Featured

Bref annuaire de pensées insolites

Air : n'a jamais été aussi pur dans les pays ayant pris la pollution au sérieux; mais les puristes en veulent plus, toujours, oubliant, d'abord, de s'occuper des transports en commun et du gigantisme des mégapoles, ces impasses progressives (celui du progressisme rigide) si divers circuits ne sont pas repensés : consommation directe, école directe (à distance) santé directe également. Il faut revitaliser les petites villes et les villages en les fibrant en priorité. Par ailleurs il est faux de dire que le diesel serait en soi responsable des "48.000 morts" lié à la pollution alors qu'il devient plus propre que l'essence.

Résultat : il faut arrêter la casse de l'industrie française de l'automobile en continuant dans le diesel amélioré, le "carburant" électrique étant peu opérationnel, surtout en état, surtout en fermant des centrales nucléaires sans parler du retard (volontaire?) des EPR (sabotage?) ce qui implique d'accepter d'entamer un bras de fer avec la Commission européenne qui impose des normes arbitraires sous la pression de divers lobbies alors que l'industrie de l'éolien s'avère ne pas être la panacée envisagée.

Angela Merkel : avec elle, l'Allemagne pollue quatre fois plus que la France et refuse toujours d'agir en amont sur les bases arrières de l'Islam dit politique (alors qu'il a toujours été politique soit dit en passant…).

Antifa: les nouveaux nervis petits bourgeois issus de la gauche totalitaire néo-léniniste et faisant le sale boulot du néo-ésotérisme (voir infra); déjà vu à Weimar dans les années 20 en allant casser meurtrir du "social-dem", la liberté étant pour eux une "valeur bourgeoise" (comme les fascistes et nazis) ni homme ni femme désormais (néo-zombies sans (cent) regard(s)) à l'assaut de l'hétéro mâle blanc de plus de cinquante ans ; ils travaillent de plus en plus avec l'islam dit "politique" (marcher séparément, frapper ensemble).

Argent: miroir déformant. Plus confortable que le troc. Confondu avec le Capital (infra).

Attaque(s) au nom de l'Islam: dans le but d'agir, tout en amont, sur la culpabilité des dirigeants, au-delà des étiquettes des nations et des continents, afin de les punir, leur faire peur, qu'ils plient, surtout ces temps-ci en Asie, en Occident et en Afrique, qu'ils culpabilisent de ne pas en faire assez en aval (pas assez de construction de mosquées, pas assez de voiles en circulation, alors que les églises temples (bouddhistes y compris) et synagogues sont interdites, limitées, harcelées, dans leurs pays ou pourrissent) agir par tous les moyens, même infimes (ne pas serrer les mains des femmes, validé par une Grande Gueule syndiqué à Solidaire(s) en France) le tout au nom de cette croyance si avide de puissance et qui ainsi ronge, ronge, use, fait fléchir et plus du tout réfléchir un néo-tiers-mondisme devenu ségrégationniste.

Leurs idiots utiles de la gauche chic ont alors beau jeu de sortir un attentat ici et là (Nouvelle Zélande, France, USA) une répression en Birmanie, mais ce sont des amalgames qui n'ont rien à voir avec cette systématicité mortifère agissant "au nom de l'islam"; elle reste encore impensée par toute la classe politique et intellectuelle aveuglée par ses poncifs comme l'islam civilisant une Europe barbare et étant payé de retour par les Croisades qui auraient alors cassé son élan ce qui est une absurdité et surtout un mensonge, les musulmans de l'époque par exemple ont plus eu maille à partir avec leurs propres divisions intestines (chute des Omeyyades) et les invasions asiatiques comme les Mongols ayant mis à sac Bagdad (1258) ; quant aux massacres francs (qui n'ont pas touché que les colons musulmans de la terre d'Israël) que dire des massacres musulmans en Inde qui furent sans commune mesure ? (Sans parler de la traite arabo-musulmane dépassant en ampleur la traite transatlantique).

Observons enfin qu'aujourd'hui toutes ces belles âmes restent incapables paradoxalement de manifester devant l'ambassade chinoise pour défendre les Ouïgours ; ne parlons pas des hongkongais passés en pertes et fracas.

Bien commun: ne pas le laisser aux hyper-échangistes (voir infra) réduisant la liberté de l'échange à l'affairisme de l'appât du gain capable de vendre père et mère (et aujourd'hui enfant sous cellophane) mais ne pas plus le laisser aux étatistes, surtout modélistes (idéal de la planification pure et parfaite) qui pensent toujours faire bien mieux, techniquement, que "le" (vilain) marché jugé trop irrationnel égoïste alors que celui-ci, lorsqu'il se distingue d'un hyper-échangisme en effet par trop affairiste, est bien plus à même de laisser les acteurs agir de façon autonome ; d'où d'ailleurs les difficultés croissantes en France d'EDF et dans une certaine mesure de la SNCF qui bien que publiques ont pâti du poids bureaucratique de décisions centralistes (technocratiques) mettant aujourd'hui à mal le nucléaire et le chemin de fer de proximité (heureusement pris en charge par les régions désormais).

Ceci permettrait de penser autrement le Service Public en tablant plus sur des délégations et des régulations a posteriori  et ce dans tous les domaines (infra, voir Solidarité); l'erreur de Margaret Thatcher fut bien moins de privatiser les chemins de fer que l'instance de régulation ; et il ne faut pas oublier que lors de la privatisation, les compagnies privées s'aperçurent qu'il manquait trente ans d'investissement public; or, au lieu de le dénoncer et de renoncer dans ce cas à la privatisation ils mirent tout sous le tapis avec comme résultat les accidents et la diabolisation actuelle; sauf que les pourfendeurs actuels de la privatisation (sous conditions) oublient que si le fret français du rail a été aujourd'hui doublé par la route c'est bien parce qu'il ne remplissait pas ses obligations surtout en matière de frais avec les retards et grèves du zèle à répétition ; enfin la privatisation impliquerait que ces entreprises payent des impôts au lieu de voir la puissance publique éponger les dettes en permanence (plusieurs centaines de milliards actuellement si l'on additionne fer, électricité, hôpitaux…) ; aussi l'adage des étatistes dénonçant "la nationalisation des dettes et la privatisation des bénéfices" serait battu en brèche comme il l'est aujourd'hui concernant les autoroutes: les entreprises s'en occupant payant des impôts tout en maintenant un réseau à niveau, surtout si on le compare avec le réseau public.

