialos terrorisés…….bien pensants déboussolés…….place aux actifs……place aux patrons…..mort à la répartition…..mbolckenstein en prison…..le libéralisme ce n’est pas l’ouverture sans couverture……comme chez les cons européens.
    Bien,bravo Mr Chevallier.
    Continuez à enfoncer le clou dans la tête des voyous élus en Europe.


     

     

  3. ROQUET dit :

    Bonjour ,
    Je ne suis pas sur qu’une grosse majorité de gens qui ont votés pour Trump possèdent environ 33 000 dollars d ‘épargne mais plutôt des dettes .
    A suivre .


     

     

  4. josick dit :

    La presse française toujours en retard d’une guerre, voire trois ou quatre !

    Le point du 10 novembre 2016 affiche sur sa couverture le visage de Trump avec pour légende : « L’homme le plus puissant du monde »

    Il y a longtemps qu’Hillary a compris que ce n’était pas son mari pourtant alors président l’homme le plus puissant du monde…

    Pas encore nos médias qui méritent véritablement leur nom de merdias !


     

     

  5. du guesclin dit :

    Un sondage passé presque inaperçu montre que 83 pour cent des français auraient voté Clinton. Cela ne vous rappelle rien ? Les français sont des fanatiques du socialisme. Il faudra la mort de plusieurs générations pour se sortir du communisme.


     

     

Commenter

 

 

 

 

 

 


Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Etats-Unis


 

 

Jean-Pierre CHEVALLIER 13/11/2016

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

475 vues

Tous les articles de Jean-Pierre CHEVALLIER

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Affinement négatif-OIL, Conservation négative-OIL, Dispersion négative-OIL, Dissolution négative-OIL, Evaluation de l'action-OIL

 

Comments are closed. Please check back later.