Featured

Présidentielles:la culture française existe-t-elle?

Pour un certain candidat, celui du macrocosme, elle n'existerait pas, pour d'autres la culture française serait "poly", "multi" ; j'avais essayé le terme "pluri" (à opposer au "multi" trop ambigu et surtout fragile) au sens d'indiquer une diversité des sources et de ses apparences.

Mais ce préfixe de "pluri" n'est au bout du compte pas satisfaisant parce qu'il ne se démarque pas pleinement du multi et du poly en vue d'indiquer qu'au-delà de sa pluralité la culture française est une au sens d'être plus homogène que naguère y compris dans sa langue, si jeune si l'on réfléchit bien (à peine 500 ans) et surtout dans son adhésion quasi-contemporaine à divers principes morphologiques fondamentaux dont la laïcité qui la forme déjà constitutionnellement.

Aussi convient-il de parler de la culture française, puisque, par sa négative, un candidat nous y invite, il suffit presque de se démarquer de lui pour mieux la saisir, même si certaines choses qu'il avance en fait cependant aussi partie, comme le principe d'autonomie élargie octroyé aux institutions et aux rouages du Service public, cet Intérêt Commun.

Qu'il existe plusieurs "familles" de pensée, plusieurs interprétations, sensibilités, oui disait déjà Barrès, du moins celui d'après 14, mais le fond reste le même entremêlé de divers passés et souches qui en fusionnant donnent malgré les tâtonnements et les errances une profondeur de champ singulière ; certes, sa manière d'être au monde reste basée sur beaucoup de points communs avec d'autres cultures comme le désir d'affirmation et de préservation des liens avec les souvenirs communs qu'ils soient locaux régionaux nationaux.

Mais il existe aussi une spécificité française s'approchant plus de cette recherche transcendantale visant la découverte d'un universel humain le plus digne et le plus confortable pour l'épanouissement du plus grand nombre. Qu'il soit citoyen ou pas. D'où le conflit d'ailleurs, permanent depuis les Grecs au fond entre ceux qui lui appartiennent et ceux qui viennent s'y greffer.

Cette spécificité place au centre du monde savoir être et savoir vivre ; pas seulement un devoir être, aussi un esprit, une gouaille caustique et fine, bien moins rude peut-être que l'esprit anglo-saxon, et plus léger certainement que l'esprit allemand ou russe, ceux-ci étant plus mystiques tragiques ; mais un esprit pas assez léger cependant au sens d'être trop monotone pour un Rousseau qui préférait au clavecin bien tempéré l'opéra italien plus bariolé.

Il existe en tout cas un art de vivre à la française, nombre d'auteurs surtout étrangers le clament pourquoi en douter ?… Le débat autour de la Solidarité vient l'exprimer. De même que celui autour de la citoyenneté. De là le dilemme qui traverse bien plus la campagne présidentielle qu'on ne le dit.

S'agit-il de fondre la France dans un ensemble plus grand, l'Union Européenne, en attendant un ensemble plus grand, une démocratie mondiale unifiée ? Ou s'agit-il de refaire France au sens de rendre plus homogène encore sa texture, resserrer les rangs de ses fibres la raffermir qu'elle devienne non seulement désirable mais belle c'est-à-dire sublime telle cette flamme de la liberté brûlant aux abord de New-York une nouvelle ville nouveau monde celui de l'individu non seulement émancipé mais s'affinant avec ses pairs dans sa famille ses réseaux, une France qui ne serait pas seulement un hexagone mais au coeur d'une toile s'étendant au monde comme ce monde ?

Ajoutons avant de trancher en ces deux options que refaire France c'est certainement refuser l'Union Européenne telle qu'elle est, mais cela ne veut pas dire refuser l'Europe et le monde ; lorsque par exemple je disais dans un autre billet qu'il aurait été possible d'accepter le deal allemand sur l'homogénéité budgétaire, cela ne voulait pas dire qu'il fallait pour autant sacrifier notre spécificité française, bien au contraire cela nous aurait permis d'être plus exigeant sur les accords de Schengen…

Au fond, s'il fallait trancher, je pencherai plutôt pour la seconde option, sans pour autant abandonner l'idée que l'on se trompe de débat en croyant qu'il s'agit seulement de parler d'ouverture ou de fermeture, mais plutôt d'ouverture et de fermeture : on ouvre et l'on ferme selon les moments et les besoins ; pourquoi ne pas avoir un budget commun de la défense (4 porte avions) et en même temps une agriculture indépendante permettant que nous puissions vendre aux quatre coins du monde avec un super Amazon ? Voilà le deal aussi avec les GAFA : si vous optimisez fiscalement alors vous investissez aussi pour aider au rayonnement français. Vendre du Camembert aux quatre coins du monde, ne pleurons pas sur le coût carbone, infime au niveau aérien, et puis les progrès en solaire et en hydrogène permettraient une hybridation moins dépendante de l'hydrocarbure…

Nous avons beaucoup de choses à apprendre, mais aussi à donner, enseigner, vendre. La francophonie est notre futur, 274 millions aujourd'hui, plus de 700 millions bientôt ; que ladite "Algérie" (inconnue avant 1830, pas plus que "la" Palestine d'ailleurs) n'y participe pas formellement en dit long sur le degré de progression encore à atteindre (alors que ce pays a bien plus de racines culturelles communes via le latin qu'avec l'Arabie …) du moins si nous sommes capables d'éviter le double écueil de ceux qui nous réduisent à une statistique (le fameux 1% de Giscard) et ceux qui veulent nous imposer un art de vivre qui n'est pas le nôtre au sens où il n'a pas été forgé dans les casseroles de la cuisine symbolique française ; il ne suffit donc pas d'agiter des casseroles pour savoir la faire… 

La culture française, et sa soeur cadette, la francophone, est jeune et en devenir. Du moins si l'on sait se secouer des puces qui nous vampirisent. Des puces également bien françaises et qui n'ont toujours pas compris pourquoi nous avons perdu en 1789, en 1815 et en 1940….

Lucien SA Oulahbib 26/2/2017

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

340 vues

Tous les articles de Lucien SA Oulahbib

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Affinement positif-OIL, Conservation positive-OIL, Dispersion positive-OIL, Dissolution positive-OIL, Evaluation de l'action-OIL, Headline-RTV

 

Comments are closed. Please check back later.