Capital : Pour Max Weber il s'agit d'un type d'organisation du travail, un état d'esprit, d'abord; rien à voir avec l'appât du gain ou l'affairisme (l'hyper-échangisme, voir infra) qui ont toujours existé sous d'autres formes (avarice, thésaurisation); aussi l'énoncé de Weber est recevable comme théorie bien plus générale (et donc pouvant se hisser au niveau d'une science selon l'acception d'Aristote) que celle de Marx car celui-ci croyait que la mécanisation allait tout appauvrir (comme certains le croient encore); l'exploitation/aliénation du travail humain étant pour lui la seule source de "valeur", ce qui s'est avéré erronée: l'invention, la consommation, bien plus que l'impérialisme, ont permis son essor ; le marxisme n'est donc qu'une théorie locale (car ici et là il y a en effet de l'exploitation/aliénation lorsque le rapport de forces est défavorable) elle ne peut donc avoir la prétention de comprendre "le fétichisme de la marchandise", même si Marx l'a cependant désigné ainsi dans une rare vision objective, comme l'avait indiqué Jean Baudrillard (je tiens un séminaire sur ce sujet en février) partant même de là pour tenter lui aussi une explication….

La preuve ultime qu'il s'agit bien plus d'une technique (au sens de Weber et aussi de Georges Simondon) que d'un système de "domination" ou encore de la seule conséquence de la démocratisation comme le pense Jean Baechler, provient de son utilisation avec succès en Chine et dans les pays islamiques pourtant antidémocratiques par définition; néanmoins il est à observer que le capitalisme ne peut réellement s'optimiser en tant que technique permettant la pleine individuation ou développement épanouissant (Simondon, idem, sur L'individuation) que s'il s'articule à la Civilisation de l'État de Droit (infra) comme le montrent par excellence et sous nos yeux (émus) les Hongkongais, irakiens, libanais, algériens, boliviens, chiliens…

Citoyen: depuis les Grecs la distinction entre Citoyens (ayant leurs ancêtres enterrés dans l'Acropole) et Métèques, Esclaves a toujours été de mise ; ce qui n'empêchait pas de voir des métèques et des esclaves occuper les plus hautes fonctions (idem à Rome, l'empereur Septime Sévère, berbère, par exemple) ; ce qui était vu était non seulement "l'humain" mais aussi celui qui aura versé son sang pour défendre la Cité (distincte de la notion de Nation, inexistante, chez les Grecs, d'où l'alliance de Sparte avec les Perses contre Athènes lors de la seconde guerre du Péloponnèse); cette notion de citoyenneté a été édulcorée depuis la Révolution française car "qu'un sang impur abreuve les sillons" marque certes l'opposition Noble/Peuple en oubliant que les deux font partie de la même culture et civilisation, donc ce ne sont pas n'importe quels "sillons" mais ceux de la terre France (qui est cependant bien plus qu'un "nomos" car son sol peut s'élever il n'est pas uniquement lié au sang natif mais versé…).

Aujourd'hui la tendance à effacer la citoyenneté au profit du seul supra-humanisme (le global care, voir infra à hyper-échangisme) fait le jeu des absolutismes impérialistes tel celui agissant aujourd'hui "au-nom-de-l'islam" ou de l'anarcho-léninisme (voir infra, à néo-ésotérisme) sans oublier celui du techno-scientisme réduisant non seulement le citoyen mais aussi à l'humain à un "système" de particules modélisables (voir infra à hyper-échangisme).

Civilisation de l'État de Droit: depuis cinq cent ans, en Europe, la jonction entre Antiquité et Modernité a fait que l'universalité du judéo-christianisme s'est affinée en Civilisation de l'État de Droit (Chantal Delsol, Les idées politiques au XX°siècle, 2015, p.200) qui (si on le distingue de l'impérialisme) implique la liberté de penser et d'entreprendre, l'équilibre des pouvoirs (médias compris) la hiérarchie des normes (Hans Kelsen) ; tout un ensemble qui permet de bien mieux agir sur les trois principales passions humaines (puissance, richesse, prestige) en conflit permanent et dont l'intensité varie selon les strates sociales en joute ; et qui pousse aussi toutes les autres Civilisations à l'insérer selon leur Culture ou à le combattre comme on le voit sous nos yeux en Turquie, en Chine, en Afrique, en Amérique du Sud, en Europe (Russie comprise…).

Ce qui se passe à Hong Kong, en Irak, au Liban, en Algérie, au Venezuela, au Chili, en Bolivie, en Iran… n'est pas une demande de plus de communisme, ni d'hyper-échangisme (infra), mais de moins de corruption, de plus de Bien Commun fiable (supra) de réels contre-pouvoirs, de bien plus de liberté de pensée et d'entreprendre…Bref, l'État de droit renforçant la singularité nationale (au lieu de l'affaiblir au profit de l'hyper-échangisme ou le confusionnisme anarcho-léniniste, voir infra, à néo-ésotérisme). Il se répand comme technique en ce sens fort que donne Gilbert Simondon à ce dernier terme en tant que prolongement du développement humain (infra) alors que l'acception de Martin Heidegger (le Gestell, l'Arraisonnement, la mise à la raison elle-même réduite à la logique -juive- si l'on lit les Cahiers Noirs analysés par Peter Trawny) la réduit à sa dimension calculatrice prétendument cartésienne, Descartes ayant bien plus en vue la santé humaine que l'instrumentalisation du monde, 6ème partie du Discours de la Méthode (paragraphes 191-193) une Technique à saisir au même titre que l'électricité et aujourd'hui le numérique, même née en Occident…

