Featured

Another Face of Antisemitism

(Translated in French at the bottom)

A couple of years ago, while I was teaching in Hong Kong and led a general discussion on the differences between the Chinese and Western civilizations, a young woman from mainland China interjected: “What I don’t understand about Western civilization is why is there antisemitism!” This was a surprising remark, stopping the discussion in its tracks, because it did not veer anywhere near the subject before. Its effect on me was explosive: suddenly nothing seemed the same anymore.

At least for this young woman, antisemitism was the distinguishing characteristic of our entire civilization. Not, for instance, freedom or economic prosperity, but hostility to the Jews. We, on our side, in the back of our minds know of the permanence and ubiquity of this attitude, but very rarely ask the question why this is so, forgetting about it and treating its episodes as unconnected, each demanding a separate explanation and solution. It requires a true outsider to show us that antisemitism runs like a red thread through the entire history of the cultural framework which unites all Western societies – all societies, that is, that look Western from the Chinese perspective.

The Chinese perspective forces us to redraw our cultural map and look at ourselves anew. China sees two “others”: on the one hand, India with its cultural sphere, on the other hand, the West, composed, in the main (in the long Chinese view) of Christianity and Islam. We are all “the West” for China, which means that the West is, in fact, the monotheistic civilization. And the distinguishing feature of this civilization, uniting the many Christian and Muslim societies despite their numerous differences, is antisemitism.

This makes the permanence and ubiquity of antisemitism understandable. Judaism is the foundation of the monotheistic (i.e. Western) civilization. The One God billions of Christians and Muslims worship is the Jewish God, the God of the Hebrew Bible, the Creator of and the central participant in the history of the Jewish people it depicts. The attention of Christians and Muslims is of necessity fixed on Jews; their identity (as Christians and as Muslims) is not self-sufficient, it depends on a justification of their separation from Jews, on explaining why they (Christians and Muslims) – believers as they are in the Jewish God – are not Jews themselves. Psychologically, this cannot be explained by their being insufficiently good Jews, it must be explained by some egregious failing on the part of the Jews.

The psychological problem in which Christianity and Islam find themselves as a necessary result of their acceptance of Jewish monotheism is dramatically magnified by to them undeniable God’s choice of the Jews as His own people far ahead and above them. God’s obvious preference forever replays the parable of Cain and Abel for Christians and Muslims: they forever envy the Jews this preference and are forever doomed to seek the latter’s perdition, lest they deny their own identity – they must be anti-Semitic, in other words. Indeed, this is a sibling rivalry of sorts, on a very large scale: a futile and therefore endless competition for the love of the supremely important parent, once and for all given to the eldest child.

Of course, this is not the problem affecting the majority of Christians and Muslims: the vast majority are practicing their faith without ever giving thought to such questions or any doctrinal matter. This problem bothers only the small theologically-literate thinking elite. But it is this elite which spreads the word and, while doing so, creates tropes – the most important instrument of institutionalization. Whenever we speak of systemic or institutionalized this or that (e. g., in this country, we often speak of institutionalized racism), we do in fact speak of tropes which define our subconscious – i.e., not explicit – attitudes, attitudes we would in many cases explicitly deny, if asked point blank whether we subscribe to them. It is in this way that attitudes that become politically incorrect persist. And, obviously, the longer an attitude is transmitted through tropes, the deeper its institutionalization goes and the more it is resistant to the counteraction of newer institutions, such as new standards of political correctness, for instance. Within our, monotheistic, civilization antisemitism is the deepest embedded – the oldest, the strongest – institution, and, unfortunately, it cannot be said that in the past 2000 years it has often become politically incorrect.

The arrival of nationalism, since the 16th century in Christian societies, and since the early 20th century in Muslim ones, brought religion down to earth, sacralizing the political sphere in particular, but barely touched anti-Jewish tropes, deriving from the relationship between God and communities of the faithful. New tropes appeared in Calvinist Protestantism, which encouraged the growth of the original, English, nationalism, and then of the American nationalism, directly issuing from the latter, such as the reference to Puritans as the “New Israel” or “New American Israel” and “all men are created equal.” But they were not able to dislodge the old ones. Even in the New English State of New Hampshire – the very midst of new American Israel arguably – Jews were until 1876 considered beneath the dignity of the voting rights.

Nevertheless, nationalism, which focused the attention on this, experiential, world and withdrew it from transcendental spheres, at least among those with any degree of modern secular education, changed the nature of antisemitism. From a fundamentally religious attitude it transformed into a fundamentally racial one. (Antisemitism was, in fact, the very first form racism took.) In the end of the 18th century, one of the earliest spokesmen for the yet unformed German people and the still less formed European unity, Herder, referred to Jews as “the Asiatic alien folk.” Since Jewish “blood” did not naturally ooze from the European soil (as the blood of the forest-dwellers who converted to Christianity a thousand years after Jews created it presumably did), Jews evidently contributed nothing to the European culture – or civilization – which, it was felt at the time, was leading the cultural development of humanity. This, in turn, contributed to the emergence of the modern Greek myth – the conviction that the source of Western civilization (its fundamental values, its ways of thinking) was Ancient Greece, that Homer, not the Hebrew Bible, was its foundational text.

