Featured

+0,7°C en cent ans

Contrairement à ce qui est très souvent affirmé, la hausse modérée des températures du XXème siècle ( +0,7°C en cent ans) n'est ni particulièrement rapide ni particulièrement intense par rapport au passé, même récent.

On nous dit et on nous répète sans cesse que "la vitesse du changement climatique est sans précédent… depuis les temps les plus reculés".
De fait, c'est l'argument "choc" des supporters du GIEC. L'argument ultime qui est censé remporter l'adhésion.
Beaucoup l'admettent sans aller chercher plus loin.
Les politiques et les médias qui ne craignent pas d'en rajouter, nous parlent sans cesse de
"dérèglement climatique", voire de "crise climatique", ou encore, plus fort, de catastrophe climatique " et de "chaos climatique"

Mais ces expressions alarmistes sont-elles fondées ? Vivons nous réellement dans une période de "catastrophe climatique" ?
Voyons cela à la lumière des données récemment observées et publiées…

Il n'est nul besoin d'aller chercher bien loin pour trouver des points de comparaison avec la période actuelle. L'optimum médiéval (l'an mil) et la période Minoéenne ((1200 avant JC) ont fait aussi bien, et même mieux, que le XXème siècle, comme le montrent les mesures isotopiques tirées des forages glaciaires prélevés au sommet du Groenland et publiées par la NOAA en 2000.

Les données de la NOAA datent de 1997. Elles ont été mises en ligne en 2000, mais étaient, semble-t-il, restées dans les cartons…

Le site adhoc de la NOAA (National Oceanographic and Atmospheric Administration U.S.) est ici "GISP2 – Temperature Reconstruction and Accumulation Data"
Vous trouverez ici les résultats des mesures (lissées) des carottages du Groenland
, en format txt. Vous pourrez tracer, vous-même et sans difficulté, les courbes que je donne ci-dessous, en utilisant n'importe quel tableur comme Excell ou (mieux) Origin. Ces données proviennent de forages réalisées sur le sommet du Groenland où la couche de glace atteint 3000m.

Vous remarquerez que les données des abscisses sont en milliers d'année BP (before present; avant le présent. Le présent étant 1997) et que le relevé le plus récent est indicé 0,0951409. Ceci signifie qu'il s'agit de l'année 1997-95,1 soit 1902 environ.
En effet, on estime qu'il faut environ 80 ans pour que les bulles d'air piègées dans la neige puis dans la glace qui forme le substrat du glacier, se referment. Il faudra donc attendre jusqu'à l'année 2090 pour pouvoir utiliser les forages glaciaires qui correspondent à l'époque actuelle.
A noter que ces données remontent jusqu'à -50.000 ans, ce qui est rendu possible par l'énorme épaisseur de la couche de glace présente au centre du Groenland.

Vous trouverez une collection complète de ces courbes pour les périodes 1400->1900, 800->1900, -3000->1900, -9000->1900, -11000->1900 et -50000->1900 sur ce site.

om1

L'Optimum Médiéval (MWP en anglais : Medieval Warm Period) est parfaitement visible sur la courbe de la température 800->1900. On voit que le réchauffement a commencé en l'an 800 et qu'il a atteint son maximum vers 1045. La chute de température qui suivi a duré jusque vers la moitié du XIIIème siècle comme cela est bien documenté dans les récits historiques. Comme on le voit sur ce graphique, la vitesse de montée de la température lors de l'Optimum Médiéval a été d'environ +0,7°C/100 ans (droite en rouge). La hausse était d'environ 1,8°C. Elle s'est poursuivie pendant un peu plus de 250 ans…. Au moins, au Groenland.

 

om2

A noter que le réchauffement de l' Optimum Médiéval est loin d'être un cas exceptionnel dans l'histoire récente (et lointaine) de notre planète comme le montrent les résultats des forages glaciaires qui couvrent la période -3000->1900 tirés de la même source. On retrouve sur ce graphe les périodes documentées sur le plan historique tels que le période dite Romaine et la période Minoéenne, particulièrement chaude, qui a connu une hausse de température de 1,5°C/100 ans pendant 70 ans. A noter que ces épisodes chauds ont tout trois coïncidé avec des périodes riches de l'histoire de l'humanité. Par exemple, les grandes cathédrales furent construites autour de l'an mil.

om3

Et si on remonte dans le temps jusqu'en 8000 avant J-C, toujours avec la même base de données de la NOAA, on observe que les hausses et le baisses rapides de 2°C ou plus, ont été très fréquentes au cours des derniers millénaires.
On voit que le climat a toujours beaucoup changé au cours des âges. Ce qui fait de l'expression utilisée à présent :"Changement Climatique" en lieu et place de "Réchauffement Climatique", n'est rien d'autre qu'un pur truisme, vide de sens…

 