Climat: il a toujours changé disait feu Marcel Leroux (climatologue, lui); et il faisait bien plus chaud à la sortie du Quaternaire ; la preuve étant qu'aujourd'hui en Suisse il est possible de retrouver certains fossiles végétaux lorsque des glaciers se retirent, d'où cette oscillation "permanente"; ne pas  confondre donc avec la nécessaire lutte contre la pollution, les gaspillages, les déchets… Les centaines de milliards alimentant aujourd'hui la propagande catastrophiste (ayant auparavant prévue la fin du monde en…2020!) aujourd'hui reportée en 2025, 2030, 2050, les plus "prudents" parlant de 2100 devraient plutôt servir à aider les Nations en voie de développement à prévenir justement les risques naturels ou provoqués par une urbanisation imprudente.

Croissance: terme de l'ère quantitativiste, dite aussi techno-scientiste (plutôt que "positiviste" qui est un terme comtien qui n'a jamais exclu l'esprit de qualité, voir infra à hyper-échangisme) aujourd'hui arrivée à saturation (la multiplication de quantité ne fait pas la qualité contrairement à ce que pensaient Marx et Engels qui ont mal lu, là aussi, Hegel, mais elle peut cependant la submerger, du moins un temps) la production quantitative étant souvent de bas de gamme et s'avère toujours insuffisante, surtout dans les pays ravagés par la corruption (l'absence d'État de droit -voir supra, Civilisation) alors qu'il faut viser plutôt et toujours le haut de gamme (voir infra à développement).

Culture: ne peut pas être réduit à un folklore car c'est un art de vivre "total" (au sens de Marcel Mauss) englobant tout, souveraine donc, d'où l'absurdité du terme "multi"culturalisme ce racisme métaphysique car cela voudrait dire qu'au sein d'une même Nation pourrait "vivre ensemble" plusieurs souverainetés ; par contre le terme "pluri" serait mieux approprié que le "multi" pour souligner la pluralité, sauf que l'insertion (au lieu de l'intégration et de l'assimilation) doit rester première afin de mieux tisser les différents fils de la Nation.

Démocratie: comme son nom l'indique, le "pouvoir du Peuple"; si et seulement si celui-ci se dépasse pour dénicher en son sein les meilleurs (aristos) ayant prouvé leur compétence, leur ardeur, afin de veiller sur le Bien Commun ou État de droit (supra et infra : Solidarité) telle était  du moins la définition de Platon dans le Politique, repris dans La République, aujourd'hui tarte à la crème: même les nations sans État de droit le revendiquent en ajoutant "populaire" et "république" : "République démocratique et populaire" disent leurs dirigeants en faisant tout le contraire: il ne suffit donc pas de se proclamer "nation" pour être réellement du côté du peuple…

Développement: La qualité prime sur la quantité (mais doit empêcher sa submersion par cette dernière) d'où le rayonnement de la France dans l'industrie du luxe et des jeux vidéo dont l'esprit devrait se répandre afin de viser systématiquement désormais le haut de gamme (aucune raison de le laisser aux autres) Françoise Sagan avait eu ce mot terrible: il y a deux sortes de gauche, celle qui veut que tout le monde se déplace à pied ou en vélo (nous y sommes…) et celle qui veut que tout le monde se déplace en Rolls, Sagan préférait bien sûr celle-ci…Quitte à ce que la Rolls devienne moins polluante… Ou comment passer de l'émancipation brute de décoffrage à l'affinement distingué.  Lire à ce propos le dernier livre Pierre-André Taguieff sur "l'émancipationnisme"…

Empire : ne tient qu'un temps, car tout se concentre à la tête (la capitale, le bureau ovale, la Présidence des C.A…) malgré la puissance de feu de toute "Vieille Garde" (ici les Traditions de pensée et d'action) laissant les flancs (l'enfer des détails) non plus aux "hussards" (de "la" République) mais aux moins compétents des démagogues (n'est pas Desmothène qui veut) d'où l'impossibilité à force de résister aux coups de boutoirs incessants des assujettis et des puissances envieuses ; l'Empire de type nouveau, s'il vient, doit redevenir d'abord oikos ou comment tisser une toile internationale auto-régénérante (voir France, infra).

Europe : C'est le lieu de naissance (récente) de l'Universel raisonné au sens de dépasser la logique, cet outil, vers la raison ou sens des conséquences visant le mieux être (le plus "utile") pour le plus grand nombre comme le disait Bentham cet inventeur de la déontologie. Mais les passions humaines sont telles que l'ivresse de puissance de richesses et de prestige cherche plutôt à croître quantitativement que se développer qualitativement par l'affinement de soi ; d'où les effroyables guerres qui ont vu par plus d'une fois l'Europe trahir l'idéal de paix perpétuelle tant rêvé en effet par Kant; s'ensuit-il pour autant qu'il faille renoncer, surtout en position de force (la suprématie militaire et technologique) alors que les Peuples de plus en plus exigent comme en 1848 (au temps du Printemps des Peuples guère compris par Marx) plus de liberté pour leur propre génie ?…

Aussi autant l'Union Européenne que la Russie (et bientôt de nouveau l'Angleterre) se doivent de préserver cette lumière de raison vacillant aujourd'hui au milieu de vents totalitaires ivres de leur force grâce à leur abandon au "côté obscur"; seront-elles capables de le faire alors que des minorités actives prétendent imposer leur vision soit hyper-échangiste (le citoyen réduit à une particule sans commencement ni fin et reconditionnée en cas où par le Global Care, voir infra) soit néo-ésotérique (le citoyen réduit à être la pièce d'un "Tout" et agencé en son sein selon son aptitude à connaître le Code).