To stress the new racial character of the old sentiment of “Jew-hatred,” a German “progressively-minded” anti-Semite Wilhelm Marr invented the word “antisemitism” to replace it, at the same time (1879) founding the first explicitly anti-Jewish dummen Kerls).” They did not judge these “dummen Kerls” too harshly as, apart from antisemitism (forgivable on the account of their lack of sophistication), their heart was obviously in the right place. National Socialists, who were to carry the torch half a century later, we should remind ourselves, were socialists too.

Thus, in the modern age, antisemitism was rejuvenated under a new name and, as it were, got a new, political, lease on life (not that it showed any signs of weakening before that). What, besides social inertia — that is, the self-perpetuation of 2000-year-old anti-Semitic tropes or systemic, institutionalized antisemitism – explains this? Was there a cause that activated these conditions? Indeed, there was: it was the envy of Jewish achievement in modern societies.

Perhaps the greatest representative of this achievement, Albert Einstein, thought an old fable threw “into bold relief the mainsprings of political anti-Semitism.” The fable told of a shepherd boy who counselled the horse: “You are the noblest beast that treads the earth. You deserve to live in untroubled bliss; and indeed your happiness would be complete were it not for the treacherous stag. But he practiced from youth to excel you in fleetness of foot. His faster pace allows him to reach the water holes before you do. He and his tribe drink up the water far and wide, while you and your foal are left to thirst,” and the horse was “blinded by envy and hatred of the stag.” For Einstein, the stag in this fable represented Jews, the horse common anti-Semites, and the shepherd boy the ideological, intellectual anti-Semitic leadership.

Anti-Zionism on Campus: The University, Free Speech, and BDS, provides incontrovertible firsthand evidence of this phenomenon.

Anti-Zionism on CampusOn this point, it’s worth stressing that the individuals who tell their stories here are not all pro-Israel in any strong sense of that phrase and certainly not Indeed, neither this volume’s editors nor its contributors believe that Israel is immune to criticism or that freedom of speech to criticize Israel must be limited or suppressed. Many of its contributors have, in fact, done their share of such criticism. The point of this volume, assuredly, is not to defend Israel, either in general or from any of the specific charges regularly levied against it” (pp. 5-6).

any state can be criticized for this or that iniquity. But it is also obvious – for anyone who cares to look at the evidence – that no state is criticized as persistently, harshly, and disproportionally to the iniquities of which it is guilty as the Jewish state, Israel. This in itself is a proof of the antisemitism undergirding such criticism and could do without Jews joining in the choir. Perhaps, if we focus – and remind the world – of Jewish self-determination and other rights that have been consistently denied for 2000 years, we would be better able to defend ourselves from antisemitism on campus and elsewhere, whether or not it calls itself “anti-Zionism.”

Anti-Zionism on Campus will have a permanent historical significance. As a collection of documents on yet another face of antisemitism, it will help us understand it and, perhaps, even fight it.

*

Il y a quelques années, alors que j'enseignais à Hong Kong et que j'animais une discussion générale sur les différences entre les civilisations chinoise et occidentale, une jeune femme de Chine continentale est intervenue : "Ce que je ne comprends pas dans la civilisation occidentale, c'est pourquoi il y a de l'antisémitisme !" C'était une remarque surprenante, arrêtant la discussion dans son sillage, parce qu'elle ne s'approchait pas du sujet avant. Son effet sur moi était explosif : tout d'un coup, plus rien ne me paraissait pareil.
Au moins pour cette jeune femme, l'antisémitisme était la caractéristique distinctive de toute notre civilisation. Non pas, par exemple, la liberté ou la prospérité économique, mais l'hostilité envers les Juifs. Nous, de notre côté, dans notre esprit, nous connaissons la permanence et l'ubiquité de cette attitude, mais nous posons très rarement la question du pourquoi, l'oubliant et traitant ses épisodes comme déconnectés, chacun exigeant une explication et une solution séparée. Il faut un véritable outsider pour nous montrer que l'antisémitisme court comme un fil rouge à travers toute l'histoire du cadre culturel qui unit toutes les sociétés occidentales – toutes les sociétés, c'est-à-dire qui regardent l'Occident du point de vue de la Chine.
La perspective chinoise nous oblige à redessiner notre carte culturelle et à nous regarder à nouveau. La Chine en voit deux "autres" : d'une part, l'Inde avec sa sphère culturelle, d'autre part, l'Occident, composé, pour l'essentiel (dans la vision chinoise à long terme) du christianisme et de l'islam. Nous sommes tous "l'Occident" pour la Chine, ce qui signifie que l'Occident est en fait la civilisation monothéiste. Et le trait distinctif de cette civilisation, qui unit les nombreuses sociétés chrétiennes et musulmanes malgré leurs nombreuses différences, est l'antisémitisme.
Cela rend compréhensible la permanence et l'omniprésence de l'antisémitisme. Le judaïsme est le fondement de la civilisation monothéiste (c'est-à-dire occidentale). Le Dieu unique des milliards de chrétiens et de musulmans est le Dieu juif, le Dieu de la Bible hébraïque, le Créateur et le participant central dans l'histoire du peuple juif qu'il dépeint. L'attention des chrétiens et des musulmans est nécessairement fixée sur les juifs ; leur identité (en tant que chrétiens et musulmans) n'est pas autosuffisante, elle dépend d'une justification de leur séparation des juifs, de la raison pour laquelle ils (chrétiens et musulmans) – croyants comme ils sont dans le Dieu juif – ne sont pas eux-mêmes juifs. Psychologiquement, cela ne peut pas s'expliquer par le fait qu'ils ne sont pas suffisamment bons Juifs, cela doit s'expliquer par un défaut flagrant de la part des Juifs.

