11 août 2020
Non classé

La mesure Bayrou, 2 emplois sans charges : un gâchis d’argent public sans grand effet sur l’emploi

François Bayrou a frappé le public par une mesure à grand spectacle : permettre à chaque entreprise d’embaucher 2 emplois nouveaux sans charges sociales.Sous-entendu, compris par presque tous les auditeurs : 2,5 millions d’entreprises françaises à 2 emplois, cela fait 5 millions ; le chômage est résorbé. En fait, un chiffrage de cette proposition, confirmé par l’UDF, montre qu’elle générerait au maximum 900.000 emplois supplémentaires en 5 ans mais au prix d’un gâchis d’argent public formidable : pendant le même temps, deux millions d’emplois, qui auraient été créés de toutes façons (1), bénéficieront en effet de la mesure.

Non classé

La France, l’ AIRBUS , l’Europe et les élections…

Comme dans l’ aéronautique il faut se demander :
Qui tient les commandes ?
Qui va payer le prix ?
Le prix de l’expansion géographique de l’Europe ?
Le coût humain et financier de ces inconséquences ?
Quelles sont les reponsabilités
Quelles sanctions pour les reponsables ?

Il faudra bien se décider à réagir rapidement
Comme en aéronautique il va falloir trouver un bon pilote
Qui sache sans tarder gérer les trainées (*)
Sinon : le CRASH !

Irak : le choix

J’en appelle à mes collègues du Congrès pour prendre du recul et réfléchir attentivement à ce qui doit être entrepris maintenant
Voilà ce qu’a écrit Joseph Lieberman, Sénateur indépendant du Connecticut dans www.OpinionJournal.com émanation du Wall Street Journal :
” Depuis deux mois que le 110ème Congrès siège, Washington n’a jamais été plus divisé sur notre mission en Irak. Le Sénat et la Chambre des Représentants se préparent pour une guerre de tranchées parlementaire – piégés en une division et une confrontation croissante qui ne résoudront pas les dures échéances auxquelles nous faisons face en Irak, ni ne renforceront notre nation par rapport à ses ennemis terroristes dans le monde.
Ce qui est remarquable à propos de cet état de choses à Washington, c’est combien il est éloigné de ce qui se passe réellement en Irak. Là-bas la bataille pour Bagdad est en cours. Un nouveau commandant, le Général David Petraeus, a pris le commandement, ayant été confirmé par le Sénat par 81 voix contre 0, il y a seulement quelques semaines. Et une nouvelle stratégie est mise en œuvre avec des milliers de nouveaux soldats américains, affluant vers la capitale irakienne.
Le Congrès se trouvera donc devant un choix, dans les semaines et les mois à venir. Accepterons-nous que nos actions soient influencées par les conditions en voie de changement sur le terrain en Irak- ou par les politiques ou les idéologies forgées il y a longtemps à Washington ? Qu’est-ce qui nous importe le plus : le vrai combat là-bas ou le combat politique ici ?

Non classé

Écouter la France qui gronde

Décidément, les Français ne sont pas sortables : 51 % d’entre eux ne voient pas l’immigration comme une chance (sondage Ifop du 5 mars 2007), alors que cela fait plus de vingt ans que le slogan leur dit le contraire. Le philosophe Marcel Gauchet remarquait (Le Point, 17 août 2006) : « Il n’est pas possible de suggérer que l’immigration pose des problèmes sans être taxé de lepénisme et de fascisme ». Voir l’opinion passer outre à ces intimidations devrait inciter les candidats à écouter plus attentivement le pays qui gronde.
L’actuelle mise en scène d’une nation rebelle, menée par un François Bayrou littéraire et rural, parlant béarnais et vivant là où les clochers carillonnent encore, est le symptôme le plus visible d’une nostalgie enfouie, qui gagne ceux qui voient culture et agriculture lentement disparaître.

Non classé

Le mal court

Ainsi, selon un sondage, a priori sérieux, de la B.B.C., Israël serait aujourd’hui l’état le plus impopulaire de la planète (56%), davantage que l’Iran nazislamiste (54%) ou que les États-Unis qui serrent de près (51%). Les trois observations que je vais maintenant émettre s’adressent uniquement à ceux qui pensent que ce jugement est monstrueusement injuste et immérité, c’est-à-dire, aux hommes de bonne volonté, qui n’ont pas l’obsession du complot et de la provocation. Il en reste encore.

Non classé

Le dirigeant iranien disparu est passé à l’ouest !

La presse française fait actuellement état de la disparition d’un général de la milice des Pasdaran et selon Delphine Minoui, l’homme aurait été enlevé par la CIA et le Mossad. Ceci est la version du régime (reprise et diffusée docilement par la correspondante du Figaro en Iran qui est devenue la porte-parole non officielle du régime). En réalité, le général Ali Reza Asghari, 63 ans, important agent de liaison avec le Hezbollah, détenteur d’information de première importance est passé à l’ouest.

Better Tag Cloud