B.H.L, ou la suffisance d’une réflexion

Bernard Henri Levy, signataire de JCall a accordé une interview au Jérusalem Post (1). A lire cet entretien, on peut légitimement s’interroger si ce philosophe est en phase avec la réalité. Celle du Proche-Orient en particulier. Ainsi, à l’affirmation du journaliste concernant la reconnaissance, par les Arabes, de l’état d’Israël « comme état juif » voici sa réponse in-extenso :

 

The truck is set up to fire 9 Kassam rockets and then drive off innocently

 « Israël reconnu par les Arabes, c'est sûr. Mais Israël reconnu par les Arabes en tant qu'Etat juif, pourquoi ? Les Arabes doivent absolument reconnaître Israël. En revanche, sur la question de savoir si Israël est un Etat juif ou un Etat laïc ou autre, c'est à lui de décider, non aux Arabes. Cette exigence de Netanyahou est absurde à un niveau international. On ne peut pas demander à quelqu'un de reconnaître un Etat en tant qu'Etat juif, ou Etat chrétien, ou Etat musulman, ou Etat laïc. Il ne s'agit pas d'un problème de droit international. Le droit international suppose que les Arabes reconnaissent sans ambiguïté, définitivement, clairement, la totale légitimité d'Israël. Au niveau international, c'est très clair. Mais reconnaître Israël comme Etat juif ? Ce n'est pas le problème des Arabes. Non seulement je ne le leur demande pas, mais je ne leur reconnais pas le droit de décider ce que sera Israël. Israël est ce qu'en fait le peuple juif. ».

 

Israël, reconnu comme état juif ? Pourquoi s’interroge t-il ? D’autant plus, nous assure t-il, que ce pays doit voir -selon le droit international- sa totale légitimité « sans ambiguïté, définitivement, clairement »  admise. Et dans cette logique, il ne reconnaît pas le droit aux Arabes de décider ce que sera Israël. Et pour mieux appuyer sa démonstration, il juge cette exigence de Netanyahou « absurde » !

 

C’est avec de tels arguments que B.H.L. affirme être « un défenseur de l’état d’Israël » et, donc, signataire de « l’Appel à la raison » de JCall. Un protecteur, un gardien, un champion qui omet la principale RAISON de la renaissance d’Israël. Celle de refuge perpétuel pour le juif en danger partout à travers le monde. Ainsi, ne pas imposer une reconnaissance pleine et entière de l’état d’Israël comme état juif ou état du peuple juif par le monde musulman, permettra la poursuite de l’exigence d’un ‘’droit au retour’’ de millions de descendants des Arabes de Palestine qui se sont écartés, en 1948, le temps que les pays frères riverains jettent les Juifs à la mer. Ce ‘’droit au retour’’ qui verra la majorité démographique israélienne changée, mais permettra, cependant, à Israël d’être reconnu comme état légitime par le monde musulman puisque peuplé d’une population de substitution. De la sorte, Jérusalem sera effectivement une et indivisible, mais musulmane et le peuple juif à nouveau apatride.

 

Autre absurdité asséner par le ‘’philosophe’’ : « L'Amérique n'est pas le paradis des sentiments pro-israéliens", insiste-t-il. "Aujourd'hui, on assiste là-bas au développement de très forts courants qui ne sont pas favorables à Israël. C'est l'une des raisons pour lesquelles il faut se presser de faire la paix. Nous ne pourrons pas attendre dix années supplémentaires ».

 

La seule paix que le monde musulman est prêt à signer actuellement est le plan saoudien qui définit les ‘’frontières de 1967’’ comme délimitations aux deux états, Jérusalem-est comme capital de l’état judenrein à naître, et d’une « juste solution pour les réfugiés ».

 

Ainsi, « se presser à faire la paix » équivaut à rien d’autre qu’encourager les Israéliens à changer le gouvernement actuel, ou pousser celui-ci à accepter le deal saoudien, et en conséquences néfastes, à reconnaître le « droit au retour des réfugiés » au sein même du pays ainsi que la nécessité de diviser Jérusalem. Toutes choses impensables pour la très grande majorité du peuple juif et la quasi-totalité du peuple israélien.

 

C’est suite à de telles analyses de ‘’réflexions’’ que l’on mesure l’inanité de ceux qui ‘’combattent’’ aux côtés d’Israël, mais seulement à partir de leurs salons et bureaux diasporiques. Un ‘’combat’’ qui se veut ‘’intense’’ mais qui s’avère dangereux pour l’avenir du pays qu’ils disent aimer et défendre. Des ‘’combattants’’ qui ont perdu la raison depuis que les droits de l’homme ont supplanté ceux de la société. Des ‘’soldats’’ médiatiques qui se retrouvent isolés du peuple juif dans sa grande majorité mais très bien entourés par ceux qui n’attendent qu’une seule chose : la chute d’Israël.

 

Le reste de l’interview étant à l’avenant, on peut demander si les Israéliens vont pouvoir endurer « dix années supplémentaires » d’un tel ‘’soutien’’.

 

Victor PEREZ ©

 

 

Liens :

 

(1) : http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?apage=1&cid=1278860674080&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull

Victor Perez 20/7/2010

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 404 vues

Tous les articles de Victor Perez

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Alliance des civilisations-A-LI-DAC, Liens d'actualité

 

Comments are closed. Please check back later.