Le problème psychologique dans lequel le christianisme et l'islam se trouvent comme un résultat nécessaire de leur acceptation du monothéisme juif est dramatiquement amplifié par le choix indéniable par Dieu des juifs en tant que son propre peuple, loin devant et au-dessus d'eux. La préférence évidente de Dieu rejoue à jamais la parabole de Caïn et Abel pour les chrétiens et les musulmans : ils envient à jamais aux juifs cette préférence et sont condamnés à jamais à chercher la perdition de ces derniers, de peur qu'ils ne nient leur propre identité – ils doivent être antisémites, en d'autres termes. En effet, il s'agit en quelque sorte d'une rivalité fraternelle, à très grande échelle : une compétition futile et donc sans fin pour l'amour du parent suprêmement important, donné une fois pour toutes à l'aîné des enfants.
Bien sûr, ce n'est pas le problème qui touche la majorité des chrétiens et des musulmans : la grande majorité d'entre eux pratiquent leur foi sans jamais réfléchir à de telles questions ou à toute autre question doctrinale. Ce problème ne dérange que la petite élite de la pensée théologico-littéraliste. Mais c'est cette élite qui fait passer le mot et, ce faisant, crée des tropes – l'instrument le plus important de l'institutionnalisation. Chaque fois que nous parlons de tel ou tel système ou institutionnalisé (par exemple, dans ce pays, nous parlons souvent de racisme institutionnalisé), nous parlons en fait de tropes qui définissent nos attitudes subconscientes – c'est-à-dire non explicites -, attitudes que nous nierions explicitement dans de nombreux cas, si on nous demandait à bout portant si nous y souscrivons ou non. C'est ainsi que persistent les attitudes qui deviennent politiquement incorrectes. Et, évidemment, plus une attitude se transmet longtemps à travers les tropes, plus son institutionnalisation s'approfondit et plus elle résiste à la contre-action de nouvelles institutions, comme les nouvelles normes de correction politique, par exemple. Au sein de notre institution monothéiste, l'antisémitisme de civilisation est l'institution la plus profondément enracinée – la plus ancienne, la plus forte – et, malheureusement, on ne peut pas dire qu'au cours des 2000 dernières années, elle est souvent devenue politiquement incorrecte.
L'arrivée du nationalisme, depuis le XVIe siècle dans les sociétés chrétiennes, et depuis le début du XXe siècle dans les sociétés musulmanes, a ramené la religion sur terre, sacralisant la sphère politique en particulier, mais touchant à peine les tropes anti-juifs, dérivant de la relation entre Dieu et les communautés de fidèles. De nouveaux tropes sont apparus dans le protestantisme calviniste, ce qui a encouragé la croissance de l'original anglais,du nationalisme américain, puis du nationalisme américain, directement issu de ce dernier, comme la référence aux puritains comme le "Nouvel Israël" ou "Nouvel Israël américain" et "tous les hommes sont créés égaux". Mais ils n'ont pas pu déloger les anciens. Même dans le New English State of New Hampshire – au milieu même du nouvel Israël américain – les Juifs étaient considérés jusqu'en 1876 peu dignes du droit de vote.

Néanmoins, le nationalisme, qui a focalisé l'attention sur ce monde pragmatique et l'a retiré des sphères transcendantes, au moins parmi ceux qui ont un degré quelconque d'éducation laïque moderne, a changé la nature de l'antisémitisme. D'une attitude fondamentalement religieuse, elle s'est transformée en une attitude fondamentalement raciale. (L'antisémitisme était, en fait, la toute première forme de racisme.) À la fin du XVIIIe siècle, l'un des premiers porte-parole du peuple allemand encore peu formé et de l'unité européenne encore moins formée, Herder, appelait les Juifs "le peuple étranger asiatique". Comme le "sang" juif ne suinte pas naturellement du sol européen (comme le sang des habitants de la forêt qui se sont convertis au christianisme mille ans après sa création par les juifs), il est évident que les juifs n'ont rien apporté à la culture – ou civilisation européenne – qui, à l'époque, était à la tête du développement culturel de l'humanité. Ceci, à son tour, a contribué à l'émergence du mythe grec moderne – la conviction que la source de la civilisation occidentale (ses valeurs fondamentales, ses façons de penser) était la Grèce antique, que Homère, et non la Bible hébraïque, en était le texte fondateur.
Pour souligner le nouveau caractère racial de l'ancien sentiment de "haine des juifs", un antisémite allemand, Wilhelm Marr, "à l'esprit progressif", inventa le mot "antisémitisme" pour le remplacer, tout en fondant (1879) la première organisation politique explicitement anti-juive, la "Ligue antisémite". La Ligue était socialiste dans son caractère général et bientôt d'autres socialistes allemands, y compris les Juifs, ont été entendus pour définir l'antisémitisme comme "le socialisme de l'impudicité (dummen Kerls)". Ils n'ont pas jugé ces "dummen Kerls" trop sévèrement car, en dehors de l'antisémitisme (pardonnable à cause de leur manque de sophistication), leur cœur était évidemment à la bonne place. Les nationaux-socialistes, qui devaient porter le flambeau un demi-siècle plus tard, nous devrions nous le rappeler, étaient aussi des socialistes.
Ainsi, à l'ère moderne, l'antisémitisme a été rajeuni sous un nouveau nom et, pour ainsi dire, a obtenu un nouveau bail politique (non pas qu'il montrait des signes d'affaiblissement avant cela). Qu'est-ce qui explique cela, à part l'inertie sociale – c'est-à-dire l'auto-perpétuation de tropes antisémites vieux de 2000 ans ou l'antisémitisme systémique et institutionnalisé ? Y avait-il une cause qui a activé ces conditions ? Car il y en a : l'envie des réalisations juives dans les sociétés modernes.
Le plus grand représentant de cette réussite, Albert Einstein, pensait qu'une vieille fable jetait "en relief les ressorts principaux de l'antisémitisme politique". La fable racontait l'histoire d'un berger qui conseillait le cheval :

