Featured

Assassinat musulman et inanité gouvernementale

Toute la matinée le "nouveau" secrétaire d'État à la Sécurité s'est acharné ("a martelé" nota même un peu incrédule le pourtant très docile journaliste de France Info) qu'il ne s'agissait pas pour l'heure d'un "attentat terroriste" qu'il fallait donc être "très prudent" dans la qualification jusqu'à ce que (patatras!) le procureur déclare en milieu de journée que le "préposé" terroriste aurait selon plusieurs témoins hurlé son cri de guerre "XXXX est grand" ("A là où est le bar?")ce qui automatiquement le catalogue, en fait, d'attentat musulman, puisqu'il a prononcé le nom de leur "dieu", même si tous les musulmans ne se sentent peut-être pas concernés, mais comment savoir s'ils ne disent rien ou si peu ?…

En tout cas il ne s'agit pas seulement d'attentat "islamiste" histoire de minimiser la chose, il faut en fait arrêter avec ça, cela n'aide en rien. D'autant que la division supposée entre modérés et radicaux semble plutôt complémentaire: les seconds massacrent permettant aux premiers de négocier des accommodements raisonnables, ce que les gouvernants adeptes du multiculturalisme et/ou du no borders (les cultures réduites à des folklores les nations à des freins ou à des fomentrices de guerre) s'empressent d'adopter jusqu'à la prochaine explosion.

Observons qu'autant une "prudence" s'est ainsi affichée en la matière, par contre concernant les Gilets Jaunes première mouture (17 novembre, 1er décembre) le Ministère de l'Intérieur s'est tout de suite fendu de propos fallacieux sur de supposés "factieux" tandis que le ministre du Budget pérora en moulinant avec ses petits bras à l'encontre d'une dite "peste brune" le tout avant que ce beau monde n'ait le plus grand mal à cacher que les casseurs sont plutôt à gauche et les pilleurs issus des fameux "chances pour la France"…

De la même façon les médias drogués au relativisme politiquement correct parleront de "français" concernant le tueur, musulman, de Strasbourg alors qu'il faudrait mieux parler de "supposé" français ; cet empressement à le qualifier de français est d'ailleurs suspect comme s'il ne fallait pas "diviser" ou encore à l'inverse rendre responsable "la" communauté nationale française de sa dérive assassine, mais en quoi exactement serait-elle responsable sinon l'éternelle rengaine sur le "racisme" systématique automatique etc….

Autant donc le Pouvoir paraît ferme envers les GJ en leur jetant des miettes, autant concernant les casseurs il se la ferme dans la majorité des cas, tout en s'efforçant à s'adonner à la casuistique byzantine sur la qualification des assassinats musulmans les caractérisant d'attentats terroristes parfois ajoutant islamistes par clientélisme en réalité, ne prononçant pas le mot musulman de peur "d'amalgamer" alors qu'il ne prend pas autant de gants avec tout ce qui peut s'apparenter avec ce qui est supposé être d'extrême droite, de populisme, d'ultra droite même selon le mot à la mode.

Peut-être pourrait-on parler "d'ultra-musulman" pour caractériser les préposés à la tuerie aveugle et échapper à une certaine justice d'État qui fait fi de la liberté d'expression ? Laissons ces finasseries à ceux qui ont peur de leur ombre. Mais il est vrai que l'atmosphère de suspicion raciste est pesante, alors que la doctrine assassine n'est pas une race et qu'il faudrait au fond admettre que lorsque quelqu'un se réclame de cette dernière il faut l'admettre tel quel sans prétendre à connaître mieux que lui ce qu'il en est comme le font certains en cherchant à trier le bon grain de l'ivraie ce qui a été pour l'instant improductif. C'est au contraire en traitant ces massacres d'innocents, de massacres musulmans que cela peut forcer leurs adeptes épris supposés de paix à se révolter contre ceux qui tuent ainsi en leur nom. Ce n'est pas à "nous" de le faire (qui "nous" ?).

Par ailleurs il est clair que ces tueurs doivent être déchus de la nationalité française et il n'y a pas besoin de toucher au Code Pénal ni à la Constitution pour ce faire, tout y est ; comme il faut bien sûr expulser les binationaux et les étrangers classés S quand même ne serait-il que "signalé" surtout lorsqu'ils en sont à leur énième délit (mettons cela comme bémol si l'on veut).

Mais dès que vous dites cela, vous voilà traité "d'ultra-ultra-droite" alors que les vrais de vrais sont pro musulmans comme il a été vu avec Hitler et aujourd'hui du côté de certains islamo-coco prônant l'égalité et la réconciliation (autre mot pour dire "que la paix de lisse lame soit avec toi") donc le cercle vicieux s'enclenche alors qu'il serait bon d'appeler un chat un chat, pour de bon.

Lucien SA Oulahbib 12/12/2018

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

659 vues

Tous les articles de Lucien SA Oulahbib

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Article Resiliencetv, Headline-RTV

 

Comments are closed. Please check back later.