Les problèmes de la gauche antilaïque avec la pétition « Un cri contre le racisme et l’intégrisme »

Le quotidien de Serge July a, depuis, fait sonner la charge à deux reprises. D’abord en publiant deux textes agressifs contre les pétitionnaires, de la direction de la LDH, et d’un militant socialiste.
Mais cela n’a pas l’air de suffire, et son chroniqueur Pierre Marcelle, se sent obligé d’en rajouter une louche contre les pétitionnaires, dans un article paru le jeudi 18 mai, intitulé « Cet objet d’un désir obscur ».

Qu’il ne partage pas l’esprit de la pétition, et qu’il l’écrive est son droit le plus absolu et le plus respectable.
Mais son papier comporte les pires ingrédients de la malhonnêteté intellectuelle, avec un seul but : discréditer la pétition, en multipliant insinuations et amalgames.

Premier angle d’attaque : Charlie Hebdo. L’hebdomadaire, il y a quelques semaines, aurait vu dans un dessin impliquant Elie Wiesel de l’antisémitisme là où il s’est avéré que l’histoire était un canular monté par des Juifs iconoclastes. Conclusion de notre chroniqueur : gare à une idéologie qui voit l’antisémitisme partout.
Un autre bout de gras est distillé contre l’hebdo satirique, sur lequel il croit bon d’ironiser au sujet de la publication des caricatures de Mahomet.

Quel rapport avec la pétition et son contenu ? L’auteur nous le fait savoir : Caroline Fourest est journaliste à Charlie Hebdo, et « elle voit des barbus partout ». Pourtant, Caroline a signé en tant que rédactrice en chef de Prochoix, sans impliquer Charlie Hebdo, ce que Pierre Marcelle ne peut ignorer. Charlie Hebdo n’a absolument pas relayé la pétition dans ses colonnes.
Mais cela pose une vraie question : être journaliste dans une revue implique-t-il obligatoirement ce salarié pour l’ensemble de toute publication parue dans ce journal ? Manifestement, pour Marcelle, c’est oui quand il s’agit de Charlie Hebdo. Mais si on lui applique la même logique, on frémit à l’idée de mouiller le salarié Pierre Marcelle pour l’ensemble des horreurs parues dans « Libération » depuis les années où il y écrit, et notamment ce grand moment de haine du peuple que l’ancien maoïste Serge July commit le 30 mai au matin, incapable de cacher sa rage après le camouflet que lui et les siens venaient de subir, avec le rejet par les Français du TCE.

Ecrire cela ne signifie pas être inconditionnel de tout ce que publie Charlie Hebdo. Nous en apprécions la bataille de tout temps menée contre tous les cléricalismes, et notamment celui du Vatican. Cela ne nous a nullement empêché de critiquer durement la position de Philippe Val lors du TCE, et de montrer aujourd’hui notre désaccord avec lui sur d’autres sujets. De même, nous combattons Serge July, tout en respectant des journalistes de Libération qui écrivent des articles remarquables sur des sujets variés.
Qu’est-ce qui autorise, d’autre part, Pierre Marcelle à dire que Caroline Fourest voit des barbus partout ? Ignore-t-il qu’elle mène, au contraire, avec des laïques et des féministes de culture arabo-musulmane, un combat sans concession contre l’intégrisme islamique, et qu’elle refuse l’amalgame: maghrébin = musulman = intégriste = terroriste? Ignore-t-il qu’avec Fiammetta Venner, elle a écrit un livre remarquable ‘Tirs croisés contre la laïcité », où justement elle montre que les trois intégrismes, juifs, chrétiens et musulmans, mènent de concert la même lutte contre la laïcité et l’égalité hommes-femmes? Non, il sait cela, mais il préfère susciter la suspicion, pour mieux salir.

Ainsi, après avoir ainsi cherché à semer le doute sur une des initiatrices de la pétition, Pierre Marcelle conclut son article par ce passage abject. « En constatant qu’à Rotterdam la duplicité d’Aayan Hirsi Ali n’avança pas voilée, et qu’en Belgique ce sont des neo-nazis qui tuent des noirs et des arabes, souhaitons que le nouvel obscurantisme de nos vigilants collègues n’occulte pas l’ancien».

Comme ils sont soulagés, les bobos parisiens qui ne voient dans l’islam politique que la religion des pauvres et des enfants de colonisés. Aayan Hirsi Ali, condamnée à mort par les islamistes pour avoir osé se dire athée, et critiquer de toutes ses forces l’islam comme une religion d’oppression, est aujourd’hui blessée, à terre, abandonnée par son pays d’adoption, la Hollande, droite raciste et gauche communautariste confondus. Son courage était leur mauvaise conscience. Alors, courageusement, comme de vulgaires petites frappes, ils lui balancent le dernier coup de pied pour l’achever au sol.
Pierre Marcelle, par ailleurs ancien militant lambertiste, a gardé les travers de son ancienne organisation : un grand décalage entre la critique virulente du Vatican et une discrétion étonnante sur les islamistes.

La chute de son texte est par ailleurs un terrible aveu, au-delà du fait qu’il semble suspecter les auteurs de la pétition de ne pas réagir aux crimes de l’extrême droite raciste. Il sait pourtant que la pétition se finit sur le refus d’un nouveau 21 avril.
Mais il est surtout rassuré : il existe encore des fascistes bien blancs qui assassinent des Noirs et des Arabes ! Le voilà, le seul combat antiraciste et antifasciste propre, et politiquement correct pour ce journaliste de Libération et ses amis.

Et gare à tous ceux qui, tels les pétitionnaires, oseraient faire le parallèle entre ce racisme, cette extrême droite, chrétienne ou paienne, et le racisme de tous les intégrismes, dont les extrémistes musulmans, qui ont montré, depuis des années, leur fascination pour la culture de la mort, à Bali, à New York, à Paris, à Londres, à Badgad, à Madrid, à Jérusalem ou dans bien d’autres endroits.
Ceux qui mènent le combat contre le racisme et l’intégrisme devront se justifier en permanence, aux yeux des adversaires de la laïcité. Le Mrap, la LDH, les Indigènes de la République, et leurs relais médiatiques, comme Pierre Marcelle, Ternisien ou Gresh, jetteront sur eux en permanence le soupçon mortel du racisme, pour la plus grande joie de tous les intégristes, islamistes en tête, dont ils sont au mieux des idiots utiles, au pire des collaborateurs conscients.

Hier, ils ont essayé ainsi de salir Respublica, à qui ils ne pardonnent pas son action pour une loi contre les signes religieux à l’école. Aujourd’hui, c’est Caroline Fourest et Prochoix qui sont visés, demain ce seront d’autres laïques et féministes. Ils épluchent toutes les publications, impatients de trouver la phrase qu’ils vont jeter en pâture à l’opinion pour justifier leur ligne : ceux qui critiquent les islamistes sont obligatoirement des racistes déguisés.
Deux problèmes pour eux : leurs intimidations ne font plus peur à grand monde, et les citoyens de ce pays, fort attachés à leur liberté de conscience, n’écoutent plus les Torquemada du 21e siècle.

Pour réagir écrire à evariste@gaucherepublicaine.org

24/5/2006

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 215 vues

Tous les articles de

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Non classé

 

Comments are closed. Please check back later.