La dictature, molle, de l’anti-art

Laquelle ? Celle de faire prendre des vessies pour des lanternes, et il y a même des "répétiteurs" ou "guides" (comme dans les vrais musées !) pour y arriver, parce que dit gravement Dupont, si l'art contemporain est si critiqué (un peu comme le communisme avant, ou l'islam aujourd'hui ?) c'est bien parce qu'il n'est pas compris ; il faut donc l'expliquer au bon peuple clame, magnanime, Dupond, comparant pour le prouver, les difficultés d'un Manet à faire valoir sa peinture… Ce qui serait somme toute assez risible, s'il n'y avait pas cette volonté opiniâtre, de divers nains de jardin à grimper sur les épaules de géants pour faire la grenouille…de bénitier, parce que c'est la messe, attention les méchants réacs qui ne veulent pas dévorer goulûment l'hostie du "true" art, on vous a à l'oeil.

Car non seulement, bien sûr, tout ce qui n'est pas "installation" à base de vide grenier conceptualisé sur un beau papier et beaucoup de références, beaucoup, microphotos ou posters géants à répétition, poubelle renversée comme l'a écrit ici Paul Rhoads, tout ce qui n'est pas anti-art comme le psalmodiait Jean-François (Lyotard dans Dérive à partir de Marx et Freud) n'a, évidemment, pas sa place dans les musées, mais, surtout, lorsque le public fuit cet art devenu obligatoire, en se réfugiant dans les expositions permanentes, en fuyant les queues devant les rangs de ballons roses ou de salles tactiles (qui rappellent le Palais de la découverte et son Planétorium, en moins bien hélas…) nos gentils animateurs vont aller dénicher les cancres en leur exibant leurs (fausses) excentricités et ce jusqu'à réussir le tour de force suivant :

Ou comment vider de son contenu tel musée de renom pour n'en garder que le nom (un peu à la façon d'un mauvais restaurant qui garde la belle enseigne qui le précédait), sauf qu'ici il est question de mal-art et attention scrogneugneu il faut apprécier sous peine de se faire traité de réac (et donc de suppôt finkelkrautien ce qui est gravissime: interdit d'expo, d'émissions, silence tv etc). Ainsi, observe Christine Sourgins, dans Commentaire (n°112, p.985) le musée Bourdelle a été littéralement squatté par un dénommé Fabro dont les photos fluo tranchaient nécessairement avec ses statues en bronze…

Quand j'entends le mot art je sors au Palais de Tokyo ou à la Biennale de Lyon, et tout est géniaaal ! et tout ira bientôt à Londres, NY ! à Venise ! (mais certainement pas dans le nouveau musée de François Pinault…)

Le plus étonnant dans l'histoire, et alors que le marché des DVD explose (la tv française étant des plus merveilleuses comme chacun sait…) les films américains se taillent la part du lion, c'est que plus personne ne dit plus rien, hormis quelques courageux (par exemple à la suite de ce néant, volontaire, que fut le dernier festival d'Avignon), le cadavre de l'art gît par terre, et on l'enjambe, voilà tout.

Mais, devant, les promoteurs de l'art (con)temporain en bétonneront des photos et même, avec un bon retardateur, pourront en être les témoins!

27 février 2007

Lucien SA Oulahbib 10/6/2019

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 537 vues

Tous les articles de Lucien SA Oulahbib

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Liens d'actualité

 

Leave a Reply

Logged in as . Logout? Leave a Reply?

You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <font color="" face="" size=""> <span style="">