Immigration et identité nationale: outrecuidance de la gauche des verts et du centre

Pourquoi le fait de refuser le multiculturalisme, ce qui ne veut pas dire exclure la diversité,serait d'extrême droite ? Et pourquoi le fait de proposer une protection des valeurs qui façonnent l'identité française serait-il lui aussi d'extrême droite ? N'est-ce pas là confondre un essentialisme de la forme qui considère en effet que la France ne peut que rester la même et une ontologie de la Nation qui considère que ce qui doit rester intangible ce sont les principes qui la fondent au-delà de la forme qu'ils prennent selon les époques ?

Or, l'ontologie de la Nation française, autrement dit, ce qui ne peut pas ne pas être, consiste à considérer comme primauté, intangible, la colonne vertébrale de son être ensemble : la laïcité, la langue, les valeurs de liberté, d'égalité, de fraternité. Il est incroyable qu'il faille le rappeler. Mais, en fait, pas tant que cela. Puisque ceux, qui, comme Cohn Bendit, sont issus d'une génération, celle des années 60, ont oublié que nous ne sommes pas seulement des êtres biologiques à protéger mais aussi des êtres culturels avec une singularité qui se transforme mais sait aussi combiner le hasard et la nécessité, le même et l'autre, lorsqu'elle ne veut pas disparaître, alors que tant de peuples ont été effacés de la conscience historique précisément parce qu'ils n'ont pas été à même de faire jouer cette dialectique subtile.

Est-ce à dire pour autant qu'il faille écraser les spécificités basques, canaques, corses, bretonnes, berbères, arabophones? Non. Mais la défense de leur diversité ne doit pas se faire au détriment de l'être ensemble, autrement dit, il serait inconcevable que l'on propose en équivalence d'apprendre en priorité ces langues au détriment du français ou d'inciter les enfants issus de ces cultures à les apprendre afin qu'ils ne se "coupent pas de leurs racines" car cela reste une affaire privée qui ne concerne en rien la République.

Or, certains, à la fois au nom d'une conception abstraite voire désincarnée des droits humains, et à la fois dans le désir de rendre équivalentes toutes les cultures (alors que ce sont les humains qui sont égaux comme le dit Ayan Hirsi Ali), ont poussé à une telle désintégration de l'identité française, ce qui a fabriqué toute une génération de jeunes refusant désormais de se reconnaître dans l'Histoire de France et préférant se construire une sub et contre culture mâtinée d'islam à la carte et de radicalisme néo-communiste.

Sarkozy a mis le pied dans le plat dans le multiculturalisme destructeur de la cohésion nationale, et il est normal qu'un Bayrou, qu'un Hollande, qu'un Cohn Bendit, qu'une Buffet, et enfin une Royale réagissent en hurlant au loup alors qu'ils ont eux-mêmes participé à sa venue en lui constituant des bûchers de bienvenue avec les profs et la langue au milieu…faisant mine de pas comprendre que les immigrés ne viennent pas seulement pour quelques mois, et ne mettent leurs normes et interprétation des valeurs à la porte d'entrée.
Néanmoins, Sarkozy n'a-t-il pas participé à ce qu'il dénonce aujourd'hui en exigeant naguère un préfet "musulman", en créant une structure confessionnelle bien éloignée d'un consistoire qui aurait pu jouer le rôle d'un intégrateur alors qu'il s'agit plutôt d'un diviseur puisqu'il se permet de remettre en cause l'un des socles de la société française la liberté de penser et de l'exprimer, par exemple en attaquant en justice Charlie Hebdo ? Se positionner en pompier, c'est bien, encore faut-il ne pas contribuer à mettre le feu…

10 mars 2007

Lucien SA Oulahbib 6/6/2019

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

759 vues

Tous les articles de Lucien SA Oulahbib

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Article Resiliencetv

 

Comments are closed. Please check back later.