Procès Saddam (que disait-on?)

Ainsi Alain Duhamel avait été jusqu'à reprocher le fait que les juges irakiens soient formés à l'étranger alors que l'absence d'école de magistrats digne de ce nom sous le régime de Saddam explique ce besoin de formation ! Quant au fait de les payer ainsi que les huissiers il fallait bien que quelqu'un le fasse au début et l'on oublie un peu vite que le procès de Nuremberg eut lieu sous présence militaire alliée, qu'il ne suffit pas donc de dire qu'à elle seule une présence étrangère suffit à rendre illégitime un processus juridique. Bref, toutes ces arguties pour une part exagérées, injustes, fausses, cachent mal l'irritation de certains, -y compris ceux-là mêmes qui sont d'habitude réputés prudents et équilibrés dans leurs commentaires (comme Alain Duhamel)-, devant un réel qui avance et vient confirmer amplement le livre de Chantal Delsol, La grande méprise, (La Table Ronde, 2004) lorsque celle-ci explique si bien comment sous prétexte d'universalisme abstrait c'est-à-dire mal placé et en fait bureaucratisé, uniformisé, d'aucuns dénient aux peuples le droit de se juger eux-mêmes.

Dans ce cas la France n'aurait pas dû juger Barbie par exemple. Et encore moins faire le procès de Vichy. Mais revenons au coeur, géopolitique cette fois, des arguments des Dumas, Ludot, Duhamel et consorts qui s'appuient uniquement sur la supposée illégalité de l'intervention coalisée contre le régime de Saddam Hussein, (et la crainte que la "rue" dite arabe se mette encolère alors qu' en réalité elle attend dans ses profondeurs jamais sondées par les médias que justice soit faite, espérant même dans les islamistes pour que cela arrive…), mettant évidemment de côté les crimes et les dangers mortels évidents qu'il générait de plus en plus (en ce sens cette guerre n'était pas une "connerie" comme le prétend BHL au micro de RTL ce 19 octobre 2005, même si ce dernier a défendu, tout de même, l'idée du procès). Tout d'abord, l'accusation d'illégalité est fausse puisqu'il n'existe aucune loi internationale empêchant un pays ou un groupe de pays de déclarer la guerre à un autre Etat s'ils jugent que celui-ci met en cause leurs intérêts vitaux. Nous ne sommes pas dans un Etat universel régi par une loi fondamentale unique.

La Charte des Nations-Unies n'a pas la force d'une constitution d'Etat.Ni même celle d'un Traité. Même si el Conseild e sécurité peut voter des opérations de police. Encore faut-il des forces pour le faire… Elle ne peut donc pas exiger l'accord, au préalable, (et ce terme est important), de ses propres instances pour toute gestion de conflit entre les Etats membres ; on le voit bien à propos de l'Iran, de la Corée du Nord, où l'ONU n'intervient pas, sans parler du refus turque de reconnaître Chypre et le génocide arménien qui ne connaissent aucune condamnation. On le voit bien aussi lorsqu'il s'agit d'affaires internes aux Etats : l'impuissance de l'ONU à empêcher le drame du Darfur montre bien les limites du juridisme de nos brillants pourfendeurs français démocrates et alterislamistes anglais. Mais il est vrai que ce ne sont que des noirs -musulmans pourtant- (les noirs chrétiens sont déjà tous morts ou à peu près) qui meurent. Ils seraient arabes que les rues parisiennes, londoniennes, washingtoniennes, verraient nos chevaliers blancs de la Justice vraie de vraie -française donc- hurler en tête de cortège pour l'avènement d'un nouvel ordre mondial (mais que fait Dieudonné sur le Darfur?…).

Par ailleurs, un embargo existait bel et bien contre le régime husseinien, avant 2003, non ? Ce qui impliquait qu'il n'était déjà pas jugé comme étant digne de confiance. Pourquoi ? Nos éminents commentateurs et pourfendeurs anti-bushistes ne le disent pas. Enfin, il s'avère que ce régime finançait des actes illégaux pour le moins et bel et bien réels comme ceux des kamikazes palestiniens ; tandis que Saddam Hussein armait des régiments spéciaux pour de nouveau attaquer le Koweït puis l'Arabie Sadoudite puisqu'il n'avait pas abandonné l'idée du Califat ou l'Union de la Nation Arabe, version "moderne"issue du panarabisme qui partageait cependant les mêmes buts que son concurrent, l'islamisme. Rappelons également que l'ONU a ratifié en octobre 2004 le nouveau processus politique en construction et que les actuels juges irakiens s'inscrivent précisément dans cette mise en place.

Quant aux charges relevées contre SH, elles semblent bel et bien étayées par des faits indiscutables que nos deux Dupont défenseurs de Saddam, Dumas et Ludot, écartent d'un revers de main parce que leur but n'est pas que justice soit faite, mais qu'elle soit défaite. L'ennemi principal ce n'est évidemment pas un dictateur qui a tué des centaines de milliers de civils, voire deux millions, (hors guerre contre l'Iran qui coûta aussi un million), mais l'intervention des forces coalisées qui visait à les libérer d'un joug sanguinaire et ce afin de commencer à stabiliser une région qui était de plus en plus en butte avec le démon islamiste (responsable du 11 septembre, soit bien avant l'intervention contre SH) depuis la perte de vitesse du panarabisme à la fin des années 60 au siècle dernier.

De cela, cette menace bien réelle, on entend à peine quelque chose sur elle, parce que la haine, et la théorie du complot (excellement mise en scène par un Garaudy et un Chomsky), sont les deux mamelles d'un bouc-émissaire en devenir : celui de l'axe dieudonnédien dit "américano-sioniste" qui semble trouver de plus en plus d'adeptes autant à gauche qu'à droite et ce au fur et à mesure que ces deux mouvements s'avèrent de plus en plus incapables sinon de gérer du moins de penser les affaires mondiales. Ainsi, la bassesse atteinte par de tels tristes sires montre bien à quel point nous en sommes. Vers le no limit. Dans la petitesse et l'aigreur de propos de plus en plus pétris, pourtant, de pédagogie au fur et à mesure où ils se ridiculisent à la face du monde. Même s'ils deviennent de plus en plus casual voire closer.

27 octobre 2005

Nim Myotis 16/4/2016

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

4 070 vues

Tous les articles de Nim Myotis

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Article Resiliencetv, Editorial de Resiliencetv-ARTV, Petits arrangements médiatiques-RTV

 

Comments are closed. Please check back later.