La tentation de la défaite

L’auteur reprend donc à son compte une des hypothèses de travail de la CIA ( » Le rapport de la CIA ; Comment sera le monde en 2020 ? »), celle de l’apparition d’un Califat mondial. Cette hypothèse, si elle peut sembler extrême, n’en reste pas moins plausible, d’où le grand intérêt de cette « tentation de la défaite ». D’ailleurs, la force d’Antoine Vitkine, est sans nul doute son acuité pour déceler les problématiques à venir (on se souvient de son premier essai : « Les nouveaux imposteurs » sur la résurgence du mythe du complot ») et leur essence même.


C’est ainsi que dans « La tentation de la défaite », l’auteur analyse brillamment les thèses islamistes, leurs origines et surtout leurs buts, analyse bien éloignée des poncifs habituels de nos islamologues officiels. Le politiquement correct n’a évidemment pas sa place ici et, faits à l’appui, il démontre que la résurgence de l’islamisme a bien peu à voir avec la politique extérieure des Etats-Unis ou encore le conflit israélo-palestinien mais bien plus avec les scories de l’Islam en tant que système théologico-politique.


B
ien entendu, la réflexion la plus intéressante reste celle sur la réaction qu’aurait l’Europe et surtout la France face à cette nouvelle donne géopolitique. Et l’on ne peut pas dire que l’auteur soit tendre avec la politique munichoise qui caractérise ces deux entités. Il met en évidence l’ineptie de notre « politique arabe », teintée de compromission avec les pires dictatures du globe et d’arrogance diplomatique. Il soulève également la question d’une utopique sanctuarisation du fait de notre politique anti-américaine et anti-israélienne.

Mais surtout, Antoine Vitkine lance une réflexion essentielle sur les valeurs de l’Occident, valeurs que l’Europe, et encore plus la France, bafouent chaque jour un peu plus. Valeurs mises à mal par une perte de repères des français tentées par des alliances idéologiques dangereuses. Ces quelques lignes, tirées de l’ouvrage, le résument bien :

« Toute cette mélasse ; ce cocktail idéologique où des islamistes tantôt se faisaient plus républicains que la République, tantôt reprenaient des arguments de l’extrême droite, qui elle-même utilisait certaines idées des pacifistes de gauche dont certains tombaient d’accord avec les islamistes, témoignaient de l’état d’esprit des français : désorientés, amorphes ou bien tentés par des explications simplistes, des slogans efficaces et des théories embrouillées. »


S
ans en dévoiler la fin, l’ouvrage d’Antoine Vitkine va au fond de notre logique munichoise pour mieux en explorer les absurdités et les inconséquences, notamment face à une menace très mal appréhendée. Et l’on peut dire que c’est dérangeant. On referme le livre avec un goût amer dans la bouche, un peu comme un lâche qui se regarde dans le miroir au petit matin.


« La tentation de la défaite » est donc un ouvrage essentiel qui doit être lu pour comprendre un avenir proche qui pourrait devenir très vite notre réalité.

23/3/2007

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

705 vues

Tous les articles de

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Non classé

 

Comments are closed. Please check back later.