La prise de pouvoir porno de la « climatologie people »

Marcel Leroux avait raison lorsqu'il disait, il y a douze ans maintenant, que nous avions basculé dans le "people" en matière de climatologie (aussi…).

Ainsi après avoir douté sur les causes réelles du "11 septembre" des "stars" comme Binoche et Cotillard en remettent une couche en s'ajoutant à la cohorte de "spécialistes" autoproclamés qui veulent porter plainte contre l'État français à propos du "climat" (rien que ça) alors qu'il est l'un des moins pollueurs au monde.

L'Absurdie en pack de huit, bien que les conclusions du dernier rapport du Gierc restent critiquables ; et comme si tout ce qui pouvait personnifier la vitalité d'une réalité naturelle indépendante de la capacité technologique humaine était devenue impensable ; d'où d'ailleurs cet engouement pour les traversées solitaires, le spectacle des tempêtes, des étoiles, qui déploient tout autant cette étrangeté "sidérante" voire "disruptive" d'une puissance non humaine.

Et ce jusqu'à la démesure. En ayant oublié les contes et légendes d'antan expliquant par exemple comment les Hollandais ont dû se battre quasiment cm par cm pour gagner sur la mer tout le long du dernier millénaire ; il est clair qu'aujourd'hui cette lutte aurait été cataloguée d'énième épisode du "dérèglement climatique d'origine humaine".

On se demande même parfois si les termes "tornade, tempête, inondation, cataclysme, ouragan, cyclone, sécheresse" viennent d'être inventés… Certes nos "spécialistes" clament qu'il faille parler plutôt d'accélération de ce type de phénomène alors que rien ne dit qu'il n'en a pas été tout autant (il suffit de feuilleter l'imposante histoire du climat depuis l'an 1000 de Le Roy Ladurie pour s'en convaincre) avant l'existence d'instruments de mesure ; notons que ces temps-ci le nombre d'ouragans a diminué aux USA.

En fait, et comme il a été dit à plusieurs reprises il surgit sous nous yeux un nouveau millénarisme fiévreux eschatologique complètement irrationnel (accusant l'Humanité de tous les maux désormais) illogique (en voulant supprimer le nucléaire non producteur pourtant de gaz à effet de serre) et qui vient sans doute signifier comme dans les années 60 avec la révolte des hippies le fait que derrière cette nouvelle religion se dévoile une énième révolte transie, et sexy (avec ses égéries si cinégéniques) à l'encontre de la fameuse "société de consommation" que l'on interroge moins dans ses excès que dans le fait d'y garder une place, une surface symbolique à défendre à coups de pétitions invraisemblables, peu importe, tant que la rumeur colporte son nom dans le bruit et la fureur ou la pornographie absolue de la dissolution du sens au profit de sa mise en spectacle disait Jean Baudrillard.

Sauf que cette interrogation sur le "sens de la vie" ma bonne dame n'est pas nouvelle et semble plutôt être décalée, surtout lorsque ses prémisses sont fausses (le spleen humain devant l'angoisse climatique comme résultat du "capitalisme néo-libéral") face aux réalités du quotidien voyant ainsi ces millions de personnes clamant, elles, tout simplement sur leur rond point (qu'un Brice Hortefeux veut lui aussi faire dégager) qu'elles arrivent à peine survivre tant elles sont pressurées par un État vorace, et ce, hypocrisie du genre en leur nom ; alors que l'on ne voit pas pourquoi il ne serait pas possible de faire tout autrement : encore une fois, une infirmière indépendante n'est pas moins méritante qu'une infirmière du service public, ce qui veut dire aussi que l'on peut fort bien les faire travailler ensemble. Il y a mille exemples de ce type.

A contrario pourtant les politiques, aujourd'hui sur la sellette, se font fort de nous vendre que l'on ne peut à la fois baisser les impôts et augmenter les services publics; sauf que tout est mal organisé, les gaspillages monstrueux (des centaines de milliards selon la Cour des Comptes) tout est concentré hiérarchisé, l'initiative est tuée dans l'oeuf, on avance à l'ancienneté et non au mérite au sein des services publics, et, en même temps, on ne voit pas pourquoi il faudrait aider autant une grande entreprise qu'une petite au nom de "l'égalité", tout est à revoir en fait, tout.

Mais nos stars n'en ont cure, elles portent plainte non pas ainsi pour incurie étatique envers cet humain dit français moyen que l'on ne voit guère d'ailleurs monter les marches à Cannes et qu'elles aimeraient tant voir disparaître (le peuple quoa) au profit du "migrant" bien plus sexy (du moins sur le papier car en réalité les femmes ne sont pas à la fête dans les pays d'où ils viennent, ce qu'ils répercutent pour une part arrivant ici) nos "stars" portent plainte pour obliger l'État à agir… à vide… comme l'on fait tourner un moteur à vide pour garder les mêmes crédits en carburant que l'an passé.

Toutes ces associations en effet tournent à vide, y compris en caviardant leur pétition, peu importe, l'argent coule à flots, leur mouvement leur bougisme est le but, leurs dirigeants gagnent bien leur vie ne vous inquiétez pas, peu importe si les milliards dépensés serviraient bien mieux en Afrique et ailleurs pour lutter par exemple contre la pollution du plastique dans les pays émergents, contre la désertification en investissant dans des techniques nouvelles luttant contre la sécheresse afin que nombre de ces pays puissent enfin atteindre un confort si désiré mais que nos stars désormais méprisent du moins sur le papier, glacé tout comme leur sourire, mécanique, porno (vide).

Lucien SA Oulahbib 31/12/2018

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

250 vues

Tous les articles de Lucien SA Oulahbib

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Analyses-RTV, Article Resiliencetv, Climat unique-ARTV

 

Comments are closed. Please check back later.