Controverse religieuse en Egypte sur la production d’un film sur Jésus

La production d’un film en Egypte sur la vie de Jésus a suscité dimanche l’opposition de religieux à Al-Azhar, l’une plus hautes instances de l’islam sunnite.

Al Azhar « a déjà émis des fatwas interdisant la figuration des prophètes » a affirmé à l’AFP Abdel Mooti Bayoumi, professeur à Al-Azhar, soulignant que « le prophète (Mahomet) ne peut être représenté par un homme parce qu’il est parfait ».

« Al-Azhar refuse la figuration de Jésus dans un film parce que le Christ n’est pas seulement le prophète des chrétiens mais il est également présent en islam », a poursuivi M. Bayoumi.

Mais officiellement, l’institution religieuse n’a pas émis d’avis sur la production du film.

Le producteur du film, Mohamed Ashoub, s’est quant à lui élevé contre ces déclarations, affirmant « que cette affaire ne concerne pas » Al-Azhar.

« Il n’est pas du droit d’Al-Azhar d’intervenir dans une affaire qui concerne les chrétiens, sinon il devrait arracher les icônes du Christ et de la Vierge dans les églises », a-t-il déclaré à l’AFP.

Selon lui, « de nombreux films ont été diffusés en Egypte sur la vie du Christ, dont La Passion du Christ de Mel Gibson (…) Interdire la production de ce film est donc complètement incohérent ».

« Le dogme chrétien n’interdit pas la figuration du Christ, de quel droit Al-Azhar intervient-il? », s’est pour sa part interrogé Fayez Ghali, le scénariste du film.

Le tournage du film n’a pas encore débuté mais le scénariste a affirmé que l’Eglise participera aux choix de nouveaux acteurs qui joueront pour la première fois. Ils n’auront pas l’autorisation de jouer dans d’autres films après celui-ci.

Al-Azhar a la haute main sur la production de fictions ou la publication en Egypte d’ouvrages relatifs à l’islam.

© AFP.

20/3/2006

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 081 vues

Tous les articles de

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Non classé

 

Comments are closed. Please check back later.