Antisémitisme : Un syndicat d’enseignants du supérieur britannique, NATFHE, vote le boycott des universités et universitaires israéliens.

Selon Haartez, Paul Mackney, Secrétaire Général de ce syndicat, se glorifie d’avoir tenu bon et résisté aux milliers de signatures et de mails reçus pour tenter de le faire renoncer à ce projet. Et, bien évidemment, il récuse toute accusation d’antisémitisme. Et c’est pourtant bien de cela qu’il s’agit. Comme c’est le cas pour toute organisation soi-disant pro-palestinienne mais qui, en réalité, se fiche du bien être des Palestiniens comme d’une guigne. D’ailleurs ce type de vote ne eut qu’encourager un antisémitisme en hausse en Grande-Bretagne. Et quels pourront être désormais dans les universités les sentiments d’étudiants juifs sionistes – ou pas, d’ailleurs, les antisémites, même déguisés en anti-sionistes, ne font pas le détail- ?

Alors que, loin d’être critiquables, les universités israéliennes donnent l’exemple en matière d’intégration. Les étudiants juifs ou arabes s’y mêlent, assistent au même cours, passent les mêmes examens. Alors que l’on imagine mal des étudiants juifs fréquenter des établissements palestiniens…voire des universités dans la quasi totalité d’un monde arabe devenu pratiquement « Judenrein » – sans Juifs-.

Rien ne justifie donc la décision de ce syndicat. Qui s’abrite derrière une soi-disant « critique légitime » du gouvernement israélien. On connaît la chanson.

NAFTHE serait bien avisé de se préoccuper avant tout de ce qui se passe en Grande-Bretagne. On se souvient que l’un des terroristes qui ont assassiné des civils britanniques dans les attentats du métro de Londres était issu d’une université anglaise.
Mais si NAFTHE a des états d’âmes sur ce qui se passe à l’étranger, ce syndicat serait bien avisé de surveiller la place qui revient aux femmes dans nombre d’établissements universitaires palestiniens ou dans le monde arabe. Piste riche, s’il en est…Quel est le pourcentage des femmes dans les établissements de Gaza, par exemple ?

La motion a donc été votée. Un vote qui est loin d’avoir été un raz-de-marée car s’il y a eu 106 voies en faveur du projet, 71 ont voté contre et 21 se sont abstenus. Il n’en reste pas moins que le vote est passé et que la moitié de ces enseignants approuvent un tel boycott.

Seront « blanchis » ceux qui accepteront de dénoncer publiquement leur gouvernement et un soi-disant « apartheid » – le grand mot fourre-tout est lâché ! -….Cela a de drôles de relents. A quand les bûchers de livres organisés par ces enseignants de très haute volée ? Tout cela fait curieusement penser aux livres destinés au feu que l’on peut voir à Yad Vashem à Jérusalem. Et il ne faut pas oublier que la Grande-Bretagne a, elle aussi, expulsé ses Juifs – dont un grand nombre ont été brûlés vifs à York notamment-…Alors à quand un vote dans ce sens de la part d’enseignants sujets de sa Majesté ?

Ce syndicat très mal embouché a fait voter également le refus d’accepter tout texte émanant d’une université ou d’un universitaire israélien non « repenti ». Quant on connaît le niveau de la recherche israélienne, notamment en matière de médecine ou de recherche, on se dit que la NAFTHE est décidément bien stupide. Et force est de se poser la question : le Royaume-Uni aurait-il les enseignants du supérieur qu’il mérite ?

Hélène Keller-Lind 29/5/2006

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 140 vues

Tous les articles de Hélène Keller-Lind

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Non classé

 

Comments are closed. Please check back later.