La tragédie dissimulée, Oran, 5 juillet 1962

Ainsi témoigne Antoine Romero. A Oran, le 5 juillet 1962, jour choisi pour célébrer dans la liesse l’indépendance de l’Algérie, des centaines d’Européens furent enlevés et tués. Et les troupes françaises, encore présentes dans la ville, sont restées l’arme au pied. Comme le leur avait ordonné le président De Gaulle. Cette journée poussera à l’exil des milliers de gens. Pourtant, pendant des décennies, l’événement sera occulté soigneusement des deux côtés de la Méditerranée. S’appuyant sur des archives militaires inédites, des documents internes de la Croix-Rouge et de nombreux récits de survivants, Jean Monneret révèle tous les tenants et les aboutissants de cette tragédie dissimulée.

Le scandale des disparus d’Algérie

Des archives nouvelles révèlent le sort atroce réservé aux Européens d’Algérie
après le cessez-le-feu du 19 mars 1962.

Je demeure engagé dans notre entreprise commune visant à traduire dans un traité d’amitié notre partenariat d’exception. Il y va de l’avenir de notre pays et de nos deux peuples. Ces lignes ont été adressées par Jacques Chirac, début janvier, à Abdelaziz Bouteflika. Plus que jamais, le chef de l’État souhaite la signature d’un traité d’amitié entre les deux pays. À quel prix ? Le président algérien n’a cessé, l’an dernier, d’appeler la France à faire repentance : « L’occupation (française) a adopté la voie de l’extermination et du génocide qui s’est inlassablement répété durant son règne funeste », accusait-il le 8 mai 2005 à Sétif…
Or, dans le même temps, la France lève le voile sur des archives effrayantes : elles concernent les enlèvements d’Européens et les sévices infligés aux harkis après le cessez-le-feu du 19 mars 1962. Il s’agit de documents du 2e Bureau conservés au Service historique de l’armée de terre : procès-verbaux de gendarmerie, dépêches et analyses du 2e Bureau, listes, photographies…

Sous la pression des familles de victimes et de la Mission interministérielle aux rapatriés, le Quai d’Orsay a autorisé en juillet 2004 l’accès aux dossiers des Européens disparus en 1962 : 2 281 dossiers contenant les correspondances des ambassades et des consulats de France en Algérie, ainsi que des fiches individuelles d’enquête établies par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Ce qu’y découvrent les familles des disparus confine à l’horreur.
« Probablement égorgé, cadavre jeté dans le four d’un bain maure (témoin européen anonyme). » Viviane Ezagouri-Pinto a lu ces mots le 24 août 2004, quarante-deux ans après la disparition de son père dans les émeutes du 5 juillet 1962 à Oran. « Pendant un an, j’ai perdu le sommeil, je ne pouvais plus m’approcher d’une source de chaleur sans pleurer », raconte cette Oranaise de 60 ans, anéantie par la brutalité de la nouvelle. Sans un mot de condoléances, le ministère des Affaires étrangères lui a envoyé le rapport établi le 21 août 1963 par la Croix-Rouge suisse, indiquant les circonstances terribles de la mort de Joseph Pinto. « Nous voulons savoir pourquoi la France a caché pendant quarante-deux ans qu’elle savait ce qu’étaient devenus ces gens », dit Jocelyne Quesada, vice-présidente de l’association des Oraniens.

Joseph Pinto était représentant de commerce. Il a disparu le 5 juillet 1962, date choisie par le FLN pour fêter l’indépendance nouvellement acquise. La veille, les voitures de l’armée ont sillonné les rues d’Oran pour inciter les pieds-noirs, apeurés, à sortir de chez eux : « L’armée française garantit la sécurité des Européens. Vous ne courez aucun danger ! » Vers dix heures, Joseph Pinto décide d’aller “sentir l’atmosphère”. Le rapport de la Croix-Rouge précise : « L’enlèvement a eu lieu à 15 h 30, rue Léon-Djéan, à hauteur du n° 18… » Sa fille sort elle aussi rejoindre son fiancé. Tous deux sont arrêtés, mais rapidement libérés par un commandant de l’Armée de libération nationale qui la connaissait de vue.
Vers onze heures et demie, après un tir de rafale, civils et militaires musulmans de l’ALN entament une chasse à l’Européen. « On rafale, on égorge, on entasse les otages dans des camions qui les emmènent en direction de l’aéroport ou derrière le commissariat central. C’est la boucherie », raconte Geneviève de Ternant dans l’Agonie d’Oran. Le général Katz, alors commandant du secteur autonome d’Oran, accuse l’OAS d’être à l’origine du coup de feu initial. Le journal de marche du 4e zouave parle d’une rafale tirée par « un individu musulman (vêtu d’une robe verte) ».

