L’échec cuisant de la politique étrangère chiraquienne encensée par tous

Il n'y avait pas de camions suicides explosant en plein enterrement, oui, mais des millions de familles ont vu un de leurs membres mutilé par les tortionnaires zélés du système baathiste, encore défendu actuellement en France au coeur même de l'UMP…

La politique chiraquienne n'a pas entravé cette tyrannie, bien au contraire. De même, elle n'a pas empêché la dictature des généraux islamo-baathistes algériens prospérer grâce à la mise à sac d'un pays toujours rongé par l'islam(isme) qui était le pacte fondateur pour certains frontistes du FLN : celui de sortir de la modernité démocratique coûte que coûte ; mais les généraux ont préféré un tiersmondisme centralisateur puis mafieux qui aujourd'hui sert de prétexte à la mouvance islamiste pour menacer à nouveau la France comme jamais auparavant.

Quelle réussite !

Ne parlons pas du Liban. L'Iran. L'Afrique. Où est le bilan ? Au lieu de considérer que le régime politique s'avère être le facteur premier pour créer ou empêcher la prospérité économique et sociale, le chiraquisme, et avec lui le bayrouisme et autres nuances socialisantes, ont persisté à penser qu'il valait mieux soutenir des tyrannies que des démocraties.

Conséquence ?

Les populations de ces divers pays votent avec leurs pieds et viennent là où la Lumière leur permet d'éclairer, croient-ils, leur existence.

C'est toute une politique de tiersmondisme et d'assistanat à la tyrannie qui aujourd'hui implose sous nos yeux pendant que leurs populations exsangues tentent d'attraper quelques miettes en se ruant là où ces théories fumeuses ont été fabriquées et fument encore.

Toutes ces théories mettant en avant la nécessité d'un développement étatique n'ont fait qu'aider à l'émergence d'énormes encéphales corrompus pompant avidement à partir d'un centre tout le suc des périphéries. Et ce centre n'a rien d'une "mutinationale néo-libérale" : il émerge à chaque fois du cru, aidé il est vrai par ses mentors occidentaux de toute nature.

L'hypocrisie maximum est alors atteint lorsque l'on distribue les excédents d'une agriculture sur-subventionnée qui a détruit les productions locales et nourrit tout un alter-islamisme. Celui-ci pense avoir la solution alors qu'il est le problème puisqu'il a participé à cette gabegie en défendant l'idée de protectionnisme, d'étatisme, refusant les politiques d'ouverture souvent réduites à un jeu inégal où les jetons sont détenus encore par les mêmes : ceux-ci rachètent en effet ce qui se privatisent alors qu'ils restent toujours incapables de gérer quoi que ce soit, hormis leur compte en Suisse…

Qu'a fait exactement le gaucho-chiraquisme pour éviter un tel chaos qui vient frapper avec de plus en plus insistance à nos portes ?

La seule chose que tente de faire encore cette hydre en déclin consiste à faire croire que la seule possibilité de s'en sortir serait de voir Israël disparaître. Ainsi, dit-on, le chemin ne passe pas par Bagdad, Alger, Damas, mais Jérusalem… Supprimez cette folie juive de penser qu'ils peuvent se constituer en nation et vous aurez la paix perpétuelle ; même au Darfour, pourquoi pas ? Le lien n'a pas encore été proposé, mais cela ne saurait tarder en ces temps où le juif redevient le bouc émissaire préféré.

L'hypocrisie maximum est aussi atteinte lorsque le Sénat mexicain accuse les USA de génocide en… Irak alors que le système politique mexicain reste le principal fabriquant d'exclus qui viennent se presser aux frontières yankees.

Il en est au fond de même partout : l'on montre les USA du doigt, ce qui évite de remettre en cause les systèmes corrompus qui ont eu, tous, ou quasiment, un soutien chiraquien.

Il est dommage que tous les candidats, sans exception, se réclament d'un tel bilan désastreux pour la France, mais pas vraiment étonnant.

La cerise sur le gâteau provient sans doute de cette émission sur BBC world où il y a un an l'on discutait sur la signification du voile islamique qui, à l'époque, se réduisait à un fichu, tandis qu'aujourd'hui l'on se demande si le total look ou l'effacement intégral de la femme sous une montagne de tissus -ce qui en fait une prise de guerre, un espace conquis-, ne doit pas être lui aussi acceptée… Bayrou a donné son accord, Royal aussi, Sarkozy hésite, un de ses députés, François Grosdidier, ne souhaite-t-il pas que Charlie Hebdo soit condamné ?…

Voilà où nous a amené cette vaste politique gaullo-gauchiste : vers une faillite totale d'une politique de développement de pays qui n'en finissent pas d'émerger, quand bien même ici et là des exceptions et des espoirs se constituent.

Il serait temps de rompre, réellement, avec une telle politique

14 mars 2007

Lucien SA Oulahbib 6/6/2019

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

882 vues

Tous les articles de Lucien SA Oulahbib

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Article Resiliencetv

 

Comments are closed. Please check back later.