Featured

Lettre d’Informations N° 85 des climato-réalistes

Bulletin n° 85


CONFÉRENCE AVEC R. LINDZEN et V. COURTILLOT

organisée par l’Association des climato-réalistes

« L’alarmisme est-il justifié au regard de l’état de la science du climat ? »

vendredi 19 octobre de 10h à 12h30 à Paris

(hôtel de l’Industrie, 4 place Saint-Germain-des-Prés).

Pour plus de détails, voir ici.


REJET MASSIF DES ÉOLIENNES

En diffusant sur Envoyé spécial un reportage intitulé « Éoliennes : le vent de la révolte » (55′-1h20), France 2 a dévoilé au grand jour l’exaspération généralisée des français face à la politique du gouvernement en matière d’installation d’éoliennes (en lire ici une exégèse). Fait nouveau : la classe politique monte au créneau. Ainsi Xavier Bertrand sur BFM s’est fendu d’un vigoureux « foutez nous la paix avec les éoliennes », sans doute échaudé par la densité des installations dans la région Hauts-de-France. Mais aussi Julien Aubert, député (LR) du Vaucluse et auteur dans La Revue Parlementaire d’un article intitulé : « Les éoliennes terrestres pour une transition énergétique ratée ». Nicolas Dupont-Aignan a, lui, déclaré au Huffington Post : « Il n’est plus possible de voir la France défigurée de la sorte par des éoliennes coûteuses qui aggravent nos problèmes écologiques sans offrir la moindre solution ! ». En commentant sur son blog la démission de M. Hulot, Jean-Pierre Chevènement estime quant à lui qu’une « une petite minorité extrémiste (à peine 3% des électeurs) entend prendre en otage l’opinion ».

Certaines voix de la société civile s’élèvent aussi : dans L’Express, Laurent Alexandre, chirurgien et créateur du site Doctissimo, conjure les pouvoirs publics d’arrêter cette transition énergétique : « les ayatollahs verts veulent nous amener dans l’impasse allemande : posons-nous et réfléchissons à l’avenir de nos enfants ».

LA RÉPONSE DU GOUVERNEMENT : UNE SOCIÉTÉ DE « CONFIANCE »

À ce rejet massif les pouvoirs publics ont répondu par le vote pendant les vacances des français (le 10 août 2018) de la loi « pour un Etat au service d’une société de confiance » dont les dispositions relatives à l’éolien en mer sont édifiantes : les citoyens seront uniquement consultés « sur le choix de la localisation de la ou des zones potentielles d’implantations des installations envisagées ». En réalité, il s’agit d’enlever aux citoyens tous les moyens qui leur permettaient de contester démocratiquement des décisions prises par le pouvoir, comme l’analyse ici Patrice Cahart, ancien directeur de la législation fiscale au ministère des Finances. D’autant qu’une décision du Conseil d’État pourrait relancer de nombreux projets de parcs éoliens, actuellement en suspens rapporte Ouest France.

Les Français estimeront ils avoir été davantage écoutés lors du débat public sur la PPE (Programmation Pluriannuelle de l’Energie) ? On peut en douter, à en juger par le compte rendu de la Commission particulière du débat public qui estime que la nécessité de lutter contre les émissions de gaz à effet de serre et les dérèglements climatiques associés « fait consensus », que le développement des énergies renouvelables est « globalement approuvé », et que l’objectif de 50% de nucléaire dans le mix électrique français « doit être maintenu ». Circulez, il n’y a plus rien à voir.

LES AGRICULTEURS SONT-ILS DAVANTAGE ÉCOUTÉS ?

