Changer de lunettes idéologiques

Copie-de-venise-20030026.jpg

La perception du réel est toujours pervertie par de mauvais outils, de mauvaises lunettes qui rendent flou opaque biaisé ce qui pourrait être clair ; prenez par exemple trois sujets qui reviennent tous à une seule caractéristique: tout ce qui va mal serait la faute du néolibéralisme et de l'extrême droite (même le climat bien sûr). Qu'il s'agisse en effet du conflit israélo-arabe, de la montée du mouvement tea party, de la montée de partis dits anti-immigration, tout se résumerait au racisme et aux méfaits de la finance néolibérale.

Ainsi concernant le conflit israélo-palestinien, seule la continuation ou non de la construction israélienne dans les territoires gagnés durant la guerre de 1967 (terres ancestrales juives pourtant, bien avant les invasions romaine et arabe) semble être la clé de tout le processus actuel, sans qu'il soit souligné par nos éminents experts qu'il s'agit en réalité d'un prétexte de la partie palestinienne pour ne pas négocier. Car si les gros blocs d'implantation actuels doivent être échangés avec les blocs habités par les arabes israéliens, on ne voit alors pas pourquoi la construction ne continuerait pas en leur sein.

Mais admettons que cela ne soit pas la "the" solution, la paix des braves, admettons par exemple que cette dite paix passe plutôt par l'intégration de ces gros blocs au sein du futur Etat palestinien, faudrait-il les démanteler ? Certains implantés avaient déjà dit que non seulement ils aimeraient rester, mais qu'ils iraient jusqu'à prendre la nationalité palestinienne, or, qu'entend-on de l'autre côté ? Un scénario à l'algérienne doublé d'un scénario à la gazaoui : on chasse le juif et on détruit ensuite pour purifier sans doute, voilà la réalité pure et dure. Et aucun soit disant expert, aucun journaliste (hormis Bourdin sur RMC il faut le reconnaître) ne pose cette question : faut-il démanteler ?

Personne ne répond, et c'est cette non réponse qui signifie bien que toute cette négociation est une farce puisque même si ces implantations seraient démantelées, le juif chassé, eh bien, malgré cela, les dirigeants palestiniens actuels demanderont Jérusalem, et, surtout, le droit au retour, au sein même d'Israël, de millions de réfugiés supposés, voilà aussi la réalité pure et dure; d'où le fait qu'Abbas refuse de reconnaître le caractère juif d'Israël alors qu'Israël reconnaît le caractère arabe du futur Etat palestinien, voilà aussi la réalité non pervertie par de mauvaises lunettes, car tout avait été déjà dit et fait par Bill Clinton à Camp David lorsque 98% des territoires reconquis en 1967 avaient été concédés par Barack avec le succès que l'on sait.

Mais tenir un tel discours sera considéré d'extrême droite.

Autant dans ce cas qualifier Galilée d'être d'extrême droite puisqu'il avait affirmé que la Terre tourne autour du soleil, ce qui allait évidemment à l'encontre de la perception dominante.

Nous en sommes, exactement, au même point concernant le conflit judéo-arabe, et il est possible de défier quiconque de prouver le contraire, puisque en 1947 les Juifs avaient, eux, accepté la partition, la paix, et ce malgré des frontières indéfendables. Voilà la réalité, n'en déplaise à un Obama, un Villepin, Védrine, etc, etc, etc…

Quant au second exemple, la gentry postmoderne néo-nihiliste et apatride accuse le mouvement tea party d'être d'ultra ou d'extrême droite parce que certains seraient "pro-vie", refusant dans ce cas que l'avortement soit remboursé par la sécurité sociale publique ; or, en quoi cette position serait "ultra" à partir du moment où seraient exclues de ce non remboursement les mineures et les femmes violentées, mais seraient en effet inclues celles qui utilisent l'avortement comme une technique de contraception ?

Pourquoi en effet l'argent mis en commun devrait servir à couvrir des pratiques ultra-individualistes comme le fait de se faire avorter plusieurs fois parce que l'on n'a pas fait attention ? Par ultra-matérialisme ? C'était le cas en URSS. On en voit d'ailleurs le résultat concernant le taux de natalité en Russie, même aujourd'hui. Et observons qu'il ne s'agit pas d'aller occuper des cliniques qui pratiquent l'avortement ou de menacer les médecins qui y travaillent car là, en effet, ces réactions peuvent être considérées comme violentes, anti-démocratiques, anti-libérales, anti-constitutionnelles, or, il n'est pas question de cela dans ce questionnement sur le financement de l'avortement puisque celui-ci n'est pas en soi menacé en tant que liberté. De même sur les cellules souches à partir du moment où celles-ci ne viendraient pas de foetus ou d'embryons mais de dons d'organes post mortem. Les tea parties ne sont pas monolithiques (ils ne le seront pas en France non plus).