"Tu es la bête la plus noble qui foule la terre. Vous méritez de vivre dans une béatitude non troublée ; et en effet, votre bonheur serait complet si ce n'était pas pour le cerf traître. Mais il a pratiqué dès la jeunesse pour vous exceller dans la fugacité du pied. Son rythme plus rapide lui permet d'atteindre les points d'eau avant vous. Lui et sa tribu boivent l'eau au loin et au large, tandis que vous et votre poulain sont laissés à la soif", et le cheval était "aveuglé par l'envie et la haine du cerf".

Pour Einstein, le cerf dans cette fable représentait les Juifs, le cheval commun antisémites, et le berger le leadership idéologique, intellectuel et antisémite.
En d'autres termes, nous avons trop bien fait, nous avons excellé.

Bien sûr, dans chaque nation, l'écrasante majorité de ceux qui ont réussi ont toujours été des non-Juifs, mais la judéité même des Juifs les a rendus plus importants. Nous étions là, une petite minorité luttant contre toutes sortes de discriminations et de difficultés, pour finir en tête de liste. Le fait que tant d'entre nous ne pouvions pas battre les probabilités, étaient épuisés par la nécessité de toujours faire des batailles difficiles, et se sont contentés de beaucoup moins, le fait que l'écrasante majorité des Juifs d'Europe de l'Est (la maison de la majorité des Juifs du monde, quand Einstein avait cette conversation) étaient si pauvres que le seul succès qu'ils pouvaient envisager était d'avoir assez de pain pour nourrir leurs enfants de jour en jour, et seuls les Einstein, les Charlie-Chaplins, les Rothchilds, les Rothchilds étaient vus.

Nous étions sûrement des cerfs traîtres, contrôlant le monde. Notre contrôle évident du monde nous a facilité les choses, ce qui était difficile pour tout le monde. Par conséquent, notre succès n'était pas une raison d'admiration, c'était injuste, le résultat d'une conspiration, d'être détesté.

Et puis l'Allemagne a perpétré l'Holocauste et le reste du monde monothéiste, étant profondément antisémite, y a acquiescé, ne bougeant pas un doigt pour sauver les 6 millions de personnes qui y ont péri ou pour épargner des procès.(Inutile de dire que nous devons être éternellement reconnaissants envers ces quelques personnes exceptionnelles qui n'ont pas acquiescé).

Après l'Holocauste, l'antisémitisme explicite a été banni de la société polie en Europe et en Amérique. Les appels à tuer les Juifs sont restés tout à fait assumés dans le monde musulman et ont fait l'objet d'actions répétées dans les nouvelles nations, formées au lendemain de la guerre, où ils servent de cri de ralliement en l'absence de toute autre cause unificatrice. Ces appels antisémites et la persécution des juifs qui en découle trouvent une réponse par un silence de mort de la part des nations plus "avancées" dont l'héritage est chrétien et qui ont invité les nations musulmanes à se joindre aux Nations Unies, fondées dans le but déclaré d'empêcher un autre Holocauste…

A l'origine, "Nations Unies" était le nom donné par les Alliés qui ont combattu les puissances de l'Axe, en particulier les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, qu'ils ont ensuite légué à l'organe représentatif plus large. Dans ces premières nations unies, l'antisémitisme explicite n'était plus toléré après l'Holocauste, et des deux côtés du rideau de fer qui les sépara bientôt. Quand inexplicite, cependant, elle est restée vivante et bien vivante. (Il n'est pas surprenant qu'il ait persisté derrière le rideau de fer : là, cela pourrait être considéré comme faisant partie de la méchanceté totalitaire. Mais il est étonnant, en fait, combien on en voit, si l'on se donne la peine de regarder, dans les principales démocraties occidentales avant même le début de la première décennie de l'après-guerre des années 1950). Néanmoins, le nom de l'ancienne hostilité, qui cherchait obstinément à s'exprimer, devait changer. Par conséquent, il l'a fait. Tant en Union soviétique que dans le monde libre, rejoint par la nouvelle guerre froide, la haine des juifs se présentait désormais comme de l'antisionisme.