Addendum du 27 décembre : Un lecteur attentif (merci Sam) a effectué une analyse plus détaillée des dix mille dernières années (l'holocène) de la base de données citée ci-dessus, à l'aide d'un tableur. Voici, ci-dessous, son graphique qui est orienté dans le sens inverse des précédents (comme le font les paléontologues). Les années les plus récentes sont donc à gauche. Sam nous fait remarquer que les pics de température se produisent, environ, tous les mille ans. Ce qui, si cette périodicité s'avérait exacte, impliquerait que la température actuelle devrait culminer vers l'an 2000-2020 (comme l'on trouvé d'autres chercheurs à partir de différentes analyses). Comme vous le constatez, les vitesses de hausse de températures sur toute cette période sont comprises entre 0,4°C /100 ans et 1,4°C /100 ans. Il est évident que les résultats indiqués sur le graphe suivant résultent de calculs et doivent être affectés d'une marge d'erreur de l'ordre de l'ordre de 10%, au moins.
De plus, il faut se souvenir que ces données ont été "lissées" ce qui équivaut à l'application d'un filtre passe-bas sur les données brutes. Il est donc fort possible que les vitesses de hausse de température réelles aient été supérieures à celles qui sont observées dans cette base de données de la NOAA.

sam1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

hockeymann

 

 

Comme vous le savez si vous avez parcouru le site Pensee-unique.fr, la courbe qui représente l'évolution des températures du globe (la fameuse "crosse de hockey" de Michael Mann et al qui couvre la période de -1000 à nos jours) et qui figure dans tous les rapports du GIEC depuis 1998, a complètement effacé l'Optimum Médiéval ce qui justifie l'affirmation des supporters du GIEC que "le réchauffement que nous connaissons est sans précédent". Cette reconstruction en crosse de hockey a fait l'objet de très nombreuses controverses dont j'ai donné un très bref aperçu ici. La polémique, à ce sujet, a rebondi récemment lors de l'affaire des courriels du CRU de l'Université d'East Anglia.
Voici, ci-contre, la reconstruction du climat en "crosse de hockey" telle qu'elle figure, de manière plus ou moins visible, dans les rapports successifs du GIEC depuis 1998.
Les auteurs de cette reconstruction (dendrochronologique) justifient l'absence de l'optimum médiéval en affirmant que leur courbe est globale tandis que l'optimum médiéval serait localisé à l'hémisphère Nord.
Cette dernière affirmation est cependant mise en défaut par une très longue série d'études scientifiques qui ont retrouvé les traces de l'Optimum Médiéval sur l'ensemble de la planète et pas seulement dans l'hémisphère Nord.

Quoiqu'il en soit, il est important, pour le but que nous poursuivons ici, qui vise à comparer la vitesse de montée des températures lors de l'Optimum Médiéval et de la période Minoéenne à celle que nous avons connue au XXème siècle, de s'affranchir de toute critique sur le caractère localisé ou non de la période chaude de l'Optimum Médiéval.

Autrement dit, nous ne comparerons pas la vitesse de montée de la température lors des temps anciens au Groenland avec la vitesse de montée de la température du globe du XXème siècle qui, comme vous le savez, est d'environ 0,7°C/100 ans.
Nous comparerons la vitesse de montée (et l'amplitude) des variations de température lors de l'Optimum Médiéval et de la période Minoéenne avec celle de la période récente, au même endroit, c'est à dire au Groenland même où ont été prélevés les forages glaciaires. Les stations de mesure se trouvent à basse altitude comparativement aux sommets où ont été prélévés les carottages et où les températures sont évidemment plus basses.

groentemp


Pour cela et dans un premier temps, nous utiliserons les données réellement mesurées, moyennées et rassemblées dans la table ci-contre, tirée d'un article paru dans le JGR du mois de Juin 2006. Voici sa référence :

Vinther, B.M., K.K. Andersen, P.D. Jones, K.R. Briffa, and J. Cappelen. 2006. Extending Greenland temperature records into the late eighteenth century. Journal of Geophysical Research, 111, 10.1029/2005JD006810. (cette table se trouve dans le document pdf).

"Annual" signifie la moyenne annuelle des températures des 13 stations de mesure de température du Groenland.

DJF : Décembre, Janvier, Février.
MAM : Mars, Avril, Mai
JJA : Juin, Juillet, Août
SON : Septembre, Octobre, Novembre.

Sur la période de 100 ans la plus récente, nous trouvons que la température moyenne (sur un an ) a varié de -2,9°C à -2,1°C soit un réchauffement de +0,8°C/100 ans pour les températures terrestres du Groenland. Notons, en passant que la température a nettement plus augmenté pendant les deux décennies 1931-1940 et 1941-1950 que pendant les trois dernières décennies (1971-2000).

