Emeutes : aveuglement et théories du complot

Et il semble bien que le pli a été pris en France comme au Royaume Uni ou aux USA. Car au lieu d'analyser la situation en repérant la diversité des facteurs qui ne permet pas d'opposer manipulation de certains noyaux activistes religieux et/ou mafieux et effets pervers du techno-urbanisme, du corporatisme et du monopole étatiste, les partisans du complot exonèrent, d'emblée, toute stratégie de pouvoir cherchant à exacerber les tensions à partir du moment où elle est supposée être non occidental.

Dans cette perspective et son prisme tout est possible, excusable : qu'il s'agisse, en France, du caïd qui envoie au feu des gosses en rupture de ban en leur promettant quelques subsides afin de faire fuir les derniers habitants non encore sous contrôle, en passant par les activistes islamistes et "alter" qui profitent un peu partout de la tolérance démocratique pour prospérer et nuire, jusqu'à Ben Laden et ses amis Perses partisans de la stratégie d'usure propre à la guerre permanente, tous sont excusables pour les partisans extrêmes d'un gauchisme dégénéré en nihilisme absolu préférant en dernier lieu l'ordre totalitaire à l'ordre démocratique et libéral. Parce que lorsque l'on ne croit plus à rien, (sauf peut-être à l'effet de serre que l'on réduit cependant à la seule activité humaine, inexistante pourtant lorsque la glaciation s'interrompit à l'époque paléolithique), il est bien plus "fun" de laisser advenir la violence pure, (admirée de toute façon en sous-main dans les bas-fonds des désirs pervers et encensée par l'art nihiliste aujourd'hui dominant dans l'avant garde).

Et de toute façon certains sont las d'être si repus et veulent la décadence pour en admirer le spectacle, à la manière de Néron chantant et jouant de la lyre en voyant Rome brûler (tout en faisant accuser bien entendu ces juifs qui disaient s'appeler chrétiens). On le voit, une minorité d'individus, par aveuglement absolu, impose dans les médias et les arcanes censées produire pourtant de l'analyse sérieuse, une vision uniforme et dangereuse qui ne peut qu'armer ceux-là mêmes qu'ils prétendent combattre : à la façon des années 30 où l'on était sommé de choisir entre fascisme et antifascisme alors que les uns et les autres étaient complices, Hitler et Staline s'admirant, nationalistes arabistes et islamistes fraîchement sortis de la férule ottomane cherchant leur soutien pour éviter la Réforme. Aussi est-il navrant de voir certains, (y compris au sein de l'équipe Bush), chercher à se faire aimer à tout prix par eux, par des sbires qui pensent que l'émergence, même, du monde démocratique, serait la cause ultime de leur sortie, accélérée, de l'Histoire humaine. Voulant éviter cette descente en enfer, les monstres (qui viennent de frapper Amann et toujours Bagdad) nous entraînent dans leur danse de mort.

A nous de les empêcher. Comment ? En combattant pour commencer leurs alliés qui au lieu de lutter contre les excès et les effets pervers de la techno-urbanité, de l'appât du gain et de l'étatisme, considèrent également que c'est d'abord la liberté qui doit être supprimée. Alors que celle-ci, couplée à la responsabilité, permettrait d'articuler prospérité et justice au lieu de les opposer constamment. L'enjeu est là : ou continuer à enfoncer le monde dans l'intolérance et la misère, ou prendre à bras le corps ses contradictions pour tenter de les dépasser vers un horizon meilleur.

10 novembre 2005


Lucien SA Oulahbib 19/8/2017

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

913 vues

Tous les articles de Lucien SA Oulahbib

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Analyses-RTV, Article Resiliencetv

 

Comments are closed. Please check back later.