La danse des scalps

Commençons par BHL. Les comptes macabres donc. Dans un bloc-notes du Point (8 décembre 2005) BHL agite des chiffres (« 700.000 morts » lors de la conquête de l’Algérie –1830- « par Bugeaud et Pélissier ») des chiffres inédits (que même le FLN n’aurait pas osé avancer,du moins pour la période incriminée) dont on trouve certes la correspondance quantitative chez Pierre Goinard (2001, p 112) mais plutôt en… 1864-1867 et non pas à cause de la conquête : essentiellement lorsque la combinaison d’une grande sécheresse, de la famine qui s’ensuivit, s’ajoutant à des épidémies de choléra et de typhus firent diminuer la population autochtone de 2 700 000 à 2 125 000 (Goinard, 2001, p 112).

 

D’où BHL tire-t-il donc ses chiffres sur la période…1830 ? Il s’appuie peut-être sur les informations du réseau Voltaire (qui agite le même adage employé par BHL : « Bugeaud et Pélissier » ) dont le sérieux en la matière (il a soutenu l’idée qu’aucun avion ne se serait écrasé sur le Pentagone) prend fait et cause en réalité (sur la base d’exactions singulières) pour la diatribe négativiste actuelle posant le colonialisme non seulement comme mal absolu, mais cause ultime et unique en définitive de la gabegie actuelle en Algérie, en Afrique, dans le monde.

Ou alors BHL s’appuie peut-être sur les « travaux » de Pierre Péan expliquant que la conquête de l’Algérie visait uniquement à voler le trésor du bey (turc) d’Alger ? Cette analyse a d’ailleurs pignon sur rue en Algérie, expliquant ainsi que la France aurait volé l’or de l’Etat « algérien » (alors qu’il s’agissait d’une colonie turque et l’argent en la possession du bey était déjà volé aux autochtones), ce qui implique pourquoi l’Algérie fut ensuite exsangue, (pompée par les colons par la suite), incapable donc, en 1962, de s’en remettre, d’où son état actuel : cqfd. Et BHL se positionne dans cette mélasse et fait une pierre deux coups : il ne se fera plus enguirlander par Ramadan, et se distingue de ce « néo-réac » d’A.F (et ses trois b…), tout en faisant évidemment fi de tous les autres aspects négatifs de la colonisation…turque en Algérie sous laquelle les Juifs par exemple étaient tenus dans une conditions déplorable, sans parler de la colonisation…arabo-musulmane en Algérie non avare de massacres…

Et, d’ailleurs, pourquoi, dans cette nouvelle danse macabre, ne pas réduire également l’épopée napoléonienne à ses massacres en Espagne, la révolution française aux massacres vendéens et chouans, pourquoi ne pas remonter dans la repentance au meurtre de Vercingétorix par César, cause sans doute de l’état actuel de la France trop imprégnée de culture latine, école de l’impérialisme occidental, etc… ?

En fait, cette diatribe actuelle niant tout rôle positif au colonialisme (que Marx par exemple reconnaissait ) vise un autre objectif que le seul travail de mémoire nécessaire, (quoique omis lorsqu’il s’agit des divers goulags communistes : on ne voit pas la signature d’un Besancenot exigeant des excuses de la part des…trotskistes français complices des purges et des massacres, par exemple des marins de Cronstadt) ; l’autre objectif étant de s’attaquer à toute conception universelle des droits humains comme la liberté de conscience, mais aussi la liberté d’entreprendre.

En réduisant par exemple l’histoire de l’universel en France à l’Exposition Coloniale de 1930, on efface, soigneusement, méticuleusement, la distinction qui s’est opérée peu à peu entre l’idée d’universalité et la forme qu’elle peut prendre selon les circonstances historiquement situées. Autrement dit, l’essentiel chez les partisans contemporains de l’universel (dont je fais partie) n’est plus tant de seulement considérer la société démocratique comme étant un progrès sur la société tribale (ce qui est vrai), mais, aussi, d’admettre que ce progrès n’est pas uniquement portée par une seule forme, aussi parfaite qu’elle soit dans l’Idée, par exemple l’Etat, comme le croyait Hegel et par la suite le marxisme et le scientisme.

Bref, non seulement l’universel se réalise sous diverses formes et ce à un rythme donné, mais, également, il ne peut pas apparaître comme une espèce de science infuse, de vérité venant d’en haut et censée animer un bas nécessairement ignorant et incapable de s’organiser de manière autonome. Autrement dit encore, il s’agit à la fois de faire admettre qu’il existe des évolutions nécessaires dans les relations humaines, au même titre que le fait de prendre de l’eau plutôt au robinet qu’au puit, voire à la rivière, tout en sachant que le fait de vouloir encore aller à la rivière pour la chercher n’est pas nécessairement une attitude réac ou néo-réac.

