Featured

Erdogan menace la France, que fait l’Europe?

L'U.E ne pipe mot, pas plus que l'Otan bien sûr toujours aussi silencieuse depuis l'invasion turque de Chypre. Le régime d'Erdogan veut on le sait profiter du retrait programmé des troupes américaines décidé par Trump (pour des raisons intérieures, voir une hypothèse en infra) afin d'attaquer les Kurdes syriens (proches du PKK) pourtant en première ligne dit-on contre le dit "État islamique" d'où sa menace envers tous ceux qui y feraient obstacle selon le journal Le Parisien:

" (…) la Turquie a averti ce mardi qu’il n’était « pas bénéfique » pour la France de maintenir une présence militaire en Syrie pour « protéger » la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG), en première ligne dans la lutte antijihadiste. (…) Ce n’est un secret pour personne que la France soutient les YPG. Emmanuel Macron a rencontré leurs représentants », a déclaré le chef de la diplomatie turque Mevlut Cavusoglu, cité par l’agence étatique Anadolu, lors d’une rencontre avec des journalistes turcs."

À moins d'être soudain tombé d'accord avec l'idée, expansionniste, que les États doivent défendre leur intégrité non seulement acquise mais future (alors que la Turquie n'a rien à faire en Syrie) l'UE préfère ne rien dire sinon quelques gesticulations diplomatiques sans conséquence ; elle pourrait pourtant se servir de cette situation pour s'affirmer en tant que telle par exemple en demandant à certains de ses membres dont l'Allemagne d'envoyer quelques bataillons pour renforcer la présence française.

Sauf que l'Allemagne d'aujourd'hui, de plus en plus dominée par l'idéologie "plutôt vert que mort" (le vert islamique tout autant) se substituant ainsi au célèbre slogan des années 80 (plutôt rouge que mort) ne bougera pas, et l'on ne voit guère de forces, y compris en France, hormis une poignée d'esprits libres, se lever devant la Turquie (comme naguère au début du 19ème siècle, -1827- pour défendre la Grèce) ; la majorité de la gentry politico-médiatique française préfère, elle aussi, devenir verte dans sa version également islamique (c'est chic) ; alors qu'elle refuse de devenir jaune en diabolisant les gilets du même nom trop réacs avec leur diesel (manquerait plus que ça pouah !); de plus, et par malheur, quelques gestes dieudonnésiens  apparaissent ces temps-ci, ainsi que des insultes anti-juives promulguées par l'alliance caillera-lumpen-intelligentsia-ultras, anti-israélienne à souhait ; leurs préposés étant (toujours) persuadés que les juifs dominent le monde (la vraie extrême droite ajoutant les Francs-mac) alors que ceux d'entre-eux qui travaillent en effet dans les médias (payant pourtant bien moins que "la" finance, autre antienne anti-juive) véhiculent la même idéologie de soumission au Vert y compris version islamique ; il suffit d'ailleurs de suivre les débats en Israël pour s'en rendre compte, Netanyahou étant considéré depuis longtemps comme d'extrême-droite "dure" par cette franche israélienne "démocrate", "soroséisée" depuis des lustres.

Une Clémentine Autain par exemple ne soutient pas les gilets jaunes, elle s'est mise en retrait, laissant ses "amis" dits "insoumis" (waf waf) tenter de les instrumentaliser, tout comme les bolcho le faisaient entre février 17 et octobre : épousant la furie l'aidant même à s'organiser, cooptant les éléments les plus prometteurs au fur et à mesure que le mouvement de plus en plus anarchique avait besoin de cadres dans les soviets (ici les ronds points) avant de les éliminer (à commencer par les anarchistes)au fur et à mesure de son emprise sur ces derniers.

La gentry qui donne toujours le idéologique façon Duflot préfère signer des pétitions pour empêcher la fin du monde (qui devrait commencer en 2030 avant de s'accélérer en 2100 selon leurs prophètes alors que le GIERC est bien plus prudent y compris sur le nucléaire) ou la querelle sur le sexe des anges à Byzance (alors que le vert islamique était à ses portes). Même topo aujourd'hui. Le représentant de Reporter Sans Frontières a par exemple dénoncé durant dix neuf minutes sur France Culture le 26 décembre la haine anti journaliste de Trump tout en consacrant quelques minutes à une journaliste des Philippines, et la toute dernière minute sur la répression en Chine, mais pas un mot sur la présence de milliers de journalistes turcs dans les geôles d'Erdogan.

Certes, les forces politiques qui organisent les Kurdes telles que le PKK ne sont pas exemptes de critiques d'autant qu'elles pactisent avec Assad, mais face aux djihadistes en kaki et ceux en costume trois pièces comme Erdogan ne faut-il pas considérer qu'il serait préférable d'avoir dans le dos de la Turquie une puissance Kurde qui empêcherait celle-ci de continuer son noyautage propagandiste jusqu'à désormais s'occuper des affaires musulmanes en France depuis 2017 ?

En tout cas il n'est pas possible de laisser faire la Turquie, autant que l'Iran d'ailleurs ; pas plus que les saoudiens et leur argent issu du…pétrole…mais les verts européens, non musulmans, du moins officiellement, ne sont pas à une contradiction près.

