La gauche veut tuer l’État d’Israël

François Hollande terminant son triste mandat présidentiel dans trois petits mois, des élus, très très majoritairement de gauche, veulent lui faire reconnaître un état de « Palestine » avant son départ pour l’oubli. 

C’est, apparemment, le seul problème actuel que rencontrent les Français !

Dans une énième lettre publique, cent cinquante-trois parlementaires de l’Assemblée parlementaire et du Sénat affirment que « La France doit reconnaître l’Etat de Palestine ». L’Etat d’Israël n’étant pas prêt à vivre sous une menace perpétuelle d’une ‘’Palestine’’ gouvernée par le Hamas et l’Iran, chacun imaginera aisément l’exigence suivante de ces cent cinquante-trois hommes d’état et de ‘’grandes valeurs morales’’ !

 

Le risible de leur demande est conforté par leur texte !


Ainsi, ils dénoncent le président américain qui « a fait connaître sa volonté de revenir sur le statu quo observé jusqu’alors par les pays occidentaux en transférant l’ambassade américaine en Israël de Tel- Aviv à Jérusalem ».


Un statu quo qui, cependant, les dérange dès lors que rien ne bouge et nuit gravement à leur cause anti-israélienne.


« Forte de ce soutien, la Knesset vient de voter la légalisation des colonies sauvages de Cisjordanie (…) ». Une approximation que personne dans leur rang ne relèvera ! Il s’agit d’une loi imposant un dédommagement aux éventuels propriétaires ‘’palestiniens’’ plutôt que la démolition du bâtiment construit.


Ces signataires étant pour un état judenrein, chacun comprendra leur émoi.


« La France doit marquer sa volonté de sortir de l’impasse sur ce conflit en réaffirmant solennellement, au nom du droit inaliénable à l’autodétermination, que le peuple palestinien est fondé à se doter d’un État. Il en va du respect du droit international comme de la sécurité d’Israël ».


Que nul ne rie !


- Si impasse il y a, elle est due notamment à la France qui autorise l’Autorité palestinienne à refuser toutes négociations directes et à attendre qu’Israël plie aux diktats internationaux pour être servie.


- Pour ce qui est du « droit international », quel est l’alinéa de ce droit qui indiquerait l’obligation d’un état de « Palestine » ?


- Quant à la « sécurité d’Israël »… Le Hamas et l’Iran rient encore de ces idiots très utiles à leur cause antisémite commune.


D’autres élus, de valeurs morales beaucoup plus respectables, auraient d’abord exigé que le ‘’peuple palestinien’’ se débarrasse de ses dictateurs, extirpe la haine du Juif de ses tripes et commence à construire une société véritablement démocratique.


Mais la France a les élus qu’elle mérite !

« Vous l’avez dit vous- même, Monsieur le Président, « seules les négociations bilatérales peuvent aboutir ». Il est donc temps que ces négociations se déroulent sur un pied d’égalité, d’État à État. La France ne peut prôner dans ses expressions officielles la solution à deux États et n’en reconnaître qu’un seul ».


Connaissant les frontières internationales et le nettoyage ethnique imposés par ces élus, que restera t-il donc à négocier ?


Le seul « droit de retour » au sein même de l’Etat d’Israël de centaines de milliers de « réfugiés » héritant de ce titre de père en fils. 


Rien d’autre ! 


L’état du peuple juif le récusant, chacun pourra compter sur le Hamas & Co pour poursuivre le conflit, mais cette fois-ci à partir d’un état obtenu par la grâce de cette France nauséeuse.


Ceux qui doutaient que l’antisémitisme n’était qu’à l’extrême droite sont servis. Ainsi, ces cent cinquante-trois élus démontrent leur hostilité de l’état juif dès lors qu’ils refusent d’imaginer les conséquences néfastes de leur demande pour cet état.


Mais l’important n’est-il pas, d’abord, de drainer le vote musulman pour leurs réélections ?


Inscrivez-vous pour recevoir par courriel les nouvelles publications du blog


*******************************************************************************************


Texte de la lettre publique :



« La France doit reconnaître l’État de Palestine »


« Nos actes doivent désormais suivre nos mots


Monsieur le Président de la République,


La France a accueilli à Paris, le 15 janvier dernier, soixante- dix pays et organisations internationales pour une conférence internationale pour la paix au Proche- Orient. Cette conférence fut l’occasion de réaffirmer solennellement l’attachement de la communauté internationale à la solution à deux États, Israël et la Palestine, vivant côte à côte en paix et en sécurité, paramètre fondamental pour la reprise de négociations bilatérales entre les parties, gelées depuis avril 2014.


