Featured

La dépendance des énergies renouvelables

Lu sur le Temps : " Les métaux rares seront les véritables protagonistes de la production d’énergie renouvelable :
 
(…) Le paradigme de Fukushima fera des métaux précieux (argent, platine, palladium et rhodium) et des métaux de transition rares apparentés (indium, gallium et sélénium) les véritables protagonistes de la production d’énergie renouvelable. Dans ce contexte, il convient cependant de souligner que l’appellation «métaux précieux» est en soi trompeuse, car les applications industrielles représentent la majeure partie de la demande sectorielle. Alors que le palladium, le platine et le rhodium sont utilisés avant tout dans le traitement et la neutralisation de processus de combustion thermique en raison de leurs propriétés catalytiques (catalyseurs pour agrégats de combustion fossiles), chacun de ces métaux possède des caractéristiques chimiques et physiques exploitées dans le cas des énergies renouvelables. Le platine, par exemple, sert à la fabrication de verres spéciaux, de supports de miroir et de revêtements; le palladium est utilisé dans les piles à combustible, et le rhodium sert, comme le platine, à l’affinage des revêtements et à la fabrication de miroirs. Concernant la production d’énergie à l’aide de cellules solaires, le rendement peut être modifié par le traitement des surfaces exposées, ce qui accroîtra la demande en métaux précieux en cas d’application sur une grande échelle. L’argent métal jouera aussi un rôle déterminant, car, parmi tous les éléments du système périodique, il possède la conductibilité électrique la plus élevée et, parmi tous les métaux précieux, la plus forte conductibilité thermique. Pour toutes les énergies renouvelables, le rendement est prioritaire; par conséquent, il est impossible de se passer de l’argent métal dans la production énergétique de masse.

Dans le cas de la production de cellules solaires en particulier, des métaux de transition tels que l’indium, le gallium et le sélénium sont requis en dehors du silicium pur. Même si ces métaux ne sont utilisés qu’en quantités infimes, la demande dépasse d’ores et déjà l’offre, car ils sont aussi nécessaires à la fabrication d’écrans LED et à cristaux liquides. Les métaux mentionnés plus haut ne sont pas employés à l’état pur, mais ils sont associés à d’autres éléments et en très petites quantités; il convient cependant aussi de s’interroger sur leur cycle de vie et la possibilité de les recycler. On ignore volontiers aujourd’hui, par exemple, que nous ne sommes pas à même de réintégrer les éléments employés au cycle de production dans une mesure satisfaisante. Autre facteur aggravant: le rendement des cellules solaires, par exemple, ne cesse de décroître et leur durée d’utilisation est également limitée à 30 ans. Il s’ensuit logiquement que l’adoption de sources d’énergie renouvelables telles que les installations photovoltaïques ne pourra s’avérer durable que si l’exploitation des ressources nécessaires est satisfaisante du point de vue du principe de durabilité (…)".

Michel Leubel 6/6/2011

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 352 vues

Tous les articles de Michel Leubel

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Fresh Air-LIDAC, Headline-RTV, Libertés-LIDAC, Liens d'actualité

 

Comments are closed. Please check back later.