Daniel Sauvaitre, arboriculteur mais aussi maire et conseiller régional de Nouvelle Aquitaine, fait sur son blog un implacable réquisitoire contre les politiques publiques : « La délégation donnée à l’agence européenne EFSA comme à l’ANSES en France n’est plus respectée. L’homologation ou le retrait d’homologation est entre les mains des ONG, des médias et du ministère de l’écologie Boulevard Saint Germain. Et elle se fait au doigt mouillé des études bidon de Générations Futures et en fonction de l’indice de bruit médiatique obtenu par la matière active en question » (Lire à ce propos un commentaire sur l’intervention de M. Fabrice Nicolino promoteur de la pétition « Nous voulons des coquelicots» lors de l’émission « La Tête au Carré » du 14 septembre.)
Vincent Guyot, ingénieur agronome et exploitant qui pratique la technique culturale dite de conservation des sols (sans retournement de terre) pour préserver la biodiversité, confie à L’Express : « dans le débat pour l’interdiction du désherbant, les agriculteurs se sentent livrés à la vindicte publique. Injuste, blessant et pas très constructif ». Interrogé par Patrick Cohen sur Europe 1 le 29 septembre, il déclare : « Je ne suis pas un empoisonneur ! ».

Peu importe l’avis de ceux qui savent : une Mission d’information commune sur le suivi de la stratégie de sortie du glyphosate va décider d’un calendrier de sortie de la France de cette molécule d’ici trois ans.

PENDANT CE TEMPS, LA FISCALITÉ GALOPE

Selon le projet de loi de finances 2019, la hausse de la fiscalité énergétique devrait globalement s’élever à 1,9 milliards d’euros pour les ménages, et à près de 1 milliard d’euros pour les entreprises. Elle augmente sous des formes difficiles a percevoir par les contribuables : ainsi la taxe carbone, pudiquement appelée Contribution Climat-Énergie et qui ne cesse d’augmenter, est passée de 7 euros la tonne de CO2 en 2014 à 55 euros en 2019, l’objectif étant de 100 euros en 2030.

Conséquence : la précarité énergétique augmente, touchant près de douze millions de Français selon un rapport de l’ONPE (Observatoire national de la précarité énergétique). Pire, l’ONPE estime qu’un million de ménages cumuleraient une situation d’inconfort thermique (sensation de froid) et de vulnérabilité économique.

POURQUOI EST-IL URGENT QUE LA SCIENCE SE REBELLE CONTRE LES DIKTATS DU CONFORMISME ?

C’est la question posée dans Atlantico par Marcel Kuntz, directeur de recherche au CNRS, qui fustige les dérives actuelles de l’écologie politique qui copie « l’apparence d’une démarche scientifique, mais avec des conclusions préétablies, notamment pour l’évaluation des risques, avec des « experts » médiatisés, auto-proclamés « lanceurs d’alerte », et sympathisants du projet politique ».

ACTIVITÉS DE L’ASSOCIATION

Les climato-réalistes à Porto les 7 et 8 septembre

Organisée par l’Independent Committee on Geoethics, la conférence « Basic science of a changing climate » s’est tenue à l’université de Porto. Les climato-réalistes étaient représentés par François Gervais, Camille Veyres, Henri Masson et Benoît Rittaud. Un compte rendu de cette conférence est accessible ici.

Dernières publications sur le site des climato-réalistes

Journée sans voiture du 16 septembre 2018
Le nombre d’ouragans est en diminution aux États-Unis
Cycle du carbone, l’éclairage de trois nouvelles publications


SOUTENEZ NOUS EN ADHERANT A L'ASSOCIATION DES CLIMATO-REALISTES


Le montant de la cotisation est de 30€ minimum pour une personne seule et 50€ minimum pour un couple.


Pour adhérer à l’Association des Climato-réalistes, remplissez le formulaire d’adhésion (téléchargeable ici) et renvoyez le avec votre chèque à l’adresse suivante :

Association des climato-réalistes
35 avenue de Breteuil
75007 Paris

Si vous préférez effectuer un règlement par virement, téléchargez ici le RIB de l’association (n’omettez pas dans ce cas de mentionner vos nom, prénom et adresse E-mail de façon que nous puissions vous identifier).

Facebook Twitter Google Linkedin Viadeo
Iris Canderson 4/10/2018

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

216 vues

Tous les articles de Iris Canderson

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Alliance des civilisations-A-LI-DAC, Climat unique-LI-DAC, Headline-RTV, Liens d'actualité, Petits arrangements médiatiques-Li-d-ac, Sciences-LIDAC

 

Comments are closed. Please check back later.