Cependant, au terme de cette conférence qu’il convient de saluer s’ouvre une période lourde d’incertitudes au Proche- Orient. Le président américain a fait connaître sa volonté de revenir sur le statu quo observé jusqu’alors par les pays occidentaux en transférant l’ambassade américaine en Israël de Tel- Aviv à Jérusalem. Forte de ce soutien, la Knesset vient de voter la légalisation des colonies sauvages de Cisjordanie, au mépris du droit international, et notamment de la résolution 2334 adoptée par le Conseil de sécurité des Nations unies au mois de décembre dernier. Cette loi est un pas de plus vers l’annexion de la Cisjordanie.


Dans ce contexte, la France ne peut rester silencieuse. Les 2 et 11 décembre 2014, l’Assemblée nationale et le Sénat avaient adopté deux résolutions invitant le gouvernement français à reconnaître l’État de Palestine. À cette occasion, Laurent Fabius, alors ministre de s Af f a i r e s étrangères et du développement i nternational, avait engagé la diplomatie française en affirmant : « En cas d’échec, la France devra reconnaître l’État de Palestine. »


Si son communiqué final rappelle les grands paramètres du règlement du conflit, la conférence de Paris n’a ni permis de réunir les principaux intéressés, Israéliens comme Palestiniens, ni abouti à des mesures concrètes permettant de progresser dans les négociations de paix.


La France doit marquer sa volonté de sortir de l’impasse sur ce conflit en réaffirmant solennellement, au nom du droit inaliénable à l’autodétermination, que le peuple palestinien est fondé à se doter d’un État. Il en va du respect du droit international comme de la sécurité d’Israël.


Vous l’avez dit vous- même, Monsieur le Président, « seules les négociations bilatérales peuvent aboutir » . Il est donc temps que ces négociations se déroulent sur un pied d’égalité, d’État à État. La France ne peut prôner dans ses expressions officielles la solution à deux États et n’en reconnaître qu’un seul. Nos actes doivent désormais suivre nos mots.


Monsieur le Président, montrez- vous à la hauteur de l’enjeu et ne manquez pas ce rendez- vous avec l’Histoire, en reconnaissant dès à présent l’État de Palestine ».


Les signataires :


Patrick Abate (sénateur CRC de la Moselle)

Laurence Abeille (députée NI du Val-de-Marne)

Leïla Aichi (sénatrice ECOLO de Paris)

Brigitte Allain (députée NI de Dordogne)

Pouria Amirshahi (député NI des Français établis hors de France)

Michèle André (sénatrice SOC du Puy-de-Dôme, Présidente de la Commission des finances, ancienne ministre)

Maurice Antiste (sénateur SOC de la Martinique)

Aline Archimbaud (sénatrice ECOLO de la Seine-Saint-Denis)

François Asensi (député GDR de la Seine-Saint-Denis, Président du groupe)

Eliane Assassi (sénatrice CRC de la Seine-Saint-Denis, Présidente du groupe)

Danielle Auroi (députée NI du Puy-de-Dôme, Présidente de la Commission des Affaires européennes)

Alexis Bachelay (député SER des Hauts-de-Seine)

Gérard Bapt (député SER de la Haute-Garonne)

Delphine Bataille (sénatrice SOC du Nord)

Marie-France Beaufils (sénatrice CRC d’Indre-et-Loire)

Esther Benbassa (sénatrice ECOLO du Val-de-Marne)

Jacques Bigot (sénateur SOC du Bas-Rhin)

Michel Billout (sénateur CRC de la Seine-et-Marne)

Marie-Christine Blandin (sénatrice ECOLO du Nord)

Maryvonne Blondin (sénatrice SOC du Finistère)

Alain Bocquet (député GDR du Nord)

Eric Bocquet (sénateur CRC du Nord)

Michèle Bonneton (députée NI de l’Isère)

Jean-Pierre Bosino (sénateur CRC de l’Oise)

Yannick Botrel (sénateur SOC des Côtes-d’Armor)

Corinne Bouchoux (sénatrice ECOLO du Maine-et-Loire)

Michel Boutant (sénateur SOC de la Charente)

Kheira Bouziane-Laroussi (députée SER de la Côte-d’Or)