Ceci se retrouve dans un article tout récent qui vient d'être publié au Journal of Climate de l'AMS et dont la référence est :
Box, J.E., L. Yang, D.H. Bromwich, L.-S. Bai. 2009. "Greenland ice sheet surface air temperature variability: 1840–2007".
Journal of Climate, 22, 4029-4049
(résumé disponible ici)

Le résumé de cet article précise d'ailleurs que "La tendance au réchauffement de 1919 à 1932 de la totalité de la surface glacée a été de 33% plus

groenbox

grande que celle du réchauffement de la période 1994-2007 "

 

A noter que le graphe ci-contre, extrait de ce dernier article, a été obtenu en combinant les données mesurées par les stations terrestres et celles d'une modélisation informatique. La courbe en noir épais indique la variation de température de 1835 à 2007.
On observe bien, comme dans la table précédente que vers 1930 il a fait plus chaud et que la montée a été plus rapide que pendant la période récente, ce qui jette un doute sérieux sur l'importance réelle de la concentration du CO2 qui est nettement plus élevée de nos jours (385 ppm) qu'elle l'était en 1932 (306 ppm).

Quoiqu'il en soit, selon cette étude, pendant la période des cent années 1901-2000 qui nous sert de base pour cette comparaison le réchauffement du Groenland a été de :
0°C-(-0,9°C) = +0,9°C/100 ans qui, compte tenu des erreurs inhérentes à ce type de mesures est statistiquement indistinguable du +0,7°C trouvé dans l'article précédent. A noter que si nous avions tracé une régression linéaire au sein de la courbe annuelle, nous aurions obtenu sensiblement le même résultat.

Rappel : Petr Chylek et ses collaborateurs ont étudié les

chylek09b

variations de température de l'ensemble de l'Arctique (et non pas seulement du Groenland) de 1910 à 2005, ainsi que je vous l'avais rapporté ci-dessous.

Je reproduis ci-contre la corrélation frappante qu'il a trouvé entre la température de l'arctique (en traits rouges) et l'indice de l'AMO (Oscillation Atlantique Multidécennale) de la NOAA (en bleu) et de Parker (en noir). Les oscillations AMO sont d'origine parfaitement naturelles. Bien entendu.

Il en déduit que (selon le propre résumé de Chylek ) : " les variations de température de l'Arctique sont étroitement corrélées avec l'AMO (l'Oscillation Atlantique Multidécennale) suggérant que la circulation thermohaline de l'Océan Atlantique est reliée à la variabilité de la température Arctique suivant une échelle multidécennale."
Conformément d'ailleurs à ce que plusieurs chercheurs ont suggéré lors de la récente réunion du Congrès WCC3.

D'ailleurs on retrouve la trace de l'Oscillation Multidécennale Atlantique dans les mesures de températures du Groenland ( Box et al) mentionnées ci-dessus. Tout cela est parfaitement cohérent.

Résumé: Nous allons résumer le résultat de ces comparaisons entre les vitesses de hausse de la température observée au Groenland, de nos jours avec celles observées lors de l'Optimum Médiéval et lors de la période Minoéenne au même endroit, sous la forme de deux petits tableaux :

yannmedieval2

Epoques anciennes

Vitesse de montée des
Températures

Période Optimum Médiéval (an mil) 0,7 °C/ 100 ans
Période Minoéenne (-1200 ) 1,4 °C/ 100 ans


Epoque 1901-2000  
D'après Vinther et al 0,8 °C/ 100 ans
D'après Box et al 0,9 °C/ 100 ans
Température globale 1901-2000 0,7°C/ 100 ans

Conclusion :
Objectivement et au vu de ces comparaisons des mesures effectuées sur un même site (au Groenland) à différentes époques, on ne peut certainement pas affirmer, comme beaucoup le font, que la vitesse de la hausse de la température du XXème siècle est exceptionnelle et "sans comparaison" avec ce que nous avons connu dans le passé … pendant lequel le taux de CO2 étaient notoirement inférieur à celui que nous connaissons actuellement.. Au contraire, les vitesses de hausse de la température sont tout a fait comparables sinon identiques. A noter également que la vitesse de hausse de la température globale qui est de 0,7°C/ 100 ans, est très proche ou égale à celle qui a été observée au Groenland aussi bien lors du siècle écoulé que pendant l'an mil. Ces dernières sont bien inférieures à celle qui a eu lieu pendant 94 ans lors de l'époque Minoéenne et sans doute à d'autres époques antérieures.

Anthropocène ?

Certains ont décidé de baptiser la période dans laquelle nous vivons actuellement du nom d'Antropocène pour la distinguer de l'Holocène qui l'aurait précédé et qui se prolonge depuis les quelques 10000 dernières années…au prétexte que l'action humaine nous aurait fait changer d'époque géologique.
Du point de vue des variations de températures observées depuis 10000 ans jusqu'à nos jours, on ne voit pas en quoi l'époque actuelle se distinguerait de l'holocène dont, en réalité, elle fait partie intégrante.

Joyeux Noël et Meilleurs Voeux à tous (toutes)…

Pensée unique 1/1/2010

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

6 039 vues

Tous les articles de Pensée unique

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Climat unique-LI-DAC, Headline-RTV, Liens d'actualité, Sciences-LIDAC

 


Comments • comment feed