Featured

L’étrange alliance des idéologies post-léniniste et affairiste

Une étrange alliance s'est établie on le sait entre les divers partisans de la mise sous tutelle des peuples, on les connait, tous ceux qui parlent de "populisme", d'égalité réelle, d'anti-racisme, du colonialisme comme "crime contre l'humanité" alors qu'en pratique ils mettent leurs enfants dans le privé, aiment bien faire des affaires plutôt que de l'industrie (ou la Rolex avant 50 ans), méprisent les origines multiformes de la France et surtout son ossature spirituel celto-gréco-latino-judéo-chrétienne… et ils le font, ces partisans dits "anti-populistes", sous le prétexte médicalisée, une supposée "phobie" celle de diverses grippes supposées idéologiques dont les radicaux à soigner seraient les termes de "nation" et "liberté"comme fondements.

Cette alliance est si imbue d'elle-même, si sûre, qu'elle peut fort bien concevoir telle limite effective aux droits humains comme une "différence culturelle" s'il s'agit de tel ou tel corps de doctrine implicitement accepté comme tel, par exemple l'islam, alors que telle autre limite sera considérée comme une entrave insupportable à ces mêmes droits, tel le refus russe de voir entrer sur son sol la propagande LGBT, tel aussi le refus du dit "renversement de la hiérarchie des normes" privilégiant les accords (majoritaires) de terrain aux accords mécaniques de branche, ou encore le refus de la concurrence déloyale par exemple le fait que certaines compagnies aériennes du Golfe arabique/persique, soient financées par leurs États alors que cette pratique est interdite dans l'Union Européenne…

D'où vient ce deux poids et deux mesures ? Et surtout comment se fait-il qu'il existe comme une alliance objective entre ces partisans apriori antinomiques que sont plus précisément les résidus du léninisme (trotskysme, maoïsme inclus, tiers-mondismes divers) d'une part et les transfuges du technocratisme affairiste issu de l'orléanisme (genre Giscard, Macron) et du post-robespierrisme saint-simonisme social-démocrate d'autre part (Hollande, Walls) Clémenceau disant que la Révolution est un bloc alors que 92 a tué 89 et nous en sommes là encore (De Gaulle étant un résidu mixte du légitimisme et du bonapartisme) ?…

C'est que, au-delà de leurs différences, réelles, voire de leur opposition qui les font s'affronter sur nombre de questions (y compris, désormais, au sein du FN…), il n'empêche que cette lutte pour le pouvoir se fait entre adversaires ayant en commun la même souche perceptive (virulente) : le peuple doit être (sollen) ce qu'il faut qu'il soit et non pas ce qu'il est dans son unité et sa diversité séculaire ; ce qui ne les empêche pas par ailleurs de s'enrichir dans le secret des alcôves et des murs totalitaires (la fortune des Castro par exemple, sans parler de l'actuel vice-président du Venezuela accusé de trafic de drogue, et qui discréditerait, d'emblée, la candidature de Mélenchon et ce par essence même, s'il était moralement honnête, mais, certes, il n'est pas le seul à ne pas l'être…).

Ainsi il est facile pour eux d'énoncer que rendre la liberté au peuple et donc à la société civile et donc à l'initiative privée signifiera automatiquement moins d'enseignants moins d'infirmières alors que c'est précisément le contraire puisque l'on ne voit pas en quoi et pourquoi un enseignement libre et une santé libre ne puissent pas émerger, et en plus sans toute la bureaucratie qui irait avec et qui fait que jamais les hôpitaux actuels n'ont été autant au bord du burning out ; ne parlons pas des lycées et collèges, des facs, de plus en plus en dysfonctionnement multiforme, des policiers…

Ces gens, là, pérorant du haut des crachoirs médiatiques, parlent "au nom du peuple" contre " le populisme" mais pour mieux le parasiter en réalité l'empêchant de s'occuper de ses propres affaires.

Et, dans ce cas, au lieu de se demander comment se fait-il qu'il existe un écart de plus en plus grand entre la classe politico-médiatique (mondiale d'ailleurs) et les divers composants du peuple ou de la nation (transcendant ainsi ses aspérités ethniques et spirituelles) "on" accusera des "puissances étrangères" (la Russie) de favoriser cet écart (type) et ce dans le plus pur style sémantique des régimes totalitaires ; autrement dit "on" accusera "le" populisme (russe…) de non seulement fomenter quelques complots (ce qui est possible) mais d'avoir les moyens effectifs de carrément changer la couleur des bulletins de vote comme ce fut le cas aux USA où une représentante du parti Démocrate était tellement persuadée de voir gagner son camp qu'elle crut mordicus qu'un hacker russe avait pu détourner dans son Etat le vote électronique en faveur du grand électeur de Trump.

Ce complotisme des élites s'est d'ailleurs généralisé : l'actuel ministre des affaires étrangères français s'est récemment alarmé d'une telle ingérence, sans oublier les proches du guru nouvellement anti-colonialiste sévissant ces temps-ci en France et qui fort de sa seconde position dans les sondages s'agite autour du fait que le fondateur de Wikileaks protégé par la Russie ne révèle quelques mels compromettants

Or, l'intérêt consiste moins à sonder la plausibilité de telles actions, que d'observer l'énervement de ces réactions venant de l'élite dévoilant en réalité sa panique puisqu'au fond leur pouvoir symbolique ne tient qu'à un fil, peu importe les quart d'heure warholiens des petits tours et puis s'en vont, ils se savent au bout d'un processus, moules s'accrochant à leurs rochers et espérant qu'une nouvelle marée de révélations et de crises ne viennent les enfouir à nouveau dans les pénombres de l'argent public facile, implorant en secret que la planche à billets puisse fonctionner également pour eux rêvant à un avenir Mugabéen, post-chavezien, le revenu universel hamonien en étant l'avant gout celui du "demain on rase gratis" pourquoi pas aujourd'hui en réalité pourquoi attendre dans la démagogie rêvant à tout et à rien cela ne mange pas de pain, par exemple au "potentiel économique de nos rivages maritimes" alors que les dockers cgtistes du port de Marseille l'ont tué et enterré au profit de Gènes Barcelone et Rotterdam. C'est à pleurer quand l'ont voit tous ces quais déserts, ces grues ballantes…

Mais pourquoi s'enquiquiner à bosser puisque l'argent coulera à flots, dans des brouettes géantes même, pour aller acheter…son pain, muni de sa fiche de paie bien sûr, afin de la payer au prorata de ses revenus, sa couleur de peau, son crime réel et supposé. Ou comment La France, le monde, l'Occident, basculèrent dans la "phobie" généralisée, la vraie, cette fois, celle de l'auto-destruction, l'implosion, la néantisation, non pas celle menant à une "décadence", source possible de renouveau, de métamorphose, mais celle en asséchant toute possibilité, ce qui est bien plus grave car sans retour, aucun. A moins du sursaut. Salvateur….

Lucien SA Oulahbib 17/2/2017

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

457 vues

Tous les articles de Lucien SA Oulahbib

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Article Resiliencetv, Headline-RTV, Libertés-RTV

 

Comments are closed. Please check back later.