Il faudrait en fait négocier avec la Russie le fait de limiter, ensemble, le pouvoir nocif de ces trois puissances présentes en Syrie (Turquie, Iran, Arabie Saoudite également qui soutient certaines franges djihadistes) en échange du rétablissement des relations économiques et commerciales avec elle ; le boycott actuel contre la Russie étant non seulement contre-productif (il renforce l'extrême droite, la vraie, en Ukraine, mais aussi en Russie, en Hongrie, en Serbie) bref empêche une réelle stabilisation en Europe, y compris envers les pays Baltes et la Pologne de moins en moins rassurés de toute façon par la versatilité américaine.

Il n'est pas sûr en effet que le soutien américain puisse durer, ne parlons pas de l'U.E paralysée par l'inertie allemande, l'effacement anglais, et la faiblesse française, l'Italie étant trop occupée par ses affaires internes, l'Espagne étant atone depuis sa soumission en accéléré (depuis les attentats de Madrid), tout comme en Angleterre (depuis les attentats de Londres), à un islam idéalisé n'existant que dans ces pays (la Hollande tente de résister, de même que la Belgique, seul le Danemark marque des points, la Suède étant désormais en roue libre, tout comme au Canada).

En fait, il semblerait que Trump (voilà l'hypothèse promise plus haut) se trouve de plus en plus obligé à faire pression sur les alliés objectifs, "naturels" des démocrates américains pour empêcher ceux-ci de continuer leur destruction actuelle des USA ; ils sont en effet désormais hors de contrôle, de plus en plus hystériques, jusqu'à faire pression (par la bande) sur la Réserve Fédérale pour qu'elle augmente artificiellement ses taux (freinant l'économie dans ce cas à deux ans des élections présidentielles) tant les forces affairistes qui les manipulent refusent que leur projet de faire des USA une sorte de vitrine en abime du futur cybernétique (fusion machines/humanité) avec en prélude la construction d'une espèce de supermarché de droits ouverts à tous (et à toutes) façon Canada made in Trudeau puissance mille soit empêché par cette révolte en profondeur de la majorité silencieuse des classes moyennes celle qui a emmené Trump au pouvoir (et qui menace les forces soutenant Macron actuellement). 

Ce projet cybernétique affairiste avec en contraste une esthétique écologique forte (jusqu'à l'hystérie également) veut réduire toutes les singularités culturelles à des poches d'irrégularités plus ou moins gérables ; ainsi il y aurait un bon islam qui va consommer dans les immenses môles saoudiens qataris et autres genre Dubaï, et "l'autre" dit "islamiste" qu'il faut contenir quitte à "accepter" quelques victimes collatérales (tels les attentats).

Ce qui compte, avant tout, c'est la construction à marche forcée d'un marché mondial harmonisé (pour les économies d'échelle) et ce au-delà des régimes politiques d'ailleurs ; c'est-à-dire y compris si ces derniers sont totalitaires; du moment qu'ils acceptent la libre circulation des flux financiers et marchands d'abord ; on protestera certes pour la répression des idées, mais il faut bien une esthétique d'adhésion pour faire plaisir aux idiot(es) utiles qui sans cette carotte n'accepteraient pas de faire le sale boulot de redresseurs de torses.

Tant pis si la Chine n'est pas vraiment coopérative en la matière (le Tibet est passé aux oubliettes désormais, la répression en Turquie de plus en plus oubliée) peu importe la répression post-maoïste des dissidents (y compris musulmans) du moment où elle combat, tout comme Erdogan, les forces profondes et pacifiques en réalité des peuples désireux de vivre dans leur tradition ancestrale (tout en acceptant de les voir évoluer telle la place des femmes) comme celles soutenant Trump qui en refusant d'aller dans le sens (cybernétique) de l'Histoire pourraient entraver cette emprise mondiale de l'harmonisation, de l'homogénéisation de la matière humaine, désormais la ressource la plus précieuse à modéliser selon.

Aussi Trump, acculé, se trouve alors à mettre objectivement en danger Israël en renforçant de fait la présence iranienne en Syrie, espérant que la proximité supposée entre démocrates américains et Israël puisse infléchir les premiers dans leur stratégie, inouïe, jamais vu de destruction des institutions américaines ; sauf que Trump se trompe semble-t-il : cela fait depuis belle lurette que les démocrates américains ne soutiennent plus Israël (à la différence des Républicains et des Tea party) ils n'arrêteront donc pas leur machinerie de plus en plus à la solde de puissants intérêts tant les enjeux mondiaux multiformes sont immenses en matière de fortune et de prestige. 

Voilà pourquoi la France, si elle était gouvernée à hauteur de jeu, pourrait en effet donner le, il suffirait de peu, hausser le ton déjà face à la Turquie, l'Iran, l'Arabie, afin d'afficher une vraie volonté (et non pas des discours mielleux pour académiciens ou sorbonnards) au sein de l'U.E et à l'ONU, quitte à opérer la politique de la chaise vide au Conseil de Sécurité, au Conseil européen, à envoyer la flotte, à emmener des Rafale à Djibouti, à faire des manoeuvres au large de la Syrie (ce qui veut dire renforcer notre armée, rappeler le Général de Villiers etc etc…).

Espérons que le Gaulois réfractaire qui sommeille toujours en nous va enfin se réveiller pour de bon et de nouveau porter haut la voix de la France (ah ! S'il n'y avait pas (eu) ces damnées oies du Capitole…).

 


Lucien SA Oulahbib 26/12/2018

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 293 vues

Tous les articles de Lucien SA Oulahbib

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Article Resiliencetv, Débats-RTV, Headline-RTV

 

Comments are closed. Please check back later.