Je ne suis pas sûr de savoir qui a lancé l'idée brillante de couvrir les préjugés méprisables fondés sur l'envie avec la noble préoccupation progressive pour les droits des opprimés et l'opposition à l'impérialisme ("bourgeois" dans la rhétorique soviétique, "blanc" dans celle du monde libre) ou de quel côté de la division il a été pionnier, mais l'idée a certainement fonctionné et la haine des juifs a été rendue légitime à nouveau. Cela fonctionnerait particulièrement bien parmi les éduqués, les "bergers" d'Einstein : les antisémites non éduqués, n'étant pas des adeptes des règles d'étiquette, n'avaient pas besoin de nouveaux noms fantaisistes.

On pourrait dire que, tout comme l'antisémitisme était auparavant le socialisme du grossier, l'antisionisme était maintenant l'antisémitisme du sophistiqué.

Israël est devenu le cerf traître, détesté pour son agilité, pour son excellence. Israël, une merveille pour le monde, qui a transformé en un jardin florissant un lieu sans valeur de terre vide, jeté à son demi-million de résidents avant l'indépendance (dont beaucoup d'adolescents survivants de l'Holocauste juste sortis des camps de la mort et descendus du bateau) comme un os sec pour un chien mourant par les largesses des Nations Unies, est envié pour le séchage des marais pestilentiels, près desquels personne ne vivait et irriguant le désert où rien ne poussait avant, pour élever une ville globale à partir de rien, pour émerger dans à peine une durée de vie humaine comme l'une des sociétés les plus dynamiques de la planète.

Ses victoires étonnantes sur les armées des États voisins bien supérieurs en population et en ressources, et qui l'ont attaqué lors de la déclaration d'indépendance,  irritent encore et encore les élites occidentales, réconciliées, comme si elles voulaient rendre à nouveau inévitable la destruction de ce reste du peuple juif, déjà saigné à blanc par l'Holocauste. Comment ces Juifs osent-ils réussir à nouveau ?!! Même l'Holocauste devient un objet d'envie. L'énormité de la catastrophe amplifie la grandeur des réalisations d'Israël. Pour les envieux, c'est intolérable – pour diminuer l'accomplissement, l'Holocauste doit être banalisé, sinon nié carrément.

Aujourd'hui, tout le monde prétend avoir subi un holocauste, et toute forme de discrimination de groupe (tant qu'il ne s'agit pas d'une discrimination contre les Juifs) est comparée à l'Holocauste. Dans un renversement cynique de la logique, parce que l'Holocauste était une cause de grief collectif, toute cause de grief collectif, aussi insignifiante soit-elle, est assimilée à l'Holocauste. 

Dans une autre tournure de la "transvaluation des valeurs", Israël est présenté comme l'auteur de "l'Holocauste" des Arabes palestiniens. La logique : Les camps de la mort nazis les ont bien servis, ces Juifs, et nous avions tout à fait raison de rester indifférents à leur sort (probablement prétendu), après tout, ils sont pires que les nazis eux-mêmes, il suffit de regarder les condominiums qu'ils ont construits dans les territoires qu'ils ont récupérés des Arabes qui les ont légitimement saisis lors de leur première attaque légitimement agressive contre leur État impérialiste blanc en 1948. Ils sont morts avec leur tête. C'est sous ce prétexte antisioniste que l'antisémitisme joue aujourd'hui sur les campus aux États-Unis et dans le reste du "monde libre". Le volume, édité par Andrew Pessin et Doron S. Ben-Atar, Anti-sionisme sur le campus : L'Université, la liberté d'expression et le BDS fournissent des informations de première main incontestables  de ce phénomène.

Anti-sionisme sur le campus est un bon et très important livre. Pour ma part, je vais certainement l'assigner comme lecture obligatoire dans ma classe sur la démocratie israélienne, où je discute de l'attitude du monde à l'égard d'Israël. Le volume se compose de 31 récits personnels d'érudits et d'étudiants juifs, qui ont été pris dans les attaques antisionistes contre leurs universités au cours des dernières années, plus les discussions introductives et finales des rédacteurs en chef. Ce témoignage choque, frustre, exaspère, exaspère ; mis dans son contexte spécifique (au sein des grandes démocraties libérales, professant leur attachement à l'égalité et au respect de l'individu, au XXIe siècle, avec certains survivants de l'Holocauste encore en vie, avec des groupes islamiques militants – et certains États – chantent "la mort aux Juifs" et les Juifs fuyant la France par dizaines de milliers par peur d'immigrés prétendument pacifiques en provenance de pays musulmans, qui tuent des femmes et des enfants juifs âgés, Israël étant constamment attaqué par l'ONU et des roquettes depuis les territoires qu'il a cédés à l'Autorité palestinienne à travers ses frontières étroites), cela ne provoque rien de moins que le désespoir. Que pouvons-nous faire pour que ce fléau de la haine des Juifs diminue ? Que devrait-il arriver à notre monde pour qu'il se termine ?

