L’Algérie refuse la visite des pèlerins juifs à Tlemcen

C'est tout simplement honteux pour L’Algérie. Les autorités algériennes ont rejeté  d’une façon discriminatoire   une demande présentée par des associations juives françaises, pour une visite de Tlemcen (nord-ouest de l'Algérie)  en vue de se recueillir sur la tombe du grand rabbin Rebi Ephraïm ElnKaoua, qui a vécu dans la région au 13ème siècle (1).
 
 Selon le journal algérien al-khabar  qui a  rapporté cette information "entourée d’un grand secret", les autorités algériennes ont refusé la réédition de la visite effectuée en 2005 par les mêmes associations présidées à Paris par un natif de Tlemcen André Charbit,
 
Celui-ci avait alors conduit plus de 220  pèlerins , à bord d’un vol spécial d’air Algérie à Tlemcen, soit  la plus grande délégation juive qui a visité l’Algérie depuis l’indépendance. Cette visite avait suscité à l’époque de larges échos dans les médias.
 
Certaines sources rapportent que  le refus des autorités algériennes est en relation au rejet d’une telle idée par l’opinion publique et la classe politique, notamment après  l’épisode de la flottille  turc pour Gaza, et la participation algérienne agissante à ce convoi.
 
Par ailleurs, de nombreux antijuifs algériens croient que ce type de visites qui prétextent de la dimension humaine et touristique, dissimule des tentatives d’entraîner l’Algérie vers la normalisation avec Israël, ce que les officiels algériens refusent.
 
Des officiels algériens estiment enfin que  l’organisation au début de l’année  2011 de la manifestation "Tlemcen, capitale de la culture islamique", n’est pas compatible avec la visite d’une délégation juive à ces terres considérées par les Juifs comme le deuxième lieu sacré d'Afrique du Nord, après la synagogue de la Ghriba à Djerba.
 
 
L’histoire des Juifs en Algérie remonte à l’antiquité. Les Judéo-Berbères se sont établis avant l’arrivé des arabo-musulmans venus d’Arabie. Une des figures les plus marquantes en est Dihya, dite la Kahina, dont beaucoup avec Ibn Khaldoun disent qu'elle était judaïsante. Pendant cinq ans environ, elle dirige les tribus berbères opposées aux Arabes avant d'être défaite.
 
 
L'islamisation de l'Algérie  a débuté au milieu du VIIe siècle et sa conquête par les Omeyyades était achevée avant la fin du même siècle.
 
Les Juifs ont majoritairement quitté l'Algérie -  la plupart pour la France – lorsque le pays a accédé à son indépendance, en 1962.  Ils ont été systématiquement spoliés.
 
En mai 2005, des familles juives d’origine algérienne ayant quitté le pays en 1962 ont montées au créneau pour revendiquer des réparations et des indemnisations des biens qu’elles ont laissés en Algérie (2)
 
Plus de Quarante années après l'accession de l'Algérie à son indépendance, les Juifs d'Algérie ne peuvent plus rentrer  dans leur pays pour se recueillir sur une tombe,  célébrer un mariage ou une bar mitzva dans une famille juive originaire d'Algérie. Ils son interdits d'y rentrer voire même de visiter un lieu d’enfance.
 
D’Alger, de Tlemcen, d’Oran ou de Constantine  « Les juifs d’Algérie ont été coupés totalement de leurs racines » disait Jacques Attali dans un Interview au journal El Watan. (3) Les souvenirs qu'ils ont laissés de ces lieux sont généralement  douloureux et  faits  de scènes de discrimination  musulmane.
 
 
Le respect de la liberté religieuse n’est pas garanti en Algérie. Le gouvernement a limité la liberté religieuse pour les non musulmans. Plusieurs associations  s’alarment  de cette situation, notamment  pour les chrétiens de ce pays dont la pratique cultuelle est rendue difficile suite à une loi  qui a pris  pour cible principale les groupes chrétiens (4).
 
Après que la France a pris pied en Algérie en 1830, le respect de la liberté religieuse et de leurs coutumes était rétabli  aux Algériens, conformément à l'acte de capitulation du 5 juillet 1830. La dhimma (5)  était  abolie et les Juifs deviennent égaux aux musulmans devant la loi française.
 
Ftouh Souhail, Tunis
 
(1) La ville de Tlemcen était habitée en grande partie par des Juifs sefardim. Originaire de Tolède, le Rabbi Ephraïm Enkaoua est contraint de se réfugier à Marrakech, puis à.Tlemcen en Algérie, pour échapper à l'Inquisition. Né à Tolède en 1359, le rabbin est arrivé à Tlemcen en 1391 fuyant l’intolérance qui avait accompagné la «Reconquista» espagnole.
Après la proscription d’Espagne, un des exilés, Jacob Berab, âgé de dix-huit ans (1474-1541), vint se réfugier dans cette ville, où il se distingua bientôt par sa grande activité. Il était peut-être, à cette époque, le rabbin le plus instruit et le plus intelligent, après son collègue allemand, Jacob Polak.
 
(2) Selon une déclaration rendue publique et rapportée par le quotidien londonien arabophone El-Quds, 120.000 Juifs ayant quitté l’Algérie après l’indépendance ont réclamé des réparations d’une valeur de 144 millions de dollars. Ils réclament du gouvernement l’indemnisation de ce qu’ils ont perdu, auquel cas ils vont recourir à des pressions internationales pour arracher leurs droits. Ils demandent également leur réhabilitation.
 
(3) Interview de Jacques Attali, économiste et écrivain français au journal El Watan 29.08.2009
 
(4) La loi de 2006 prévoit jusqu’à 5 ans de prison ferme et des amendes pouvant aller jusqu’à 10.000 euros, pour tous ceux qui chercheraient à convertir un musulman à une autre religion. Ces mêmes peines sont également encourues par tous ceux qui « fabriqueraient, entreposeraient ou distribueraient du matériel imprimé, des publications audiovisuelles ou tout autre support ou moyen visant à affaiblir la foi musulmane ».
 
(5) Régime juridique auquel est soumis un nom musulman. Les dhimis, des individus qui, pour jouir de  mêmes droits que les musulmans ,doivent s'acquitter d'un impôt supplémentaire en sus de quelques restrictions mineures des droits telles que celui de monter à cheval, de porter certains types de  vêtements, etc.

Ftouh Souhail 4/7/2010

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

3 514 vues

Tous les articles de Ftouh Souhail

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Affinement négatif-OIL, Conservation négative-OIL, Dispersion négative-OIL, Dissolution négative-OIL, Evaluation de l'action-OIL

 


Comments • comment feed