Montfermeil, gang dieudonnésien…

Il va maintenant pourtant bien de soi que la situation est devenue incontrôlable non pas nécessairement du point de vue policier (encore que…) mais sur un plan moral et politique. La conjonction de facteurs allant du délitement éducationnel en passant par l'enfant roi, la non intégration des parents primo-arrivants, le culturalisme de la gauche puissance PC vert et gauchos en sus, l'étatisme et le quantitativisme d'une droite et d'une gauche techno-bureaucratique ayant construit et clientélisé l'assistanat, la hausse des charges en roue libre, la construction lecorbusienne de lieux secs (bâtis par exemple avant même de pouvoir être décemment desservis) délaissés aujourd'hui par la vivacité retrouvée des centre-villes, (d'où la jalousie et le désir d'y déambuler en bandes, se mettant immédiatement en concurrence avec la police d'où l'irritabilité à fleur de peau avivée par les drogues et le porno), bref, l'accumulation d'abandons, de retards pédagogiques, de sociologie et de psychologie de pacotille en un mot, le tout confronté aux effets pervers de la société médiatique dans laquelle d'aucuns désirent jouir du fameux quart d'heure de gloire, tout ceci créé à la fois la déviance et son opposé le besoin du retour à l'ordre y compris religieux en particulier islamique.

D'un côté la faillite de 40 ans d'étatisme et d'analyse-excuse par les causes sociales et affectives, exacerbé par la demande de repentance censé tout expliquer quant à la faillite des états africains et nords africains dont la population vote avec ses pieds ; de l'autre côté la montée en puissance du nihilisme juvénile, de ses franges racistes, et aussi de son inverse, la demande d'ordre, qu'elle soit nationaliste nostalgique ou communautariste islamique, principalement (car les autres fondamentalistes ne sont pas dangereux), demande d'ordre accompagnée et alimentée par un clientélisme politique qui en a pourtant été le premier pyromane.

Et le tout s'accélère, s'alimente, tournoie, la France décroche, l'immense tourbillon déclinant s'est enclenché et toutes les forces en regardent l'oeil, fascinées par la possibilité d'y être englouties, ou comment revivre enfin 1940 sans avoir à regarder Arte, revivre sa défaite, recommencer dans l'hyperréalité de l'interactivité en temps réel sa chute, sauf que là il n'est pas sûr que les Américains débarquent…où alors avec un mandat de l'Onu ?…

Juin 2006.

Lire pour mémoire : Emeutes (bis) : les dérives de l’argumentation sociologiste s’amplifient (7/11/2005)

Commencez par la fin ci-dessous :


7/ Michel Wieviorka : un relativiste dangereux qui alimente le feu anti-républicain

6/ Emeutes (fin) : aveuglement et théories du complot

5/ Emeutes (cinque) : quelle traduction en faire ?
4/ Emeutes (quarto) : le simplisme manipulé

3/ Emeutes (tierce) : le manque de réformes comme l'une des causes déclenchantes (et aggravantes) de la crise actuelle d'une certaine jeunesse en France

2/Emeutes (bis) : les dérives de l'argumentation sociologiste s'amplifient

1/Clichy sous bois : les dérives de l'argumentation sociologique à la française

Lucien SA Oulahbib 23/8/2017

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

926 vues

Tous les articles de Lucien SA Oulahbib

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Article Resiliencetv, Editorial de Resiliencetv-ARTV

 

Comments are closed. Please check back later.