Marie-George Buffet (députée GDR de la Seine-Saint-Denis, ancienne ministre)

Jean-Pierre Caffet (sénateur SOC de Paris, Vice-président du Sénat)

Jean-Jacques Candelier (député GDR du Nord)

Michel Canevet (sénateur UDI-UC du Finistère)

Jean-Louis Carrère (sénateur SOC des Landes)

Françoise Cartron (sénatrice SOC de la Gironde, Vice-présidente du Sénat)

Patrice Carvalho (député GDR de l’Oise)

Christophe Cavard (député SER du Gard)

Bernard Cazeau (sénateur SOC de Dordogne)

Gabby Charroux (député GDR des Bouches-du-Rhône)

André Chassaigne (député GDR du Puy-de-Dôme)

Guy-Michel Chauveau (député SER de la Sarthe)

Pascal Cherki (député SER de Paris)

Jacques Chiron (sénateur SOC de l’Isère)

Laurence Cohen (sénatrice CRC du Val-de-Marne)

Yvon Collin (sénateur RDSE du Tarn-et-Garonne)

Pierre-Yves Collombat (sénateur RDSE du Var)

Hélène Conway-Mouret (sénatrice SOC des Français établis hors de France, ancienne ministre)

Sergio Coronado (député NI des Français établis hors de France)

Roland Courteau (sénateur SOC de l’Aude)

Cécile Cukierman (sénatrice CRC de la Loire)

Yves Daniel (député SER de la Loire-Atlantique)

Ronan Dantec (sénateur ECOLO de la Loire-Atlantique)

Marc Daunis (sénateur SOC des Alpes-Maritimes)

Annie David (sénatrice CRC de l’Isère)

Florence Delaunay (députée SER des Landes)

Guy Delcourt (député SER du Pas-de-Clais)

Michel Delebarre (sénateur SOC du Nord, ancien ministre)

Michelle Demessine (sénatrice CRC du Nord, ancienne ministre)

Françoise Descamps-Crosnier (députée SER des Yvelines)

Jean Desessard (sénateur ECOLO de Paris, Président du groupe)

Félix Desplan (sénateur SOC de la Guadeloupe)

Evelyne Didier (sénatrice CRC de la Meurthe-et-Moselle)

Marc Dolez (député GDR du Nord)

Françoise Dubois (députée SOC de la Sarthe)

Cécile Duflot (députée NI de Paris, ancienne ministre)

William Dumas (député SER du Gard)

Laurence Dumont (députée SER du Calvados, Vice-présidente de l’Assemblée nationale)

Jérôme Durain (sénateur SOC de la Saône-et-Loire)

Alain Duran (sénateur SOC de l’Ariège)

Josette Durrieu (sénatrice SOC des Hautes-Pyrénées)

Vincent Eblé (sénateur SOC de la Seine-et-Marne)

Anne Émery-Dumas (sénatrice SOC de la Nièvre)

Frédérique Espagnac (sénatrice SOC des Pyrénées-Atlantiques)

Christian Favier (sénateur CRC du Val-de-Marne)

Corinne Féret (sénatrice SOC du Calvados)

Hervé Féron (député SER de la Meurthe-et-Moselle)

Jean-Jacques Filleul (sénateur SOC d’Indre-et-Loire)

Thierry Foucaud (sénateur CRC de Seine-Maritime, Vice-président du Sénat)

Jacqueline Fraysse (députée GDR des Hauts-de-Seine)

Samia Ghali (sénatrice SOC des Bouches-du-Rhône)

Jean-Patrick Gille (député SER d’Indre-et-Loire)

Dominique Gillot (sénatrice SOC du Val-d’Oise, ancienne ministre)

Joël Giraud (député RRDP des Hautes-Alpes)

Jean-Pierre Godefroy (sénateur SOC de la Manche)

Brigitte Gonthier-Maurin (sénatrice CRC des Hauts-de-Seine)

Sylvie Goy-Chavent (sénatrice UDI-UC de l’Ain)

Chantal Guittet (députée SER du Finistère)

Mathieu Hanotin (député SER de la Seine-Saint-Denis)

Claude Haut (sénateur SOC du Vaucluse)

Odette Herviaux (sénatrice SOC du Morbihan)

Gélita Hoarau (sénatrice CRC de La Réunion)

Gilda Hobert (députée RRDP du Rhône)

Robert Hue (sénateur RDSE du Val-d’Oise)

