Réflexions sur les situations internationales et françaises

Notre France se grandirait encore plus (retrouvant progressivement un rang, qui a toujours été le sien, contrairement à ce qu'en pensait un Giscard d'Estaing et ses fameux 1%, celui d'être une initiatrice de l'histoire mondiale, mais non globalisée…) en faisant en sorte tout d'abord de convoquer l'ambassadeur du Venezuela pour lui signifier qu'attaquer le Parlement librement élu est intolérable et que persister ainsi ne peut que déboucher sur une crise entre la France et ce pays perdu, persuadé qu'il suffit d'instruire et de soigner pour faire civilisation ; d'autant qu'il y est interdit de penser "mal" et que le manque de nourriture met à mal cette santé vitrine au verre mal dégrossi d'un régime aux abois ; mais cela peut durer longtemps, regardez (Cuba) et le Zimbabwe qui se met à vendre son cheptel pour affirmer la souveraineté de l'Union Africaine officiellement, pour montrer qu'il est toujours riche alors qu'il est exsangue l'opposition en prison ou en exil (cela fait penser à cette ruse de guerre au Moyen-âge, un château assiégé envoyant leurs dernières victuailles de l'autre côté des remparts pour faire croire qu'il pouvait encore tenir…).

Concernant la situation en Corée du Nord, tout n'a pas encore été essayé : pourquoi ne pas proposer que les pays de la région à savoir les deux Corées, le Japon, la Thaïlande, la Chine, mais aussi le Vietnam, les Philippines, l'Indonésie, la Malaisie, Singapour…puissent se réunir pour discuter de la mise en place d'un système de sécurité et de solidarité, l'objectif étant d'insérer la Corée du Nord dans un jeu de reconnaissance réciproque afin d'un côté reconnaître enfin le rôle de son équipe dirigeante dans la guerre de libération envers le Japon, de l'autre côté faire en sorte que les parties en présence se contiennent mutuellement. Il est clair que la Chine joue un double-jeu en la matière.

Mais frapper la Corée du Nord dès maintenant sans avoir jouer à fond la carte diplomatique serait une erreur. Ce qui n'empêche pas de la critiquer sur le plan des principes universels, lui proposer d'en parler devant les médias du monde entier (idem pour l'Iran, la Chine, l'Arabie…) il faut arriver à édifier une scène communicationnelle internationale, une arène permettant des joutes spirituelles lançant des défis symboliques au sens fort du terme.

Il faut défier les pays qui piétinent allègrement les droits de l'Homme comme en…Corée du Nord, en Chine…Vietnam… Arabie Saoudite, en Turquie, en Iran, dans les territoires administrés par l'OLP, au Zimbabwe, Centre-Afrique, Algérie, Maroc, etc puisque dans tous ces pays non seulement les droits élémentaires sont bafouées (l'Algérie osant demander des réparations au jour anniversaire du massacre d'Oran) , mais également refusent les réciprocités qu'ils exigent "chez nous": ainsi pourquoi accepter que l'Arabie Saoudite, la Turquie, l'Algérie, financent des mosquées en France via diverses officines prête-noms et refusent l'existence ne serait-ce que d'une seule église nouvelle sur son sol, ne parlons pas de synagogue, de temple, de liberté des moeurs…

Est-ce faire montre de "panique identitaire" que d'exiger cela? Ceux qui rétorquent "oui" se sont en réalité rendus avec armes et bagages, balisant seulement la route de leurs nouveaux maîtres.

Il est en effet interdit dans un pays musulman de construire un nouveau bâtiment religieux (à l'exception du Maroc et de Bahreïn) seule la restauration est tolérée, et encore puisque St Sophie à Istanbul est toujours en réfection alors que c'est pourtant devenu un musée…Ne parlons pas de l'Arabie qui criminalise ce qu'elle exige cependant en France…La situation en matière de liberté n'est néanmoins pas si enviable non plus en Inde et en Chine…

Quant à la guerre que mènent les Arabo-musulmans contre les juifs depuis le VI° siècle elle ne trouvera pas d'issue si les premiers refusent les faits, à commencer leur narratif à remodeler sous la houlette d'une commission au-dessus de tout soupçon. Israël faisant de même. On verra bien que sans la présence juive il n'y aurait pas de présence arabe. Et que sans cette compréhension il n'y aura jamais de paix, à moins de croire que les solutions extrêmes ou qui choisissent la voie du pourrissement seraient les meilleures…