France : Fille aînée de l'Église, elle est aussi la Mère des Printemps des Peuples (Marianne) aussi a-t-elle la responsabilité de mener à bien l'éclosion universelle de la Civilisation de l'État de Droit (supra) déjà en se toilettant, se restructurant sur ses fondamentaux, ce qui veut dire asseoir un nouveau compromis historique affinant celui du Conseil National de la Résistance en considérant que la Solidarité (infra) n'est pas contradictoire avec la Liberté de penser et d'entreprendre; ce qui implique de viser bien plus la stimulation que l'assistance (d'où l'idée dite du "salaire complet").
Et il s'agit aussi  de viser bien plus l'insertion non seulement sociale mais culturelle, celle des diverses ethnies qui ne peuvent se penser "chez elles", comme les nouveaux racistes dits décoloniaux le clament, mais participant pleinement à plus grand qu'elles; c'est le message de Jeanne d'Arc semble-t-il, même si plus de souplesse doit prévaloir en n'opposant pas nécessaire centralisation de l'action et impérative décentralisation de son application ; ce n'est qu'en restaurant ses comptes et en redevenant elle-même (en réconciliant son esprit pré et post 1789) que la France peut redonner de l'élan à l'Europe et au monde (infra) ; maintenant que l'Allemagne fait du surplace et implose, l'Angleterre idem les USA en suspens, mais tentent un sursaut, la Russie se reconstruit suite aux conséquences du 1792 français mal compris (voir infra, Visigrad).

Hyper-échangisme: les hyper-échangistes peuvent être de gauche (l'égalité, le prestige, la puissance) ou de droite (les "affaires", l'appât du gain) ils se retrouvent pour effacer de fait les notions dites "enracinées" qu'ils accusent "d'essentialisme" y compris celles de sexe et de citoyenneté (qui est pourtant la première Solidarité, infra) car pour eux leur offre de relation doit être obligatoirement acceptée par l'élément demandé, même s'il ne la désire pas y compris sexuellement; ce qui nécessite pour celui-ci d'évacuer ou modifier profondément son "essence" au prétexte de devoir "bouger" ne pas se "fixer" car autrement elle se fermerait se rigidifierait aliénerait son "auto-mouvement" comme "Idée" (deviendrait  réactionnaire, traditionaliste, d'extrême-droite, raciste etc…) alors que l'on peut à la fois perpétuer son soi idiosyncrasique et modifier ses modes d'apparition, ses habitudes selon les "moments" et ce de telle sorte que son "essence" (sa quiddité dit Aristote ou "ce qui ne peut pas ne pas être" traduit Ravaisson rappelle Tricot) puisse se "poser" (Hegel) selon les nécessités historiquement situées.

Ces gens déploient en fait un techno-scientisme (ils parlent de plus en plus "au nom" de "la" Science) soit cette vision physique/logique de "l'échange" séparée du "méta", du sens, de la raison (des conséquences); aussi modélisent-ils uniquement le monde matériel et humain en flux qu'ils habillent idéologiquement du papier cadeau "care"; celui-ci se voulant aujourd'hui "global", "humanitaire", le global care visant l'individu/particule comme corps ou matrice infiniment codable interchangeable les prouesses d'aujourd'hui permettant de produire des corps comme il faut (fashionable).

Ce terme d'hyper-échangisme est préférable à celui de "néo-libéralisme" qui, comme "l'islamophobie", vient plutôt de ceux qui ont en horreur autant la liberté que la critique; alors que l'idée d'accoler financiarisation et production est une vieille antienne au moins depuis Crésus puisqu'il faut bien d'abord accumuler du capital avant de s'en servir dans le circuit, y compris pour produire des biens financiers ; il n'en reste pas moins que la globalisation numérique permet de "jouer" bien plus sur les taux que naguère, sauf lorsqu'ils deviennent négatifs, aussi ce sont les actions qui décollent plutôt aujourd'hui ; d'où l'idée à reprendre de la taxe Tobin visant à taxer les échanges uniquement spéculatifs ce qui pourrait être un flux non négligeable par ailleurs pour l'action internationale, du moins si ce projet n'apparait pas punitif (comme chez Piketty and co) mais volontaire à l'instar de l'action des grandes fondations, par l'instauration d'un donnant donnant : le capital spéculatif reverse volontairement une part aux fondations et voit sa taxation diminuée à l'instar de ce qui se passe pour le secteur associatif à but non lucratif.

Immigration: c'est au départ le "droit des gens" à aller et venir sur Terre (Hugo Grotius) mais il est aujourd'hui devenue le cheval de bataille des hyper-échangistes de toutes obédiences, les unes, plus contemporaines, pour aller à l'assaut de l'hétérosexuel blanc, les autres, plus anciennes, parce qu'il faut brasser tout azimut afin de lever, malaxer, une nouvelle matière sociale plus malléable moins coûteuse (pour les affairistes de l'hyper-échangisme, à distinguer des capitalistes, voir supra) matière manipulable à merci en préférant la payer moins plutôt que réorganiser les coûts sociaux(voir infra, Solidarité); les unes et les autres obédiences pour masquer que leur tiers-mondisme d'antan à échoué, laissant des pays exsangues non pas des "États faillis" comme il est prétendu rue St Guillaume (Paris) mais des pans de tribus pouvant avoir vécu des monarchies et des empires mais n'ayant jamais connu le stade si singulier de la Nation (voir infra et supra- civilisation de l'État de droit).

Johnson (Boris): sursaut non pas de réactionnaires invétérés ou de déclassés perdants de la mondialisation mais de forces sociales plutôt des campagnes et des villes moyennes ayant cependant la Nation cheville au corps au même titre que les poilus (incompréhension de Lénine semblable à celle de Marx en 1848) plutôt que leur seule strate sociale; ce sont les mêmes qui avec de simples coquilles de noix allèrent sur la Mer du Nord sauver leurs "boys" à Dunkerque; pourrait-on parler là aussi de déclassés refusant d'accepter ce "progrès" qu'était le nazisme triomphant de l'époque y compris pour ses admirateurs anglais ou américains (Charles Lindbergh par exemple) ?

