Featured

Situation socio-politique française: vers l’écoeurement(bis)

Pour qui se prennent-ils tous ? Pousseurs, lyncheurs, préfète voleuse, syndicalistes frénétiques, fanfarons, haut le menton des Juppé, Coppé, Villepin, Raffarin, Mélanchon, Moscovisci au secours ! Regardez par exemple ces gars du fret qui ont coulé ce dispositif depuis des années quand des produits frais mettaient trois jours pour faire Strasbourg-Lyon et ainsi de suite, résultat le choix de la route bien sûr ! mais on va se rattraper scrogneugneu en montrant du doigt les routiers, carbone et compagnie, on nage dans l'absurde, partout, tout devient, redevient, inaudible, à quoi bon allonger des arguments puisque rien n'y fait, la France glisse de plus en plus vite dans l'irréel, c'est comment qu'on freine la machine à remonter le temps ? 40 ? 39? L'immense soulagement de la défaite ? 1871 ? Qui sera le nouveau Bismarck ? Plus loin encore ? A ceux qui rêvent de Napoléon nous voilà plutôt vers Louis XVI, les manigances des antichambres, qui couche avec qui, galerie des Glaces, Louis XV alors ? Non, Louis XVI décidément, puisqu'il y a paralysie, entêtement à faire des réformettes, refus de prendre à bras le corps le pays depuis des années, vers un second tour Maryne Le Pen Aubry ou Strauss Khan ? Si j'étais au pouvoir je ferais un audit de la protection sociale, je demanderais des devis à des assurances privées, je démontrerai que les entreprises privatisées ont plus apporté par l'impôt à la collectivité que les entreprises publiques, et je privatiserai celles qui restent mais je transformerai tous les employés de celles-ci en actionnaires, mais avant je ferai en sorte concernant RATP SNCF aiguilleurs du ciel de préparer un ordre de réquisition, j'appliquerai l'article 16,

Art. 16. – Lorsque les institutions de la République, l'indépendance de la Nation, l'intégrité de son territoire ou l'exécution de ses engagements internationaux sont menacées d'une manière grave et immédiate et que le fonctionnement régulier des pouvoirs publics constitutionnels est interrompu, le Président de la République prend les mesures exigées par ces circonstances, après consultation officielle du Premier Ministre, des Présidents des assemblées ainsi que du Conseil Constitutionnel.

Il en informe la Nation par un message.

Ces mesures doivent être inspirées par la volonté d'assurer aux pouvoirs publics constitutionnels, dans les moindres délais, les moyens d'accomplir leur mission. Le Conseil Constitutionnel est consulté à leur sujet.

Le Parlement se réunit de plein droit.

L' Assemblée Nationale ne peut être dissoute pendant l'exercice des pouvoirs exceptionnels.

Après trente jours d'exercice des pouvoirs exceptionnels, le Conseil constitutionnel peut être saisi par le Président de l'Assemblée nationale, le Président du Sénat, soixante députés ou soixante sénateurs, aux fins d'examiner si les conditions énoncées au premier alinéa demeurent réunies. Il se prononce dans les délais les plus brefs par un avis public. Il procède de plein droit à cet examen et se prononce dans les mêmes conditions au terme de soixante jours d'exercice des pouvoirs exceptionnels et à tout moment au-delà de cette durée.

 

je mettrai des conducteurs des aiguilleurs de l'armée  aussi s'il y a lieu, il faut aller au clash, franco, mais lâcher du mou sur le pouvoir d'achat par la réforme de la sécu, l'actionnariat progressif, une réelle autonomie, faire confiance, arrêter de commander tout de Paris, je libérerai l'enseignement, etc, grand coup de pied dans la fourmilière, avant que cela ne dérape. D'ici deux ans.

Lucien SA Oulahbib 11/4/2010

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 703 vues

Tous les articles de Lucien SA Oulahbib

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Article Resiliencetv, Editorial de Resiliencetv-ARTV, Headline-RTV

 

Comments are closed. Please check back later.