Le 6 août 1962, les Pinto, en Algérie depuis cent dix ans, partent définitivement sur le bateau des rescapés du 5 juillet, l’Exodus. Jean de Broglie, secrétaire d’État aux Affaires étrangères, leur envoie un courrier le 19 septembre 1963. Il parle de « forte présomption de décès », expliquant sans plus de précisions qu’« il n’y a malheureusement plus d’espoir de retrouver en vie Joseph Pinto ». Une lettre type envoyée à un très grand nombre de familles. En 1967, les Pinto reçoivent un certificat de décès, délivré automatiquement au bout de cinq ans. À chaque fois, il leur est répété que le gouvernement met tout en œuvre pour le retrouver…
Plus de nouvelles jusqu’en 2004. Informée de l’ouverture des archives, Viviane remplit un formulaire sur le site Internet du ministère des Affaires étrangères. Un mois plus tard, elle lit la formule habituelle, « Ci-joint copie des documents conservés à Paris » avant de découvrir la terrible vérité : « Probablement égorgé ». « Je connais enfin le sort de mon père, mais à quel prix!», déplore Viviane. Elle repense aux journées passées à chercher son père, dans les bureaux, les hôpitaux, les morgues, à la mairie, sans pouvoir accéder au stade où étaient parqués des centaines de prisonniers. Elle se souvient des photos des massacres prises par les gendarmes, sur l’une desquelles elle avait reconnu une marchande de loterie. « Les photos des cadavres existent, nous demandons à les consulter : nous avons le droit de savoir où ont été enterrés les corps de nos proches. »

Depuis août 1963, l’Algérie et la France étaient en possession des résultats de l’enquête concernant les disparus européens, résultats que les deux pays ont décidé de ne pas rendre publics. « Ils ont voulu étouffer l’affaire ! », clament les associations de rapatriés. Pour elles, le gouvernement de l’époque a empêché les militaires présents à Oran d’intervenir pour arrêter le massacre, se rendant complice des assassins. « L’armée est intervenue sur-le-champ », rétorque le général Katz. Une affirmation en contradiction avec le journal de marche et d’opérations (JMO) manuscrit de l’armée française, sur lequel figure, après la fusillade, cette indication : « Les troupes restent consignées. » Il y a eu cependant quelques actions individuelles, notamment celles des 2e et 4e zouaves ou du 8e Rima, qui ont permis de sauver un grand nombre de civils européens. « Il ne s’agit pas d’une intervention générale de l’armée française (…), mais de la décision de se soustraire partiellement à la rigueur des directives de l’état-major français, devant l’ampleur et la gravité inattendues des troubles », explique l’historien Jean Monneret dans la Phase finale de la guerre d’Algérie.

Abdelaziz Bouteflika veut que la France fasse repentance et la France veut son traité d’amitié. Le 17 octobre 2001, le maire de Paris, Bertrand Delanoë, a déposé sur le boulevard Saint-Michel une plaque « à la mémoire des nombreux Algériens tués lors de la sanglante répression de la manifestation pacifique du 17 octobre 1962 ».
L’an dernier, le gouvernement a demandé pardon pour les événements du 8 mai 1945 à Sétif. Oublier les victimes de la fusillade de la rue d’Isly à Alger le 26 mars 1962 ou les massacres du 5 juillet serait une injustice
L’administration a fait preuve d’une froideur choquante.

Le 22 septembre 1995, Jacques Chirac avait reconnu la responsabilité du gouvernement de l’époque, affirmant : « La France, en quittant le sol algérien, n’a pas su sauver ses enfants… Il faut réparer aujourd’hui les erreurs qui ont été commises. » Dix ans après, Bernard Coll, secrétaire général de l’association Jeune pied-noir, demande « la reconnaissance officielle de la responsabilité de l’État, à travers l’abandon et l’absence de protection, la non-évacuation ou non-récupération des Français d’Algérie de toutes origines, harkis, pieds-noirs et amis, dans les massacres et disparitions » postérieurs au 19 mars.
L’administration française, en envoyant d’une manière aussi brutale le rapport de la Croix-Rouge, a fait preuve d’une froideur choquante. « Ils ne se sont pas rendu compte combien ça pouvait faire mal », explique Viviane.

Depuis, les choses ont évolué, et le ministère a changé d’attitude : les formulations se sont affinées. Au rapport envoyé à M. Fulgencio, dont la mère et le frère ont disparu, a été joint ce message de condoléances : « Dans cette douloureuse circonstance, soyez assurés que les plus hautes instances de la République sont sensibles à votre peine. » Avant d’envoyer le rapport, le Quai d’Orsay propose désormais un psychologue et vérifie que les familles sont soutenues et préparées au choc.

La campagne réduisant la présence française en Algérie à cent trente ans de violences et de morts est loin d’être terminée. Mais l’ouverture de ces nouveaux fonds d’archives laisse espérer une approche des faits plus objective et surtout plus historique, fondée sur des preuves tangibles.

Texte paru sur Babelouedstory.com

Cérémonie pour honorer la mémoire de nos

Compatriotes Français d’Algérie disparus

mercredi 5 juillet 2006

Message de Jean-Pierre RONDEAU


Chers Amis,

Dans un souci de modération et afin de respecter le caractère non politique de notre cérémonie, j’avais souhaité de ne pas vous faire part de l’origine des ennuis qui nous sont faits et des pressions que je subis, afin de nous interdire, en tant que Français d’Algérie, d’honorer la mémoire de nos Compatriotes disparus le 5 juillet 1962, dans les conditions les plus atroces.