Aujourd'hui l'Angleterre (plutôt que le Royaume Uni) et le Pays de Galles (quoique plutôt travailliste, mais ayant voté le Brexit dans sa majorité) réagissent bien plus devant la modification "multiculturaliste" (voir supra) imposée par les élites techno-scientistes et hyper-échangistes que par les difficultés économiques liées à la mondialisation/globalisation, même si celles-ci jouent négativement.

LGBTQ+: ne pas confondre avec le droit de minorités sexuelles à être acceptées et protégées mais courants transformistes dans lesquels dominent les "queer" et les "Butchs-Fem" (avec Butler et Wittig s'inspirant de Foucault) à intégrer plutôt dans la matrice du néo-ésotérisme (voir infra) ayant absorbé postmodernisme et déconstructionnisme ; par exemple Daniel Bensaïd de l'ex LCR ou encore François Cusset fondateur des Blacks Blocs, sans parler de London et autres Nuit Debout ayant chassé Finkielkraut de leur sitting place de la République.

Ces courants ont réussi à faire croire qu'ils défendent l'homosexualité alors qu'ils visent à la détruire au même titre que l'hétérosexualité d'où l'idée de les classer plutôt parmi les totalitaires  du néo-ésotérisme (infra).

ONU: une structure en réelle "mort cérébrale", elle aussi, acceptant en son sein des entités antidémocratiques bien loin de l'État de droit tant vanté pourtant dans le Préambule de la Charte (son article 2 surtout) alors qu'elles le foulent aux pieds en particulier au sein des commissions sur les droits de L'Homme ou de la Femme ces parangons d' hypocrisies; ne parlons pas de l'UNESCO qui nie la présence juive ancestrale en Israël, de la Banque Mondiale, du FMI qui ne voient toujours pas que l'instauration de réels États de droit (ne se limitant pas à des processus électoraux et un "pluralisme" politique) restent la priorité des priorités ; d'où l'idée de sommer tous les membres de respecter réellement le Préambule ou de s'en aller, ou encore et de façon plus réaliste de fonder une nouvelle société internationale à l'instar de l'ONU supplantant la SDN.

Il pourrait s'agir par exemple de la SNED : Solidarité des Nations à État de Droit (voir infra à Solidarité) Mais pour y arriver il faudrait que les Nations acquises à cette idée puisse s'affranchir de tout mercantilisme et donc rompre avec tout État comme la Chine, l'Arabie, le Qatar… Ce qui n'est pas demain la veille ; d'où l'accentuation de la crise multiforme actuelle jusqu'aux points de rupture, ceux des tremblements historiques qu'un Henri Heine avait si bien décrit à la fin du XIXème siècle s'agissant de l'Allemagne…

OTAN: une "Alliance" qui sert tout de même encore à quelque chose en Afghanistan, mais guère en Afrique sahélienne; la Turquie devrait en être au moins suspendue (d'autant que sa présence à Chypre reste inexplicable) ; de plus, un modus vivendi peut être trouvé avec la Russie qui accepte d'ailleurs ces temps-ci de freiner ses ambitions en Ukraine ; la Crimée lui appartenant par ailleurs historiquement ; ce qui permettrait aussi à la Russie de ne pas être ligotée par une Chine heureusement de plus en plus touchée à son talon hongkongais (sans parler de la Chine intérieure) et de se rapprocher d'une UE réformée (les courants anti-humanistes anti-démocrates et anti-républicains comme les néo-léninistes et les hyper-échangistes étant écartés par exemple).

L'idéal aussi serait que l'Union Européenne, libérée du double carcan hyper-échangiste (supra) et néo-ésotérique (infra), surtout de type catastrophiste, n'ait plus besoin de l'Otan et donc des USA sachant que le passif de ces derniers nourrit encore les courants tiers-mondistes et djihadistes au sens où par exemple les USA (au sein de l'OTAN) lors de la guerre froide ont confondu les luttes nationalistes anti-colonialistes et les luttes pro-communistes (alors que les USA étaient plutôt anti-colonialistes); jusqu'à supprimer certains réformateurs en Iran (Mossadegh) en Afrique (au Congo:Tshombé…) etc ; il est vrai que celles-ci ont financé celles-là grâce aux actions soviétiques maoïstes et nassériennes (par exemple en Algérie en 1954) tout en éliminant les nationalistes (au sens non chauvin du terme) au profit d'éléments inféodés à ces puissances anti-démocratiques donneuses d'argent d'où la confusion (dont Cuba est aussi un exemple type) ; même au Chili tout n'est pas encore très clair tant Allende fut fragilisé par l'extrême gauche du MIR lui-même tiraillé entre réforme et révolution à l'instar du POUM espagnol qui avait été évincé par les staliniens (sans que les anarchistes et les trotskistes ne bougent en réalité) ce qui a renforcé "les" franquistes effrayés par ce que les staliniens pourraient faire comme massacres de type bolchevik (c'est aussi la thèse de Nolte concernant le lien entre nazisme et communisme, thèse que conteste Furet… (à suivre…).

En fait cette confusion entre lutte pour la préservation de sa singularité et lutte en soi pour l'hégémonie existe toujours lorsque l'on réduit actuellement la première à un nationalisme raciste ou à un populisme démagogue, bref, à ladite "extrême droite", ce qui rappelle la réduction naguère des luttes d'indépendance à la seule volonté communiste qui dans ce cas a su habilement se draper de nationalisme pour se maintenir au pouvoir, on le voit en Chine, en Corée du Nord.