En réalité ceux-là même qui dénonce une figure en fait ancienne de l’universel, impose eux leur différence comme cette figure périmée qu’ils prétendent voir encore, par exemple dans la laïcité, le refus du communautarisme. Il est dommage que BHL, en jouant ainsi au pyromane (parce que son chiffre avancé sans précautions va être commenté et utilisé pour exciter…) devienne lui aussi cet espèce d’idiot utile qui dénonce certes des choses réelles mais les noient dans une diatribe n’observant qu’un seul aspect des choses, alimentant ainsi la haine au lieu de la réduire.

Quant au sujet d’A.F et de ses trois b, tentons d’aller au-delà de la maladresse énonciatrice pour s’appuyer sur un fait réel que m’a rappelé un ami (lyonnais, chaud partisan de l’OL par ailleurs) : les recruteurs en matière de football écument en permanence le continent africain pour repérer de jeunes pousses qu’ils vont ensuite transformer en joueurs de talent (voir à ce propos l’excellent petit livre italien de Paul Bakoko Ngoi, intitulé Rêve de foot, -Gallimard jeunesse, 2004, traduit par Pascaline Nicou). Comme le continent africain est bien plus grand que la France (semble-t-il) le nombre de joueurs « black » va être à terme nécessairement plus grand…d’une part; d’autre part, il est possible que l’entraîneur de l’équipe de France ne puisse pas faire autrement que de ne pas se soucier de ce facteur politique qu’est le dosage des couleurs, surtout lorsque les joueurs « blancs » n’ont pas envie ou besoin de se montrer en équipe de France (alors que pour un jeune joueur « black ») ce sera un bon moyen de se faire connaître.

On peut comparer ce phénomène avec celui de la course à pied et de la boxe. Le Pen avait autrefois établi et ce avec tant de certitude que la surprésence africaine dans ces deux disciplines étaient dues à des différences génétiques (ce que ne reprend évidemment pas A.F) alors qu’en fait, s’agissant de la course à pied, elle s’explique également par ce facteur, celui du nombre, par le fait également qu’en Afrique (et dans le Sud) le sport est un ascenseur social bien réel, tandis que l’intégration du dopage comme élément dans la performance ira plutôt sélectionner ceux qui sont plus à même d’en acquérir comme les « blacks » américains. Idem pour la boxe, avec une différence supplémentaire : s’il n’y a plus vraiment de poids lourds « blancs » ( à l’exception des Slaves), ce n’est parce que les noirs sont plus costauds que les blancs ou encore qu’ils n’ont pas d’autre issue, mais parce que nombre de ces derniers ont préféré le catch (ou le football américain) qui payent mieux sur la durée et sont en fin de compte peu risqué…

Qu’en conclure ? En tentant de diaboliser A.F, par exemple en lui faisant dire ce qu’il n’a pas énoncé ou maladroitement, ceux qui se sont lancés à ses trousses, cherchant même à épurer France Culture de sa présence, tentent en réalité de justifier leur sauve qui peut idéologique, celle du communisme relooké altermondialisme, du relativisme communautariste de l’anti-américanisme et autres anti : antisioniste, antilibéral, anti-OGM, anti-réchauffement de la planête, anti-Af, non, ça je l’ai dit…anti-néo-réac j’allais l’oublier celui-là alors que c’est une vieille lune d’il y a trois ans maintenant…).

C’est la montée en force d’un néo-anarcho-léninisme messianique utilisant chaque problème comme aliment, possédant de forts relais dans les médias, la culture et l’enseignement, poussant même le cynisme tactique (pour certains) jusqu’à absoudre tout totalitaire arabo-islamiste ou islamiste afin d’attirer le plus possible de monde vers leur fatras poussiéreux (vampires idéologiques en attente de leurs proies) dont le propos sur le monde pose toujours chaque malheur comme fomenté, ourdi, par ce « ils » qu’un « yaka » résoudra bien sûr et définitivement.

Pendant ce temps, l’horloge avance, et la réaction, la vraie, engrange ce pain béni, qui, comme dans les années 30, sommera chacun de choisir entre communistes et fascistes. Or, c’est, là, qu’il faut leur dire non, pas vous, pas ça, n’utilisez pas les morts des autres pour oublier les vôtres ; vous avez déjà fait le coup en 68 en vous prétendant à la direction de ce mouvement, complexe, de contestation, ne recommencez pas alors que vous n’avez rien d’autre à proposer comme alternative que la haine et la soumission : du balai ! retournez à votre place, dans les poubelles de l’Histoire !

22 février 2007
 

 

Lucien SA Oulahbib 10/6/2019

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 536 vues

Tous les articles de Lucien SA Oulahbib

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Evaluation de l'action-OIL

 


Comments • comment feed

Leave a Reply

Logged in as . Logout? Leave a Reply?

You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <font color="" face="" size=""> <span style="">