Il s’agit simplement d’honorer leur Mémoire à l’Arc de Triomphe, comme celle de l’ensemble des Français Morts pour la France.
Mes précautions, comme le fait de vous demander de venir sans pancarte, ni slogan ne suffisent pas.

J’avais même accepté que l’on ne chante pas "le Chant des Africains". Chant que certains d’entre nous ou nos parents "portaient" quand ils participèrent à la libération de la "Mère Patrie" (composant la moitié de la seule Armée française de libération; 27 classes d’âges, plus qu’en 14/18 en Métropole, 80000 femmes engagées).
Chant qui émerveille médias et classe politique, quand il s’agit des seuls artistes d’origine musulmane.

Toujours par précaution, j’avais de même ôté toute mention à d’autres organisations qui depuis quelques années étaient les premières à nous apporter leur soutien, sachant que la plupart d’entre elles appelaient ensuite à notre cérémonie.

Même si l’autorisation était donnée à la seule ALLO, il me paraissait injuste de taire le nom de ceux qui, parfois depuis plusieurs années, avaient maintenu avec nous, la flamme de la Mémoire.
Et bien cela n’a pas suffi.

Il est demandé, par le MRAP, la Ligue des Droits de l’Homme et l’ARAC, au Président de la République, au Premier ministre, au Ministre des Anciens Combattants, au Général Président du Comité de la Flamme de nous interdire cette cérémonie en hommage à des Français, victimes civiles
(mais il y eu quelques militaires en permission ce jour là). Il m’a été demandé de renoncer.

On m’a fait savoir, et cela apparaît dans l’article de l’Humanité, qu’il pourrait y avoir une interdiction venant du plus Haut niveau de l’État. J’ai, bien entendu, refusé.

On pourra nous empêcher de déposer une gerbe, on ne nous interdira pas d’être présents.
Comme vous le verrez dans les deux documents ci-joints, Madame Rossa MOUSSAOUI de l’Humanité se fait l’interprète de Monsieur Mouloud AOUNIT, président du MRAP, pour sa lettre à Monsieur Hamlaoui MEKACHERA, Ministre aux Anciens Combattants.

Mensonges dans l’amalgame que font le MRAP comme l’Humanité de ALLO, L’ADIMAD, l’OAS et de tous les sites Pieds Noirs amis qui ont eu ‘l’outrecuidance" de diffuser notre information!

Mensonge prouvé (j’ai enregistré Madame MOUSSAOUI) quand elle précise que " je me flatte de la possible présence d’élus UMP", alors que j’ai au contraire indiqué "qu’un président d’association Pieds Noirs ayant invité des politiques, nous n’y étions pas favorables, nous ne pouvions pas nous y opposer, mais leur présence se ferait à titre uniquement personnel ".
Certes, après cet avertissement indirect de l’Humanité aux élus UMP, il risque d’être bien déçu!

L’Humanité, pour qui les victimes ne peuvent être que d’un seul camp et qui porte mal décidément bien mal son nom , ne fait aucune référence au drame du 5 juillet 1962. Elle n’explique pas à ses lecteurs les quelques centaines à 3000 victimes civiles d’une barbarie inhumaine (3000, selon les sources, la dernière étant les Autorités militaires de l’époque).

L’Humanité n’a, comme le MRAP, la LDH, l’ARAC, aucune compassion pour ces victimes, pourtant françaises, de toutes confessions et de toutes conditions, parfois anciens électeurs du PC. Aucune compassion pour les familles qui, depuis 1962, vivent une "double peine".
Celle de savoir que leur père ou mère, frère ou sœur, cousin ou oncle a été assassiné, sans savoir comment (dans des conditions toujours horribles), à quel moment exactement, entouré de qui?
Face à cette campagne, vous ferez face par votre simple présence et en toute dignité, en venant dès 17H45 (la cérémonie est à 18h45) au pied de l’Arc de Triomphe. Merci de diffuser au plus grand nombre.

Message de l’ Institut Clément Conseils


Décidément, même des victimes n’ont plus le droit à l’existence. Toute manifestation de commémoration des massacres d’européens en Algérie est surveillée par le MRAP et l’Humanité. Ces totalitaires sont à même d’interdire à des Français d’exercer leur devoir envers leurs morts en France.
Et de plus, on désigne pour suivre l’affaire une journaliste du nom de Moussaoui, cela ne s’invente pas !
Après nous avoir égorgé en Algérie ils nous poursuivent en France sous l’œil indifférent des Français.
Voici les pièces à conviction du procès qui nous est fait.
Le Comité de Lépante est honoré que son président soit cité dans les colonnes de l’Humanité, car il s’agit là du meilleur certificat de démocratie et de patriotisme qui soit possible d’obtenir de nos jours.

Le Quotidien des 100 millions de morts refuse que l’on se souvienne des 3000 massacrés d’Oran du 5 juillet 1962.
Le combat continue.

Georges Clément

Jennifer Sochez 8/7/2009

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

5 498 vues

Tous les articles de Jennifer Sochez

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Alliance des civilisations-ARTV, Article Resiliencetv

 


Comments • comment feed