Cela s'observe également et sur un autre plan en Turquie lorsque le PKK Kurde persiste à propager l'idéologie communiste au lieu de s'en éloigner, mais aussi au Mali lorsque certaines tribus Touaregs font alliance avec les wahhabites lorsque ces derniers leur promettent une autonomie dans un futur califat.

En tout cas tant que l'OTAN reste trop inféodée à ces diverses confusions il est préférable pour la France de s'en écarter à nouveau.

Macron: son élection, "surprise" (Fillon étant malicieusement affaibli) soulignait semble-t-il, du moins sur le papier, une volonté de "réformer" la France sans en passer par des mesures radicales étatistes (FI et RN) ou seulement économiste/monétariste (Fillon) une sorte de consensus centriste pensant qu'il suffirait de refaire redémarrer l'économie des grands groupes, de redonner un peu de pouvoir d'achat (suppression de la taxe d'habitation, baisse des impôts), d' "harmoniser" enfin les systèmes sociaux en évitant leur réelle mise à plat par les rustines de l'accroissement et du renchérissement de la redistribution spoliatrice (les plus "riches" -à partir de 2500€ nets- payant pour les moins aisés sans que ceux-ci ne soient réellement pris en charge sinon par une formation plus accessible mais limitée) tout en saisissant un volume financier non négligeable (équivalent au déficit global) du fait de la substitution étatique de l'effacement du paritarisme, exit les "partenaires sociaux", ce qui permet avec cet argent accaparé de continuer à faire de la cavalerie, d'autant que les taux d'intérêts son nuls voire négatifs.

Ce sont en fait les impératifs de l'État Moloch (dont Emmanuel Macron apparaît être la proue la plus aboutie) mais en déficit croissant depuis la fin des Grandes Glorieuses, reprenant par exemple d'une main ce qu'il concède de l'autre comme les encouragements aux start-up, mais les freins sont mis de fait aux établissements de taille intermédiaire, ETI) pis, l'État leur casse bras et jambes par les impôts de production devant être payés avant tout bénéfice, et aussi par la recentralisation du financement des collectivités locales; le tout s'insère dans une vaste crise globale antérieure, bien sûr à son élection, allant de l'effondrement des petites villes liées à la désindustrialisation imposée par l'hyper-échangisme, aux coûts sociaux faramineux imposés par la bureaucratie du néo-ésotérisme (infra) issue du Conseil National de la Résistance alors qu'il serait possible d'être solidaire moins cher (voir infra à Solidarité) du moins sans ces gaspillages grandissants (rapports de la Cour des Comptes) liés également au gigantisme et au centralisme, de plus en plus inutiles à l'heure de la fibre optique et au souhait du plus grand nombre de vivre plus horizontalement, directement, les décisions.

On ne voit également guère le nouveau Président réagir de manière "révolutionnaire" (promise pourtant dans son livre du même nom) à l'encontre de la déstructuration culturelle morale et sociétale produite conjointement par la crise de la société patriarcale, la prolifération des systèmes de référence, le travail de sape des propagandes libertines utilisées par les anarcho-léninistes (Bataille, Sollers…) prônant la supériorité hyper-individualiste et hyper-échangiste du "désir" sacralisé au détriment de la solidarité familiale et surtout de cette promesse de respecter autrui (de ne pas lui faire de peine en le trompant, en le "jetant" parfois (au détour d'un texto façon François Hollande) alors que l'on combat soit disant "les licenciements du néo-libéralisme";

Or cet abandon moral (qui fait la joie des sectes des groupes extrémistes religieux et des catastrophistes nouveau genre) laisse en plan beaucoup de femmes victimes d'une monoparentalité imposée, victimes aussi (quoique séculaires) de leur beauté physique plus fragile ou pas assez plastifiée façon gravures de mode et autres "corps de rêve", les enfants (au nombre de plus en plus réduit) trinquent en passant, la majorité subissant l'égoïsme de certains pères confondant vie réelle et série TV prônant ce relativisme tout azimut des moeurs allant jusqu'à prôner l'importation de millions d'immigrés en Europe pour compenser une politique anti-familiale (surtout blanche et hétérosexuelle) ; comme si la "famille recomposée" ou "multiple" tant vantée allait de soi voire devenait obligatoire pour être dans le "coup" (du couple binôme au "tri-couple" ++) ; ce qui touche d'ailleurs également de plein fouet les "quartiers" dits " difficiles" avec l'industrie du porno en épée de Damoclès ; d'où le retour d'un bâton religieux croyant par ailleurs qu'il suffirait de voiler les femmes pour qu'elles se tiennent désormais ou de nouveau "bien", comme si elles étaient l'origine de tout ce dérèglement multiforme qui s'accentue, également mondialement.

Sur un autre plan, plus géo-urbain, au lieu de reprendre à bras le corps certains "territoires perdus" via par exemple des jeux de franchise (libre de taxes et d'impôts) afin de se battre réellement contre la ghettoïsation et la mainmise de la drogue c'est-à-dire en se donnant les moyens également politiques et pas seulement financiers (exit le plan Borloo) de les insérer vraiment, le gouvernement actuel se contente de saupoudrer, avec comme cosmétique les classes dédoublées, oubliant que dans les pays totalitaires l'école avait aussi de très bons résultats ; enfin l'indulgence envers les milices antifa (et leurs alliés se réclamant de l'islam) en costume ou en barre de fer et qui empêchent de plus en plus la vie intellectuelle, tout cela fait que les grands espoirs se sont ternis et que l'on risque d'accoucher d'une situation sans direction avec à la tête des groupes politiques et idéologiquement historiquement dépassés ou désuets en tout cas incapables de se hisser à hauteur de jeu.

