Kadhafi veut expulser les Palestiniens pour leur bien !

Des propos « sans fondements » selon la diplomatie de Tripoli, qui ont pourtant fait le tour des grands journaux arabes et qui auraient sans doute été prononcés par Kadhafi lors d’un entretien privé.

Le quotidien officiel Al-Jamahiriya avait affirmé il y a quelques jours que les autorités « mènent des consultations afin de permettre à des milliers de Palestiniens résidant en Libye de se rendre dans la bande de Gaza en passant par l’Egypte afin d’empêcher le complot de leur réimplantation ». L’article avait expliqué ce projet par un « sombre marchandage (…) prévoyant que tous les Palestiniens de la diaspora soient définitivement installés dans leurs pays de résidence actuels, c’est-à-dire que les réfugiés palestiniens installés au Liban deviendraient libanais, ceux installés en Syrie syriens, ceux de Libye libyens, etc. On voudrait ainsi brader le droit au retour des réfugiés pour convaincre Israël d’accepter l’‘initiative de Beyrouth’ ».

Il s’agit là du « plan de paix saoudien », connue également sous le nom de « l’initiative du prince Abdallah » – adopté par la Ligue arabe au sommet de Beyrouth de 2002, mais rejeté catégoriquement par la Libye –, proposant une normalisation de tous les pays membres de la Ligue avec l’Etat d’Israël en contrepartie d’un retrait total de l’ensemble des territoires occupés par Israël lors de la guerre des Six jours (juin 1967). « C’est ainsi qu’on veut en finir avec la cause palestinienne », poursuit le journal libyen. « Mais notre pays n’en sera pas complice. »

Déjà en septembre 1995, la Libye avait chassé des milliers de Palestiniens de son territoire pour marquer son opposition aux accords d’Oslo conclus entre l’OLP et Israël, qui avaient prévu l’autodétermination des Territoires occupés, rappelle le Courrier international. Des centaines d’entre eux s’étaient retrouvés coincés dans des « camps de retour » installés à la frontière avec l’Egypte, qui leur avait refusé le passage. D’autres avaient été piégés dans des bateaux croisant aux larges des côtes de la Syrie et du Liban, qui leur avaient eux aussi refusé l’entrée sur leur territoire, poursuit le Courrier international.

Le porte-parole des députés du Fatah au Conseil législatif palestinien, Jamal al-Tirawi a fermement dénoncé les propos attribués à Muammar Kadhafi lors d’un entretien accordé au quotidien Al-Hayat : « le fait de les chasser les obligera à s’installer dans un autre pays d’accueil, mais ne les fera pas revenir en Palestine puisque Israël ne leur permettra pas de passer la frontière ». Il a exprimé son espoir de voir « Muammar Kadhafi revenir sur sa décision qui, si elle devait être appliquée, obligerait ces réfugiés à un nouvel exode », poursuit le quotidien londonien saoudien.

© Resiliencetv

Masri 23/3/2007

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 188 vues

Tous les articles de Masri

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Non classé

 


Comments • comment feed