Michel Issindou (député SER de l’Isère, Président du groupe d’études à vocation internationale France-Palestine)

Gisèle Jourda (sénatrice SOC de l’Aude)

Philippe Kaltenbach (sénateur SOC des Hauts-de-Seine)

Antoine Karam (sénateur SOC de la Guyane)

Bariza Khiari (sénatrice SOC de Paris)

Georges Labazée (sénateur SOC des Pyrénées-Atlantiques)

Joël Labbé (sénateur ECOLO du Morbihan)

Françoise Laborde (sénatrice RDSE de Haute-Garonne)

Serge Larcher (sénateur SOC de la Martinique)

Jean-Luc Laurent (député SER-A du Val-de-Marne)

Pierre Laurent (sénateur CRC de Paris)

Dominique Lefebvre (député SER du Val-d’Oise)

Michel Le Scouarnec (sénateur CRC du Morbihan)

Claudine Lepage (sénatrice SOC des Français établis hors de France)

Marie-Noëlle Lienemann (sénatrice SOC de Paris, ancienne ministre)

Jeanny Lorgeoux (sénateur SOC du Loir-et-Cher)

Jean-Jacques Lozach (sénateur SOC de la Creuse)

Roger Madec (sénateur SOC de Paris)

Philippe Madrelle (sénateur SOC de la Gironde)

Noël Mamère (député NI de la Gironde)

François Marc (sénateur SOC du Finistère)

Didier Marie (sénateur SOC de la Seine-Maritime)

Rachel Mazuir (sénateur SOC de l’Ain)

Michel Ménard (député SER de la Loire-Atlantique)

Michelle Meunier (sénatrice SOC de la Loire-Atlantique)

Jacques Mézard (sénateur RDSE du Cantal, Président du groupe)

Danielle Michel (sénatrice SOC des Landes)

Thani Mohamed Soilihi (sénateur SOC de Mayotte)

Alain Néri (sénateur SOC du Puy-de-Dôme)

François Patriat (sénateur SOC de la Côte-d’Or, ancien ministre)

Marie-Françoise Perol-Dumont (sénatrice SOC de la Haute-Vienne)

Hervé Poher (sénateur ECOLO-R du Pas-de-Calais)

Patrice Prat (député NI du Gard)

Christophe Premat (député SER des Français établis hors de France)

Christine Prunaud (sénatrice CRC des Côtes-d’Armor)

Monique Rabin (députée SER de la Loire-Atlantique)

Daniel Raoul (sénateur SOC du Maine-et-Loire)

Daniel Reiner (sénateur SOC de la Meurthe-et-Moselle)

Jean-Luc Reitzer (député LR du Haut-Rhin)

Stéphanie Riocreux (sénatrice SOC d’Indre-et-Loire)

Evelyne Rivollier (sénatrice CRC de la Loire)

Sylvie Robert (sénatrice SOC d’Ille-et-Villaine)

François Rochebloine (député UDI de la Loire)

Barbara Romagnan (députée SER du Doubs)

Yves Rome (sénateur SOC de l’Oise)

Gwendal Rouillard (député SER du Morbihan)

Jean-Louis Roumégas (député NI de l’Hérault)

Nicolas Sansu (député GDR du Cher)

Henri Tandonnet (sénateur UDI-UC de Lot-et-Garonne)

Catherine Tasca (sénatrice SOC des Yvelines, ancienne ministre)

Thomas Thévenoud (député NI de la Saône-et-Loire, ancien ministre)

Nelly Tocqueville (sénatrice SOC de Seine-Maritime)

Jean-Louis Tourenne (sénateur SOC d’Ille-et-Villaine)

René Vandierendonck (sénateur SOC du Nord)

Bernard Vera (sénateur CRC de l’Essonne)

Jean-Pierre Vial (sénateur LR de la Savoie)

Maurice Vincent (sénateur SOC de la Loire)

Michel Voisin (député LR de l’Ain)

Dominique Watrin (sénateur CRC du Pas-de-Calais)

Evelyne Yonnet (sénatrice SOC de la Seine-Saint-Denis)

 

Richard Yung (sénateur SOC des Français établis hors de France).

Victor Perez 26/2/2017

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

441 vues

Tous les articles de Victor Perez

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Affinement négatif-OIL, Conservation négative-OIL, Dispersion négative-OIL, Dissolution négative-OIL, Evaluation de l'action-OIL

 

Comments are closed. Please check back later.