Néo-ésotérisme: est recruté par cooptation selon le degré de maîtrise d'une Gnose; il regroupe au moins deux tendances principales, l'une issue de l'effondrement monarchiste de 1789 (pas encore réellement pensé pour certains sinon en accusant "l'autre" : francs-maçons, juifs…) s'étant retirée dans la nostalgie christique (Chateaubriand, De Bonald, Maistre…) puis dans le nationalisme exalté (Péguy) le retrait mystique (Bernanos, Claudel) gnoséologique (Maritain, De Chardin, Von Balthazar) l'aristocratisme puriste (Maurras) aujourd'hui cherchant à refleurir sur les décombres de la non société hyper-échangiste mitée de toutes parts ; mais en refaisant, pour les plus en vue, les mêmes erreurs que dans les années 30 (restauration sectaire et purisme imaginaire).

L'autre tendance issue de 1792 réfugiée un temps dans un césarisme anachronique (Robespierre) mâtiné de christique volontariste sur le tard car il faut bien une eschatologie (Culte de l'Être Suprême) et simultanément d'utopisme (Baboeuf) aboutissant à l'imitation du triumvirat romain et à la désuétude d'une Idée surannée de l'Empire (voir supra) d'où sa double défaite face à l'Anglais et au Germain par deux fois (71 et 40) malgré le sursaut de 14 porté plutôt par la première tendance d'ailleurs, d'où le (noble) sacrifice d'un Péguy contrebalançant la couardise d'un Céline et la lâcheté d'un Drieu celui-ci allant se réfugier dans les jupes de Staline que Gide évita juste à temps (sans parler de Valéry hors champ…à la différence d'Alain…).

Ce dernier contrôlait également les remugles hypocrites du post-aristocratisme marxien (Aragon ayant volé dans un geste se voulant "surréaliste" le chapeau d'Anatole France récupéré ensuite par Mitterrand) avec sa colonne vertébrale, petite bourgeoise, du Lénine ("à Zurich") caricature aigrie de "gnome" avide d'imiter St Just (sans y arriver) dans une sorte de délire (non platonicien) que Trotski Staline et Hitler poussèrent à son paroxysme, suivi ensuite par Mao, adoubé envers et contre tout par un Sartre sans mains, Althusser l'étrangleur et ses Suivantes (Tel quel) tout un courant multiforme ayant produit les zombies antifa d'aujourd'hui, non hostiles à leur version islamique considérée désormais comme outil nécessaire (mais non suffisant) l'écologisme devenant comme leur support cosmétique en guise de cosmologie (le matérialisme dialectique ayant été jeté sans façon dans le puits sans fond heideggerien – ce"Water Closet grec" d'Ulysse made in James Joyce- ou de la marxologie martyrisée se vengeant dans le ni-ni et le sans (cent).

Poutine : Nouveau Tsar peut-être mais fin joueur d'échecs ayant damé le pion à Obama et depuis a réussi malgré les immenses difficultés et périls liés à l'ère mafieuse du communisme puis de l'hyper-échangisme affairiste à se hisser à hauteur de jeu jusqu'à se perdre cependant dans la nostalgie impériale (lui aussi…) ayant fermé les archives soviétiques, refusant d'organiser un Tribunal du genre Nuremberg pour éponger réellement les crimes communistes que d'aucuns encore tentent de justifier en France et ailleurs, ce qui ne fait qu'alimenter le néo-ésotérisme djihadiste comme en Afghanistan naguère aujourd'hui en Europe; aussi la discussion avec Poutine devrait s'effectuer à plusieurs niveaux, de telle sorte en tout cas qu'il se distancie de la Chine (mais hélas cela n'en prend pas le chemin) nous perdons du temps, surtout avec une Allemagne devenue un boulet, en état de décomposition, d'effondrement au même titre que le Royaume Uni la Belgique la Suède d'ailleurs, seuls la Hollande le Danemark et le groupe de Visigrad (infra) résistent encore…

Solidarité : au niveau international une SNED (Solidarité des Nations à État de Droit) suite à la paralysie persistante de l'ONU pourrait créer une synergie y compris financière (par une contribution commune à l'instar de celle existant au FMI mais sur des bases moins monétaristes et plus qualitatives) "aidant" les autres nations des divers continents à se hisser elles aussi à hauteur de jeu si et seulement si cependant elles admettent qu'il faille décréter d'abord un réel nettoyage des écuries d'Augias dans leurs structures avant de s'en prendre au "Nord" ; même si celui-ci n'est toujours pas exempt de paternalisme et de volonté hégémonique à imposer un modèle hyper-échangiste et postmoderne (relativismes divers) soutenu tout autant par la bureaucratie techno-scientiste et centraliste modéliste du global care (voir supra) que par le néo-ésotérisme post-léniniste recyclé dans l'affairisme néo-eugéniste (PMA/GPA de l'enfant à la carte et certaines formes messianiques du transhumanisme militant. 

Tout doit être mis sur la Table (médiatique) par ailleurs : ainsi les oppositions, conflits, l'universalité ou non desdits "droits humains" tout peut être discuté non plus dans les salons feutrés des colloques mais à ciel ouvert, retransmis en direct, sans attendre démentis et lavage de cerveau, comme par exemple l'actuelle méconnaissance de ce qui s'est réellement passé entre 1947 et 1948 lorsque les États dits "arabes" ont refusé de reconnaître Israël. Il faut savoir ce qui s'est passé, pourquoi des centaines de milliers de…juifs ont été expulsés d'Égypte, de Syrie, d'Irak, pourquoi Israël est encore diabolisé en…Tunisie, pourquoi Erdogan parade-t-il autant alors que le génocide arménien reste encore incandescent ? Il faut confronter les discours, tous (y compris quand cela fait mal pour l'Occident) et cette fois à visage découvert, pas en catimini comme à l'UNESCO qui a été jusqu'à faire douter des racines juives d'Israël… Ou lorsque l'esclavage arabo-musulman est caché aux enfants issus de l'immigration alors que cet effacement suscite une aigreur alimentée par les prosélytes islamiques et gauchistes.