*

Sur la situation intérieure française, commençons tout d'abord à signaler ce poignant témoignage de Simone Veil qui explique bien comment elle a pu survivre, par chance, à l'extermination, ce qui répond à beaucoup de questions que certains nouveaux négationnistes n'ont de cesse encore de poser… Le plus poignant étant l'indifférence manifeste à l'époque pour la spécificité même de cette extermination qui était pour les nazis l'objectif principal et non pas un "détail", même si pour les gens de l'époque et jusqu'à maintenant cela apparaît encore tel…

Quant à ses positions postérieures, observons que sur l'avortement il s'agissait de parer aux pratiques clandestines qui faisaient beaucoup de dégâts, sans pour autant le considérer, du moins dans l'esprit de Veil, comme un moyen de contraception, ce qu'il était sous la Russie soviétique, une pratique qui s'est ensuite généralisée, participant à la banalisation de l'instrumentalisation/marchandisation du corps humain, devenu un outil comme un autre, le ventre des femmes étant équivalent à des bras pour un Pierre Bergé dont l'idéologie servile est aujourd'hui au pouvoir en France comme elle l'est depuis longtemps en Occident et dans le monde avec ses promotions canapé, nouvel harem, haras, grandeur et misère des courtisan/es).

Cela fait penser au dernier livre de Christophe Guilluy sur l'affolement des élites, un brulôt qui certes frappe souvent juste, en particulier la résurgence des nouvelles citadelles médiévales à la Hidalgo et ses cours emplies précisément de nécessiteux de luxe si méprisants envers les "sans dents" tout en hantant la galerie des glaces (les médias) l'hospice s'y moquant de la charité.

On pourrait certes prolonger ce tableau en observant que parmi les gens des "périphéries"certains  transformés en fantômes, zombis, vampires, pas vus à la TV, implosent dans le porno et les jeux du cirque (télé-réalité) sauf que ce néo-baudrillardisme s'enferme dans un mantra trop systématique entre ouvert/fermé, mondialisation faussement heureuse et crise identitaire à répétition puisqu'il n'est pas dit que l'implosion soit la seule "stratégie fatale" possible menant ensuite les faux contre-feux de l'hyper-nationalisme, l'islamo-assassin (résurgence de la secte des Assassins) ou encore l'ultra-gauchisme des blacks blocs ces nouveaux "autonomes" théorisés par Guattari et Deleuze idiots utiles par excellence.

Certes encore ces trois courants se rejoignent objectivement sous nos yeux ("frapper ensemble marcher séparément" ou le mot d'ordre des trotskistes suivi aujourd'hui à la lettre par le néo-chaviste Mélenchon) dans l'espoir de tuer le monstre "libéral", de "purifier" ainsi le monde persuadés comme Marx quand tuant le privé au coeur même de la pensée le groupe en serait individuellement libéré alors qu'il s'enfoncerait encore plus dans la soumission de la domination sans retenue comme il a été vu dans les totalitarismes précédents.

Mais est-ce la seule alternative possible ? Entre le technocratisme standardisé d'implosion et le purisme totalitaire ?  Si l'on écarte aussi le néo-puritanisme frugal d'un Hulot, appelant lutte pour le climat le nécessaire et permanent combat contre la pollution et les déchets qui devrait exister même sans le charivari actuel, la solution plausible ne réside-t-elle pas plutôt dans l'idée que la mondialisation n'est ni réductible à la globalisation sans frein des grandes firmes ni à cet "autre" nécessairement ennemi d'un "chez nous" supposé inamovible ?

Ainsi si l'on admet que l'on pourrait aussi renforcer les régulations en vue non pas de créer un gouvernement mondial, mais une coopération entre civilisations autour de principes morphologiques communs nécessaires pour le développement de chacun, il serait possible d'afficher à la fois une solidarité universelle et de préserver le mode de vie de chaque peuple, conçu non pas seulement au niveau de la nation mais aussi de l'ethnie puisque celle-ci n'est pas en soi antinomique à partir du moment où elle ne se prétend pas supérieure. Telle serait une réelle subsidiarité pensée à la fois localement et mondialement.

En est-on là avec ce nouveau gouvernement français ? Pas sûr du tout tant il est arrivé par accident et manipulation alors que le camp alternatif s'avère en fait ne pas être prêt par trop enfermé dans un négatif en aucun cas porteur d'un nouveau positif esquissé ici et là plus haut.

Lucien SA Oulahbib 6/7/2017

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

195 vues

Tous les articles de Lucien SA Oulahbib

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Alliance des civilisations-ARTV, Article Resiliencetv, Editorial de Resiliencetv-ARTV, Europe-RTV

 

Comments are closed. Please check back later.