Quant à l'immigration, ce qui permet d'introduire le troisième exemple, on ne voit également pas pourquoi le fait de s'inquiéter d'une arrivée donnée d'immigrants refusant de s'intégrer serait une inquiétude suscitée par le racisme et la crise économique fomentée par la finance internationale.

Cela n'a très strictement rien à voir.

Pourtant, il suffit d'entendre dimanche 26 septembre sur France Info le correspondant en France de la radio-télévision suédoise avancer ce genre d'explications pour expliquer l'émergence des "Démocrates de Suède". C'est là l'exemple type, chimiquement pur, de déformation de la réalité qui nous tient aujourd'hui de perception, or, je soutiendrais ici que c'est cette déformation là qui suscite en retour la réelle xénophobie, car il n'est pas possible de nier la réalité ainsi, le corps humain, sa psyche se venge, et donc va projeter ce déni de réalité sur la présence de tout ce qui n'est pas soi.

Aussi, si nous voulons réellement que les inquiétudes quant à la venue d'étrangers ne se transforment pas en réactions passionnelles qui pourraient aller bien plus loin que souhaitées, il est indispensable de changer de lunettes et d'en prendre de plus objectives au sens littéral du terme : plus précises.

Il semble cependant que cela soit loin d'être possible tant la gentry ultra-mondialiste et cynico-nihiliste qui aujourd'hui malmène la perception continue à préserver sa position et son statut en semant ainsi la discorde et le mensonge. Sans avoir peur de la contradiction : car en quoi une population autochtone qui cherche à (se) protéger son mode de vie acquis depuis des millénaires d'évolution serait raciste et d'extrême droite alors que cette même gentry se pâme devant les amazoniens, les amérindiens, les tibétains, qui font la même chose ?

Ou le mystère du politiquement correct qui autrefois se nommait la haine de soi. 

Lucien SA Oulahbib 26/9/2010

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

2 059 vues

Tous les articles de Lucien SA Oulahbib

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Alliance des civilisations-ARTV, Analyses-RTV, Article Resiliencetv, Editorial de Resiliencetv-ARTV

 


Comments • comment feed

  • Jean-Luc LUMEN dit :

    Bonjour,
    je n’ai pas lu tout le texte.
    J’aimerais que vous répondiez à ma question concernant le passage ci-dessous.
    «  » Pourquoi en effet l’argent mis en commun devrait servir à couvrir des pratiques ultra-individualistes comme le fait de se faire avorter plusieurs fois parce que l’on n’a pas fait attention ? Par ultra-matérialisme ? C’était le cas en URSS. »"
    – Ma réflexion: Vous prenez un exemple trop bien ciblé…
    – Ma question: Sachant qu’il y a déjà de nos jours une surpopulation de la planète Terre…ou non?…ne devrait il pas y avoir un planning mondial afin de remédier à la surpopulation, surpopulation qui entraînera des affrontements sanglants.
    Pour remédier à une surpopulation, quelles solutions appliquer ?… À part les génocides ou des guerres.
    - L’avortement en est une
    - La contraception en est une autre
    Vous… que proposeriez vous comme solutions…?
    Jean-Luc LUMEN

  • Oilrtvlpd dit :

    Je ne crois pas à la thèse de la surpopulation, cela décroît d’ailleurs surtout quand l’urbanisation et l’émergence d’une classe moyenne ralentit le nombre d’enfants… C’est plutôt l’effondrement des classes politiques et intellectuelles qui crée les conditions d’affrontements sanglants…

  • Jean-Luc LUMEN dit :

    question surpopulation…cela décroît d’ailleurs…???????????
    vous parlez local… je suppose ?
    Je parle à l’échelon… Terre

    la surpopulation…est et sera un des principaux facteurs de conflits.
    Les pays qui ne font rien pour l’endiguer seront responsables, ou croyez vous qu’un douanier pourra retenir une horde qui a faim…comme le nuage de Tchernobyl.