UN DESHONNEUR DE PLUS…

La brûlante affaire (d’Etat) de la Sogerma lui donne ainsi l’occasion de se rattraper en analysant à sa façon, le jeudi 25 mai, la manière dont l’Etat français gère le dossier avec Noël Forgeard et Arnaud Lagardère pour EADS.

« Je me réjouis que la mobilisation générale de tous les responsables contre la fermeture du site de la Sogerma à Mérignac commence à porter ses fruits (…). Tout le monde s’y est mis y compris le Premier ministre qui est venu sur place ».

L’Ecole nationale d’administration (ENA) a été fondée, à la Libération, sur la nécessité de former des hauts fonctionnaires d’Etat pour servir la France; après soixante ans de bons et déloyaux services, c’est la France tout entière qui, désormais, est au service forcé de l’énarchie.

Aussi, juge l’énarque Alain Juppé : « La mondialisation a parfois bon dos. Elle ne doit pas être l’alibi du renoncement. Nos amis canadiens nous montrent que le volontarisme économique garde tout son sens : (…) ils ont attribué le marché (du métro de Montréal) à une entreprise canadienne, sans s’embarrasser d’un appel d’offres qui aurait pu donner sa chance à un concurrent français, Alstom ».

Objection votre honneur à peine valable puisque, si charbonnier est maître chez lui, il ne pourra guère continuer à l’être bien longtemps avec 237 millions € de pertes en 2005 et 339 millions € de dettes, à l’instar de la Sogerma !

Si la mondialisation a si bon dos, alors l’Etat va-t-il rapatrier les activités de maintenance de la Sogerma cédées au Portugal qui, de son côté, honore parfaitement et à moindre coût son contrat ? De la part des étatistes français, qui en sont tout à fait capables, ce serait un déshonneur de plus à leur actif.

Librement !


25/5/2006

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 120 vues

Tous les articles de

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Non classé

 

Comments are closed. Please check back later.