Au niveau national, par exemple français et européen, si l'on s'en tient principalement aux systèmes sociaux d'enseignement et de formation, ils pourraient affiner leur double base : individuelle et collective ; le tout non pas pour asseoir une "société à deux vitesses" (qui existe déjà) mais faire en sorte d'améliorer le pouvoir d'achat de tous; déjà par le salaire dit complet au sens de recevoir le salaire brut (supra, voir France) ensuite en incitant les assurés à choisir avec leur "brut" la médecine qui leur sied pour l'opération adéquate : médecine physiologiste, médecines douces, chinoise, africaine, psychologie (s)… ; tout doit être ouvert, et l'idée par exemple que l'homéopathie, sur longue durée, ne servirait à rien n'est pas démontrée (je viens d'en faire l'expérience strictement inverse), idem pour les hôpitaux qui peuvent travailler en synergie avec toutes ces branches, se spécialisant dans la chirurgie et la radiologie, louant aux thérapeutes des premières les espaces dédiés afin de tisser en amont et en aval tout un système transversal de soins articulé à la formation et l'enseignement.

Concernant le système généraliste propre à ces derniers, comme celui des lycées et collèges minés pour certains par la dite "mort de l'autorité" (liée en réalité et pour une part aux effets pervers de l'hyper-médiatisation qui fait de l'animateur du sportif et du chanteur le réel totem de référence bien plus que le pédagogue) et, d'autre part, par la ghettoïsation, multiforme, il serait enfin indispensable de faire confiance au corps enseignant non encore décérébré en autonomisant les pédagogies et les systèmes d'encadrement, en multipliant les concours transversaux inter-établissements retransmis sur Internet.

Quant aux Universités de plus en plus à l'abandon (dans lesquelles les Antifa prolifèrent, voir supra) et aux dites Grandes Écoles sinon en implosion du moins décalées déclassées (à peine visibles dans les classements internationaux) il s'agirait de les régénérer par leur mise en synergie avec bon nombre d'écoles parallèles avides de locaux, de véritables pépinières qui permettraient à la France de parfaire ses avancées "ingénieuriales" dans les techniques de pointe, également en synergie avec diverses nations européennes.

Trump: un cowboy texan se prenant toujours pour James Dean (à l'intérieur) et plutôt le Robert Mitchum Love and Hate de La nuit du chasseur que John Wayne ou Clint Eastwood à l'extérieur un peu plus sophistiqués peut-être dans la fine cruauté…. De là à en faire une marionnette de téléréalité en fuite (à l'instar de John Carrey dans The Truman show) il y a un pas que l'on peut franchir si simultanément était admis qu'il serait aussi une blonde qui aurait réussi au sens de jouer les apparences contre l'idéologie sachant que c'est bien la première impression qui reste la seule réalité palpable, ce qui est également vrai "cathodiquement" parlant. Si vous avez compris c'est que je me suis mal expliqué… Non, et en un mot, il s'agit moins de "la revanche d'une blonde" (très bon film au demeurant) ou du fameux "nul n'est parfait" dans " Les hommes préfèrent les blondes" que de ce désir de "continuité historique" donc culturelle civilisationnelle refusant de réduire la terre US (ou française) à un terrain vague comme le prônent en choeur hyper-échangisme et néo-ésotérisme néo-léniniste.

Visigrad (le groupe de): ou refus là aussi de devenir un terrain vague, surtout si l'alliance objective (et subjective par certains biais) de l'hyper-échangisme et du néo-ésotérisme néo-léniniste imposent en sus d'un quota de réfugiés le fait que non seulement ils puissent se regrouper familialement mais aussi qu'ils puissent imposer leurs moeurs comme le prétend dans certains arrêtés la Cour Européenne de Justice, ce qui n'est pas possible, or, c'est bien là le fond et le fait de la question non seulement sociale mais spirituelle civilisationnelle ; on peut toujours évacuer cela par le vocable d'extrême-droite, ce nominalisme ne peut rien contre la réalité, sauf à jouer façon années 30 en pire comme l'ont fait les néo-ésotériques communistes épaulant de fait la montée d'Hitler. Mais il n'est pas sûr que cela soit le cas aujourd'hui, les sbires de ce dernier étant bien minoritaires.

Xi Jinping : il faudrait le convier à venir expliquer sur l'un des canaux de l'ONU (encore présente) devant des milliards d'humains et de citoyens que la démocratie à état de droit n'est qu'un concept occidental ayant lavé le cerveau des hongkongais ; mais pour ne pas lui faire perdre la face il serait bon de lui parler des thèses de Rosa Luxembourg non plus sur l'impérialisme (que lui-même déploie) mais sur la pérennité des droits de pensée et d'entreprendre librement car ce sont des acquis dépassant leur origine sociale historiquement située, du moins ce serait là une approche typiquement marxienne (et non pas marxiste…) qui lui permettrait d'admettre que la conception "sociale" du "marché" subsume la liberté de penser et d'entreprendre si et seulement si elle permet à l'émancipation de s'affiner vers un bien mieux être que le seul bien être matériel, insatiable par définition.

Vision utopique, peut-être, qui ne remplace pas la préparation à la confrontation y compris armée, sans doute, mais convient-il d'admettre que Hongkong devient son talon d'Achille et qu'il est de bonne guerre non pas de manipuler les (si)jeunes hongkongais (bien valeureux) mais précisément de ne pas les laisser tomber :

 

" L'oeil était dans la tombe et regardait Cain ".

À suivre...

Lucien SA Oulahbib 4/12/2019

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

203 vues

Tous les articles de Lucien SA Oulahbib

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Affinement positif-OIL, Conservation positive-OIL, Dispersion positive-OIL, Dissolution positive-OIL, Editorial de Resiliencetv-ARTV, Evaluation de l'action-OIL, Headline-RTV

 

Leave a Reply

Logged in as . Logout? Leave a Reply?

You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <font color="" face="" size=""> <span style="">