Nous connaissons les quotas restrictifs pour les Juifs dans les universités de Russie et de l'Union soviétique. Nous savons que les universités étaient des foyers d'antisémitisme en Allemagne, pendant et avant la période nazie. C'est dans les universités que sont élevés les bergers d'Einstein, qui suscitent l'envie des simples d'esprit. Les intellectuels, que l'absence de normes rend particulièrement sujettes au doute de soi, sont la proie naturelle du complexe d'infériorité, toujours prêts à rejeter la responsabilité de leur malaise psychologique et de leur sentiment d'échec sur les pieds des Juifs qui réussissent avec irritation et qu'il faut remettre à leur place. Pourtant, il est décourageant de redécouvrir ce modèle familier sur les campus des pays libres, y compris le plus libre de tous – les États-Unis d'Amérique. De tous les endroits du monde, ce "les tropes antisémites les plus méprisables – que les libelles du sang sont vraies ; que les Juifs contrôlent les banques, les médias et le monde ; que les Israéliens sont des nazis et des tueurs d'enfants" pour être "endossés et diffusés" (p. 7) ici ?!

Le volume documente cas après cas de "harcèlement et d'intimidation" qui rendent "les étudiants, le personnel et les professeurs juifs mal à l'aise et souvent carrément malvenus", "une abondance de graffitis antisémites : appels à un autre Holocauste, "Sionistes à la chambre à gaz", "Juifs hors de CUNY", "Juifs qui meurent de gaz" et des croix gammées apparaissant sur des dizaines de campus rien qu'au cours de la dernière année seulement" (p. 2). Bien qu'ils prétendent que leur véhémence vise uniquement les Israéliens, les "antisionistes" universitaires ne font en fait aucune distinction entre les Israéliens et les autres Juifs. L'abus verbal ouvertement raciste[est] dirigé contre les Juifs sur le campus, qui sont appelés " racistes "[l'offense est la meilleure défense], " colonialistes ", " suprémacistes religieux ", " meurtriers ", et plus encore. Les manifestations et les perturbations ne concernent pas seulement les événements liés au campus israélien, mais aussi les événements juifs, y compris les dîners de shabbat sur le campus et les réunions d'étudiants Hillel. Les étudiants juifs reçoivent de faux avis d'expulsion, endurent pendant une semaine les événements " Apartheid israélien ", font face à d'énormes " murs de l'Apartheid " décorés de propagande et de slogans soutenant la violence et passent le gantelet à travers les faux checkpoints et les morts en blâmant Israël pour les pires atrocités, y compris le génocide, tandis que des foules en colère crient le slogan violent " Intifada ! Intifada ! Vive l'Intifada !" (p. 3). (Si ceux qui entendent ces cris connaissaient l'arabe, et si les foules en colère ne représentaient pas un danger réel et clair, cela pourrait être drôle : "Intifada" fait littéralement référence à l'action d'un chien se secouant de l'eau ou des insectes sur son corps. Le fait qu'il s'agit d'une métaphore des convulsions périodiques de la rue arabe est un reflet révélateur de sa culture politique. En conséquence, " les événements juifs et israéliens se déroulent souvent en secret ou sous une sécurité accrue, avec la police du campus et parfois la police locale à portée de main. De plus en plus, des individus sont ciblés, diffamés, faussement accusés de dire ou de faire des choses répréhensibles, humiliés, condamnés publiquement et enragés, et soumis à des messages haineux et menaçants " (p. 3).

Ce sont les implications de cette tendance troublante pour les jeunes qui sont les plus préoccupantes. Prenons le cas d'une jeune fille, empêchée d'entrer dans une salle de classe dans laquelle un petit groupe d'étudiants se réunit pour regarder un film israélien, parce qu'un groupe plusieurs fois plus important d'"antisionistes" à l'extérieur crie des menaces antisémites. La fille est traquée et pourchassée par la foule. Elle parvient à s'échapper à la fin lorsque quelqu'un ouvre une porte pour la laisser entrer dans un espace où elle se cache (pp. 142-150).

Une jeune fille juive, poursuivie par une foule antisémite sur un campus américain en 2016 ! L'effet d'un tel traumatisme sur une jeune personne, au début de sa vie, doit être épouvantable. Se sentirait-elle à l'aise de vivre dans son pays après cela?  Considérerait-elle les États-Unis, où elle a été soumise à cette expérience, son pays ? C'est ce qui se passe à UC-Irvine. Mais, apparemment, il ne s'agit pas d'un incident isolé et les États-Unis ne sont pas le seul pays libre où les étudiants juifs sont forcés de se cacher des foules d'antisémites qui partagent leurs campus.

J'appelle les Juifs à retirer leur soutien financier de ces universités et à cesser de les traiter avec condescendance en leur envoyant leurs enfants ! L'argent juif serait certainement mieux placé en Israël, dans les belles universités desquelles les enfants juifs recevraient une meilleure éducation. Et, si ceux-ci sont trop petits pour tous les Juifs, envoyez-les à Beida ou Tsinghua en Chine, qui remplacera bientôt Harvard et le MIT comme les meilleures écoles du monde – l'apprentissage du mandarin, qui ne pourrait pas faire de mal, serait un avantage supplémentaire.

