5 août 2020
Non classé

Le Président, nos deniers et le terrorisme

Le 26 avril Jacques Chirac recevait Amr Moussa, l’élégant Secrétaire Général de la Ligue Arabe si bien vu dans les pays du même nom, notamment en raison de son hostilité déclarée vis-à-vis d’Israël et des Américains. Le 28 c’est Mahmoud Abbas que recevait le Président français. Mahmoud Abbas, Président d’une Autorité Palestinienne gouvernée par le Hamas. Et venu faire la tournée des pays européens pour réclamer les quelque 600.000 € de rente annuelle auxquels les Européens les ont habitués depuis des lustres.

Non classé

A l’ombre d’un Iran nucléaire

Grâce à Dieu nous sommes un État nucléaire“. Cette phrase, prononcée hier par le président iranien Mahmoud Ahmadinejad, quelques heures avant l’expiration de l‘ultimatum adressé par l’O.N.U. , est le symbole de la naïveté de la diplomatie européenne et de l’inconscience de la communauté internationale.

Non classé

De nos peurs, seuls les islamistes peuvent chanter victoire.

Surmonter sa peur ! La peur c’est toujours la peur de quelque chose, elle est donc appréhendable. Ce n’est là qu’affaire de courage et de volonté. Il n’en est pas de même de l’angoisse générée par le non connu, par les effets des trahisons successives perpétrées par les individus qui ont été mis à la tête du pays et qui un jour ont pu récupérer la confiance de la majorité. Ce n’est pas la trahison des clercs, c’est celle des guides, c’est celle des élites. L’exécutif a trahi la confiance que des millions d’individus ont placé sur leurs noms, sur leurs actions, dans les institutions, dans le respect des règles de la démocratie.

Non classé

La dernière invention de l’antisionisme soft : « l’alya mentale »

Appeler les juifs du monde entier à rejoindre Israël fait partie du projet originel du sionisme. Et cet appel se renforce toutes les fois que les juifs sont menacés en tel ou tel pays. Le dire, c’est enfoncer une porte ouverte. Or, l’inquiétude des juifs de France était parfaitement justifiée. Et Israël a légitimement répondu à cette inquiétude diffuse. L’Agence juive a fait son travail, et rien que son travail. Je n’ai donc pas le sentiment d’une instrumentalisation injustifiée de la situation par Israël, en 2004 et 2005.

Non classé

Sur Iqra TV, le dignitaire religieux saoudien Saad Al-Breik déplore que « quiconque dise du bien d’Hitler soit accusé d’antisémitisme. »

Ce que dit Saad Al-Breik : « Concernant l’appel à la liberté d’opinion, que devient cette liberté quand on évoque l’Holocauste ? Où est cette liberté, quand on incrimine toux ceux qui parlent de sémitisme ? Où est celle liberté quand le fait d’évoquer les dirigeants d’Israël, depuis toujours et jusqu’à nos jours par des caricatures présentant leur caractère nazi ou la nature sanguinaire de leurs actions, ou les présentant comme des criminels de guerre, quand tout cela est considéré comme une provocation antisémite sanguinaire ?

Better Tag Cloud