Suite à la campagne de SOS Education sur les livres de classe… Nathan et Bordas nous attaquent en justice !

Tout ça parce qu’elle a écrit une lettre d’analyses et de critiques contenant des extraits de certains livres de classe !

Bien entendu, elle ne se laissera pas faire et se battra jusqu’au bout pour faire échouer cette attaque.

Les éditeurs savent que pour nous, association indépendante, avoir recours à des avocats et payer les honoraires est problématique. Ils cherchent donc à nous couler.

Ceux qui ont participé à la campagne contre les cinq pires livres de classe se souviennent sans doute des exemples qui étaient cités dans cette lettre qui a tant déplu aux grands éditeurs (lire la lettre) :

 » Si tu ne connais pas beaucoup de gros mots, demande à tes parents, ils en savent plus que toi ! « 

 » Apprends à détourner un proverbe (…) : Il faut battre le fer tant qu’il est chaud : Il faut battre sa mère tant qu’elle est jeune.  » (Les Sorcières sont N.R.V., éditions L’Ecole des Loisirs).

Lis rapidement ce texte puis essaie de découvrir ce qu’elle demande :

Oh la la que j’ai miaf ! Donnez-moi vite un gros suocsuoc, ou bien une assiette de setirf avec une belle essicuas. Comme nossiob, un grand talocohc au tial me fera le plus grand bien. Et comme dessert, une ecalg au lemarac ! je vais me relagér ! (Le Nouvel Atelier de Français, CE1, éditions Bordas)

Sans parler de certains textes d’une vulgarité telle que nous ne voulons pas vous imposer de les lire une nouvelle fois.

Eh bien, au lieu de reconnaître les faits aberrants et les pires grossièretés, ces messieurs les éditeurs dégainent l’arme juridique pour nous empêcher de protester !!!

C’est une atteinte odieuse à notre liberté de nous exprimer et de défendre nos enfants.

Pour lire la suite

5/7/2006

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

576 vues

Tous les articles de

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Non classé

 

Comments are closed. Please check back later.