Quand il s'agit de la faculté juive, il y a compte rendu après compte des "réputations personnelles et professionnelles, des environnements de travail et des relations" (p. 5) – des vies détruites, en fait, ou des décennies dans la vie des gens. Et, en plus du sentiment de désespoir créé par ces témoignages de persécution des Juifs sur les campus dans les sociétés vouées à la protection de tous les autres groupes, il y a l'absence d'un recours juridique direct en ce qui concerne l'"antisionisme".

Bien sûr, c'est incomparable avec l'Europe de la seconde guerre mondiale ; il n'y a pas de camps de la mort, même pas de camps de concentration ; personne n'est battu, affamé, torturé physiquement ; personne n'est travaillé à mort comme esclave. L'abus n'est qu'émotionnel : les gens sont humiliés, effrayés, soumis à un stress inutile qui peut les rendre malades. Mieux encore, seule une minorité fait l'objet d'une telle agression. Dans l'ensemble, les Juifs ne sont pas moins bien traités qu'ils ne l'étaient, par exemple, en Union soviétique. La vie est vivable. La plupart d'entre nous ont le droit d'en profiter. Les Juifs sont traités presque comme n'importe qui d'autre dans nos sociétés progressistes tolérantes – même sur les campus.

Certes, si les représentants de toute autre "minorité" étaient les plus touchés par les activités du campus décrites dans le volume, il y aurait un tollé général, ces activités seraient considérées au moins comme des "micro-agressions" méritant la condamnation de tous, probablement une action en justice . Mais les Juifs, bien qu'il s'agisse d'une minuscule minorité et quelle que soit leur couleur, sont membres de la majorité blanche, intrinsèquement coupables de tous les crimes auxquels cette couleur de peau est associée, et même les femmes juives ne sont pas attaquées en tant que femmes, mais en tant que Juifs. Il n'y a rien de nouveau là-dedans. Nous savons qu'il y aura toujours de l'antisémitisme, nous sommes habitués à ce que les Juifs ne soient pas traités comme tout le monde, alors pourquoi en faire tout un plat ? Peut-être que, pour ne pas attirer trop d'attention sur nous-mêmes, nous ne devrions pas nous concentrer sur cette expression relativement douce de haine des juifs, avec un peu de désagrément ici et là : après tout, nous, les juifs, nous savons que les choses pourraient être pires, tellement pires.

Remarquablement, ce volume courageux, tout en nous apportant des descriptions non censurées de l'antisémitisme sur le campus, rédigées par ses victimes, attirant ainsi indéniablement l'attention du lecteur, choisit néanmoins de les formuler de manière conventionnelle et apologétique dans le cadre d'un problème plus vaste.

L'argument principal des rédacteurs, présenté à la première page et répété tout au long de l'introduction, est que " le problème… n'est pas seulement juif ou israélien. …. l'anti-israélisme sur les campus n'est pas seulement une attaque contre Israël, ou contre les membres amis d'Israël de la communauté universitaire, ou les Juifs en général…. l'anti-israélisme est une attaque contre les normes et les valeurs mêmes de l'université – et, avec elle, certains pourraient soutenir, contre les normes et les valeurs au cœur de la civilisation occidentale". "Les implications de ce phénomène, non seulement pour les Juifs, mais aussi, selon nous, pour la liberté d'expression, pour l'académie et pour les valeurs occidentales en général, sont effrayantes " (p. 4, 1).

Plutôt que d'ajouter à l'importance de leur livre, je crois que cet argument en détourne l'attention. Bien sûr, étant donné que la civilisation occidentale est fondée sur le judaïsme, l'antisémitisme l'affaiblit (pas nécessairement son pouvoir matériel vis-à-vis des autres civilisations, mais sa signification même en tant que civilisation) par définition. Et, en effet, il est possible d'affirmer que la perpétration et l'acquiescement à l'Holocauste l'ont sapé pour de bon, amorçant le processus de son déclin désormais inévitable, dont nous connaissons aujourd'hui la continuation.

Cependant, si l'Holocauste n'y est pas parvenu, il est difficile d'imaginer que des attaques contre plusieurs dizaines de Juifs sur les campus, aussi pernicieuses soient-elles, le feraient. Par conséquent, il est sûrement un peu exagéré de qualifier les conséquences de ces attaques de campus sur les valeurs occidentales d'effrayant. En même temps, prétendre que ce phénomène mérite une plus grande attention en raison de ses implications plus larges est une erreur à la fois morale et tactique: c'est comme prétendre que l'Holocauste était un crime aussi horrible parce qu'il a révélé ce que les hommes étaient capables de faire aux autres hommes, et non à cause de ce qui a été fait spécifiquement aux Juifs. Faux. 

L'Holocauste n'a besoin d'aucun contexte pour être apprécié dans toute son énormité sadique, c'est-à-dire précisément ce qui a été fait spécifiquement aux Juifs. Cela doit être souligné constamment et à plusieurs reprises. De même, le seul contexte nécessaire à l'appréciation de l'"antisionisme" sur le campus est le contexte de l'antisémitisme.

