Esther Benbassa ou le politiquement correct

Une palette succincte de ses dires et écrits nous situera immédiatement la dame.

-Désignation d’Ilan Halimi de « bonhomme » lors de l’émission Arrêt sur image ? Qualification irrespectueuse faite à celui qui fut victime du « gang des barbares ».

-Apport de son soutien à une pétition réclamant une seconde diffusion du film « Route 181, fragments d’un voyage en Palestine-Israël », des cinéastes Eyal Sivan et Michel Khleifi, lors du 26e Festival International de Film Documentaire qui s’est déroulé au Centre Pompidou, à Paris, en mars 2004. Cela, suite au veto du Ministre de la Culture de l’époque qui s’était alarmé « sur les dangers de tout point de vue unilatéral » confirmant ainsi le « parti pris (du film) hostile à l’existence d’Israël et qui peut nourrir l’antisémitisme » (sic).

- Publication dans Libération d’une chronique titrée « Entre la honte et la rage » qui interroge, d’emblée, son lectorat : «Comment, en tant que juifs, rester sourds et aveugles à tout cela ? Comment nous, les persécutés d’hier, sommes-nous en mesure de supporter la persécution des Palestiniens ? ». « (…) les horreurs que subissent les Palestiniens nous plongent dans la plus profonde honte ». Du Edgard Morin dans l’esprit et avant l’heure.

Trois exemples, parmi tant d’autres, qui démontrent, sans l’ombre d’un doute, son adhésion au ‘’politiquement correct’’ en vigueur en France. Ce qui l’amène, tout naturellement, à supporter les auteurs du livre « OPA sur les Juifs de France » de Cécilia Gabizon et de Johan Weisz, alias Johnatan Myara. Ouvrage « qui n’a rien d’exceptionnel dans leur démarche, ni qui soit susceptible de justifier le chahut qu’elle a suscité à l’intérieur du noyau dur de la communauté juive ». Dixit sa dernière publication dans Le Figaro intitulée : « La France, un vivier pour Israël ? ».

Mais ce qui, ici, dénote particulièrement son ‘’abus’’ de langage habituel, ce n’est autre que le paragraphe suivant : « Ce plan pour lancer l’émigration échoue, malgré les méthodes de marketing utilisées et l’argent dépensé, sans compter la complicité de rabbins, d’intellectuels, d’instances et de médias communautaires qui rejoignent l’entreprise en surfant sur la dénonciation d’une insupportable critique d’Israël et de l’antisémitisme ».

Ainsi est réduite la vocation de l’Agence juive. A un ‘’complot sioniste’’, donc forcément louche et malhonnête, auquel des rabbins, intellectuels, instances et média communautaires français participent par leur « complicité ». Si cela n’était un complot israélien, mais seulement une entreprise s’exprimant au grand jour depuis la date de sa création -soit 1929-, selon les règles du pays d’accueil, financée par les impôts d’un état de droit se voulant refuge de tous les Juifs de par le monde en situation sécuritaire précaire, et de tous les autres selon leurs desiderata, nul doute, alors, que la Directrice d’études aurait parlé de « participation, coopération, contribution ou autre collaboration ».

Mais ce n’est pas le cas. S’obligeant à ‘’taper’’ sur la communauté juive française pour cause de soutien têtu et indéfectible à l’état d’Israël, Esther Benbassa a choisi d’employer, en toute connaissance de cause, l’image de « complice » à celle d’adhérent d’une mission, d’un devoir ou d’une bonne action qui caractérise, souvent, le bénévole.

Ce choix de vocabulaire dépeint précisément la ‘’pensée’’ de celle qui se prénomme Esther, mais qui n’a aucune ressemblance intellectuelle avec celle qui s’opposa à Haman et qui le fit pendre en lieu et place de la communauté juive de Perse. Son titre, déployé comme signature au bas de chaque écrit ou rappelé lors des débats, en est une preuve évidente. A son niveau, on est sensé connaître le poids des mots.

Un ‘’raisonnement’’, donc, qui affronte en tous points, la très grande majorité de la communauté juive française qui, elle, se voit honorée, entre autre, par l’accueil réservé à Ehud Olmert lors de sa visite aux USA ces derniers jours. Un Premier Ministre représentant le peuple israélien, mais également les Juifs de la diaspora pour cause d’adhésion, pleine et entière, à la culture et aux valeurs de ce pays, principalement depuis l’an 2000 et le déclenchement de la « guerre d’Oslo ».

Une ‘’méthode’’ benbassaresque qui illustre son manque d’attachement à Israël et son peuple, mais surtout sa « complicité » avec les tenants du « politiquement correct » si prompts à salir les Juifs, les Sionistes et les Israéliens.

Victor Perez 25/5/2006

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 095 vues

Tous les articles de Victor Perez

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Non classé

 

Comments are closed. Please check back later.