Islam : Libération casse le thermomètre (up to date)

Libération agit ainsi comme si cette construction allait de soi (que n'aurait-on dit si une municipalité avait dégagé un budget pour construire une Eglise…), ou si le droit de critiquer n'existait pas en France (il est vrai que Libération avait fait la fine bouche lors des caricatures de Mahomet en en publiant à peine deux ou trois…) alors que dans le même temps un Afghan a failli perdre la vie parce qu'il s'avouait chrétien, et qu'aucune Eglise ou lieu de culte (imaginez une synagogue !) ne peuvent être construits dans un pays musulman, ceux qui existent peuvent être tout juste rénovés et encore, -(St Sophie à Constantinople ex-Byzance, -"Istanbul" depuis son occupation par les Ottomans- est dans un état lamentable par exemple…), mais aucun édifice déjà existant ne peut être agrandi.

On peut rétorquer que ce n'est pas "pareil". Pourquoi ? La Terre est un Village non ? Au nom de quoi devons-nous en appeler aux droits de l'Homme au Tibet, aux USA même, et pas en Algérie ou en Arabie Saoudite où il est interdit de construire une cave et la nommer Eglise ? Dans quel pays musulman est-il possible de le faire d'ailleurs ? Or, la vie est faite de don et de contre-don, la réciprocité en un mot est reine dans le genre humain, n'en déplaise aux ex-maos au bord de la faillite financière et qui caressent dans le sens du poil.

Car il ne suffit pas de dire qu'il y a quelques dizaines d'années l'Eglise Romaine était tout aussi intransigeante et qu'il y a quelques centaines d'années on était occis pour moins que cela, parce que nous sommes aujourd'hui et aujourd'hui l'Eglise a bien changé, a même demandé pardon, (et vend même du terrain à la municipalité de Tournon à un prix défiant toute concurrence). On n'entend guère les musulmans "de France" rouspéter contre les manquements de leurs ouailles dans leurs pays d'origine. Comme s'il allait de soi de juger "fou" quelqu'un désireux de changer de religion…

Si l'Eglise catholique a fait un tel chemin (en allant même d'un extrême à l'autre ces temps-ci, restant par exemple silencieuse devant les exactions commises contre les chrétiens en pays musulmans, croyant qu'il suffit de faire le dos rond alors que plus c'est le cas plus ses ennemis s'acharnent…), si les chrétiens sont plus tolérants pourquoi ils n'en seraient pas de même des musulmans ? Si ceux-ci en France, manifestaient contre les exactions commises par ceux-là mêmes qui se réclament de l'islam ailleurs, alors on comprendrait mieux l'idée que l'islam soit, dit-on, une "religion de paix". Or, il ne semble pas que cela soit le cas, et on dirait même que l'islam apparaît pacifique uniquement en France et au Royaume Uni, bref, quand il est minoritaire, parce que dans le reste du monde…

Quelles conclusions en tirer ? Celles-ci : L'islam en situation minoritaire serait-il la seule version authentique de l'islam, celle prévalant dans le dit "monde musulman" étant une version extrême ? Difficile de soutenir une telle position, surtout lorsque la référence s'avère être un texte, le Coran, et une Tradition, la Sunna, éminemment critiquables quant aux appels au meurtre et à l'ostracisme de ceux qui pensent différemment.

Marx disait que "la religion est l'opium du peuple", il va de soi qu'il serait traité de "religionphobe" aujourd'hui, (et Dante, Voltaire, Tocqueville, qui avaient critiqué l'islam, seraient poursuivis en justice, voire plus…) comme si désormais critiquer -(car dire que l'on accepte la critique et que l'on ne condamne que la caricature est éminemment flou et donc liberticide, n'en déplaise aux deux députés UMP porteurs de ce genre de propositions de loi)- comme si critiquer un contenu religieux méritait dorénavant l'asile de fous (à l'instar de l'ère bredjnevienne…) à défaut de décapitation ou de bûcher (mais jeter l'opprobe en est une -bûcher/bushiste- à l'ère de la démocratie d'opinion), on espérait mieux de ces admirateurs de Foucault qui écrivent tous les jours dans Libération (et ailleurs…), comme si le fait d'être phobique ne méritait pas, déjà, que l'on se demande pourquoi au lieu de traiter de "facho" toute personne qui ose émettre un doute sur cette perception grand papa, où il était bon de voir un africain ou un nord africain uniquement comme "animiste" ou "musulman" avant de voir en lui l'Humanité, aussi, (n'est-ce pas ce que Sartre, fondateur de Libération, disait ?), ce qui implique d'admettre que pour construire un lieu de culte il vaut mieux laisser aux ouailles du cru la possibilité de se débrouiller eux-mêmes : Notre Dame a mis cent ans pour se construire faute de fonds, et le Musée du cinéma à Turin était au départ une synagogue mais son architecte à l'ambition démesurée la fit à des dimensions si gigantesques qu'elle n'a pu être fini faute de fonds également, d'où sa rétrocession. On n'a d'ailleurs guère vu à ce moment là des juifs menacer les pouvoirs publics italiens de faire financer la synagogue par des extrémistes juifs…

On le voit, l'alterislamisme a de beaux jours devant lui : sous le prétexte de croire que toute tradition est critiquable en Occident mais intouchable ailleurs, les gens qui officient ces temps-ci à Libération et dans le monde alterislamiste construisent un absolutisme bien pire que le précédent puisque la moindre critique est immédiatement envoyée au Tribunal…qui fait office d'Inquisition nouvelle désormais. Il est temps que les (réels) démocrates, c'est-à-dire fidèles au principe de la liberté de critique, se mobilisent contre le nouvel obscurantisme qui continue à se répandre derrière la fumée des lacrymogènes néo-bonapartistes et jacobines dispersant la foule foulant à ses pieds les rustines étatiques du CPE collées sur les trous béants d'une France qui souffre parce que ses élites refusent de lui faire confiance en permettant la critique, en la libérant précisément de ses entraves…

Mais ceci est une autre histoire…

8 avril 2006

Lucien SA Oulahbib 21/7/2018

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

982 vues

Tous les articles de Lucien SA Oulahbib

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Libertés-LIDAC

 

Comments are closed. Please check back later.