Argot inclusif : vous faites c.h.i.e.r!!!

M.a.r.r.e de ces éternelles simagrées hypocrites en matière d'ISF ("à bas les yatchs et voitures de courses" serait de nouveau le rituel à la mode) CSG (au dessus de 1200 euros tu es "riche" p.a.p.a)PMA (droit à l'enfant mais effacé comme la théorie du genre) PSA (diesel), TGV (Siemens), EDF (nucléaire), toutes ces vieux sigles pompeux histoires séculaires de gros sous  mis à l'Index à la rentrée par des nantis de gaute et de droiche (toujours et plus que jamais au pouvoir) alors que la pompe à fric public en leur direction bat tous les records tant et si bien que les 5 euros d'APL font grise mine à côté des cumulards le coeur en bandoulière.

Et que je te p.o.m.p.e de la CSG parce que tu n'as pas le droit de te la couler douce à Marrakech ou à Porto si à 50 ans tu n'as pas eu ta légion d'honneur pour pompage, au nom des pauvres, au nom du fric public, surtout que les p'tits fours de la Mairie de Paris coûtent b.o.n.b.o.n, solidarité camarade, trois tours de "vélib" sur une voie express rive droite brisée abandonnée. et puis s'en vont à la casse qu'il faut casquer.

Ah! l'époque où l'on rentrait en taxi filant à minuit en bonne compagnie entre les flammes (é)mouvantes des réverbères et de leurs reflets peuplés d'histoires après un théâtre revigorant un peu plus haut place Wagram.

M.a.r.r.e que les mêmes sangsues parasitent P.a.n.a.m.e.

Marre qu'ils donnent toujours le là, plein le do (s), alors qu'ils ont tout faux depuis des décennies avec leur O.S (système office) périmé. Dénonçant "les riches" alors qu'ils en sont les avares abandonnant femmes et enfants avant même que leur bateau ne coule, Tartuffes dilapidant toujours (avec le même "rire silencieux") notre argent dans des missions inutiles, formations, aides aux entreprises ou je te casse un bras et je te vends une attelle, hypocrisie en tube, je te viole au nom de mes principes foucaldiens et tu la boucles, à 11 ans, au nom des mêmes principes aujourd'hui légalisés, même si tu es responsable écolo et je t'accuse de généraliser, de dire "nous les femmes", comme l'ont fait les aboyeur.e.s contre Sandrine Rousseau à ONPC, laissant ainsi sous-entendre qu'elle l'aurait bien cherchée ?… Seule la libido est révolutionnaire camarade S.R, le reste n'est que billevesée.

Marre donc que ces c.o.n.s volent en escadrille pour nous bombarder leurs bonnes paroles du genre Trump c'est mal le référendum de la Catalogne c'est bien alors que certains indépendantistes auraient la dent dure contre leurs immigrés sud-américains parce qu'ils parlent espagnol préférant faire les yeux doux aux arabo-musulmans supposés, généralement marocains d'origine berbère, or ces Catalans là veulent leur imposer…l'a.r.a.b.e…plutôt que l'espagnol….

M.a.r.r.e de ces révolutionnaires du dimanche ouvrant l'éternelle "chasse aux riches" confondant "ruissellement" parcimonieux, et "effet multiplicateur" (pourtant bien keynésien) comme le chef de ces "insoumis" d'opérette, faisant croire aussi pour la galerie que la chasse à la fraude fiscale permettrait de transformer l'État en réel serviteur du Peuple, comme au Venezuela sans doute (qui ne meurent même plus guéri) ; comme aussi la maire lilloise qui s'est pourtant bien goinfrée à l'argent public pendant des lustres et un peu partout en plus tout en pensant toujours qu'il suffirait de partager encore plus le gâteau pour l'agrandir.

Balivernes en f.a.i.t. Tous ces révolutionnaires en peau de lapin ont viré leur cuti depuis longtemps marchant du côté du manche officieusement tout en prétendant le contraire, crachant sur l'argent qu'ils sirotent en douce, cachant en réalité leurs immenses responsabilités depuis des décennies dans la lente décomposition actuelle masquée bien sûr par le dopage des sondages.

Lucien SA Oulahbib 30/9/2017

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

356 vues

Tous les articles de Lucien SA Oulahbib

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Analyses-RTV, Article Resiliencetv, Editorial de Resiliencetv-ARTV

 

Comments are closed. Please check back later.