La raison pour laquelle les Juifs commettent si souvent cette erreur est qu'ils ont peur de provoquer davantage d'antisémitisme. Les choses seront pires, pensent-ils, s'ils attirent l'attention sur le sort des Juifs. Ils fuient l'autodéfense (communautaire) ou espèrent se défendre indirectement en tant que Juifs, en défendant les autres, les non-Juifs, qui, selon eux, peuvent être maltraités de la même manière.

Après tout, si toutes les souffrances et les injustices causées par l'homme disparaissent du monde, les Juifs en seraient également les bénéficiaires.

C'est ce qui explique l'inactivité choquante des dirigeants juifs américains à l'époque de l'Holocauste et la direction juive totalement disproportionnée et la participation à tous les mouvements progressistes depuis lors, ce qui a souvent abouti à l'oubli total du problème juif. Cela conduit aussi les juifs à toujours accorder le bénéfice du doute aux non-juifs s'identifiant à des causes considérées comme progressistes, même lorsqu'ils sont explicitement anti-juifs. Malgré des preuves abondantes et claires du contraire, Pessin et Ben-Atar, par exemple, admettent que " les sciences humaines et sociales largement progressistes de l'académie sont passionnées par la justice ". Reconnaissant que "cette passion par ailleurs admirable" peut "facilement servir à masquer un programme plus profond et plus sombre", ils s'abstiennent de déclarer sans équivoque que l'"antisionisme" (y compris le soutien au mouvement BDS) sur le campus est de l'antisémitisme. "("[A]t present", disent-ils, "nous pourrions manquer de perspectives historiques et politiques pour en arriver à une conclusion décisive à ce sujet"). Ils décrivent le comportement antisémite blessant des "antisionistes" qui rejettent le discours civil comme "un pilier de l'impérialisme suprémaciste blanc", mais conviennent humblement que "les appels à la civilité peuvent parfois servir un statu quo injuste". (pp. 7, 8, 21). Ils ne souhaitent en aucun cas rompre leurs liens avec les "antisionistes" progressistes par définition, si seulement ils atténuaient leur rhétorique explicitement antisémite.

Considérez la mise en garde suivante :

"Ce volume se concentre sur les luttes de certains dans l'académie contre l'orthodoxie anti-israélienne croissante, fournissant des histoires d'individus qui ont été victimes d'intimidation anti-israélienne, de harcèlement et de campagnes de diffamation……. Il s'agit de l'inconfort profond qu'il devient sur les campus pour quiconque n'est pas exclusivement hostile à Israël, et en particulier pour les Juifs.
Sur ce point, il convient de souligner que les personnes qui racontent leur histoire ici ne sont pas toutes pro-israéliennes dans le sens fort de cette expression et certainement pas de droite dans le sens pertinent de cette expression. Nombre d'entre eux s'identifient comme étant de gauche, parfois très fortement – ce qui signifie ici qu'ils sont très critiques à l'égard de nombreuses politiques israéliennes (y compris le contrôle permanent des territoires capturés en 1967) et qu'ils soutiennent fermement l'autodétermination et d'autres droits des Palestiniens. En effet, ni les rédacteurs de ce volume ni ses contributeurs ne pensent qu'Israël est à l'abri des critiques ou que la liberté d'expression pour critiquer Israël doit être limitée ou supprimée. Beaucoup de ses contributeurs ont, en fait, fait leur part de critiques de ce genre. Le but de ce volume, assurément, n'est pas de défendre Israël, ni en général, ni contre les charges spécifiques qui lui sont régulièrement imputées
" (pp. 5-6).

Il est évident que tout État peut être critiqué pour telle ou telle iniquité. Mais il est également évident – pour quiconque se soucie d'examiner les preuves – qu'aucun État n'est critiqué de manière si persistante, sévèrement et de façon disproportionnée par rapport aux iniquités dont il est coupable en tant qu'État juif, qu'Israël. C'est en soi une preuve de l'antisémitisme qui sous-tend ces critiques et qui pourrait se passer de la participation des Juifs à cette chorale.

Peut-être que si nous nous concentrons – et rappelons au monde – sur l'autodétermination juive et d'autres droits qui ont été constamment niés depuis 2000 ans, nous serions mieux à même de nous défendre contre l'antisémitisme sur les campus et ailleurs, qu'il se qualifie ou non d'"antisionisme".

Ceci dit, nous avons une dette envers Andrew Pessin, Doron Ben-Atar et tous ceux qui ont partagé leurs si difficiles histoires personnelles dans ce volume en portant ce phénomène troublant à l'attention du public. Il a fallu du courage pour le faire. Comme toute collection unique de documents primaires, l'antisionisme sur les campus aura une signification historique permanente. En tant que recueil de documents sur un autre visage de l'antisémitisme, il nous aidera à le comprendre et, peut-être même, à le combattre.Quelque chose à faire aussi, peut-être, serait de changer cette attitude conciliante provenant de notre part envers ce supposé antisionisme….



Liah Greenfeld 1/9/2018

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

293 vues

Tous les articles de Liah Greenfeld

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Affinement positif-OIL, Conservation positive-OIL, Dispersion positive-OIL, Dissolution positive-OIL, Débats-RTV, Evaluation de l'action-OIL, Fresh Air-ARTV, Headline-RTV

 

Comments are closed. Please check back later.