5 août 2020

Maurice Papon a-t-il été la vraie cheville ouvrière de la déportation des Juifs de Bordeaux ?

La question est revenue d’actualité depuis les récentes déclarations de Raymond Barre à ce sujet. Un livre d’entretien ” La vérité n’intéressait personne” entre Michel Bergès, professeur de sciences politiques à Bordeaux, et précisément Maurice Papon, donne quelques indications à ce sujet ; l’on peut les récuser d’emblée comme tenter d’en évaluer la teneur en véracité; ce qui n’excuse rien ni légitime par ailleurs toutes les paroles prononcées par Maurice Papon ou Raymond Barre, en particulier sur l’attentat de la synagogue rue Copernic et sa déférence vis-à-vis de Gollnish ; concentrons-nous seulement sur Papon lorsqu’il arrive à Bordeaux alors que la rafle et la déportation est déjà en route ; essayons de comprendre s’il a été un pion ou le cerveau de l’infamie.

La Palestine suscite des mensonges

C‘est la mode aujourd’hui chez les antisémites et chez ceux qui ont la haine viscérale d’Israël de dire qu’on les fait taire, alors qu’on n’entend plus qu’eux dans la cité. Dans le cas où vous ne l’auriez pas su … le mois dernier, les campus universitaires des Etats-Unis, du Canada et de Grande Bretagne ont accueilli “la Semaine de l’Apartheid Israélien”. D’éminents érudits et artistes s’y sont réunis pour partager la même opinion, l’attitude exécrable de l’Etat d’Israël (vis-à-vis de ses minorités).
Cette blague étonnante a été présentée au Collège Hunter de New York, à l’Université de Toronto et même à Oxford et Cambridge, mais là c’est à peine choquant.
Ce qui paraît étrange, c’est l’augmentation sensible ces dernières années du dénigrement systématique de l’état d’Israël et pas seulement dans les universités, et surtout l’influence croissante de Juifs opposés à Israël. L’inversion de la vérité y est devenue monnaie courante, alors que les communautés juives fêtent Pourim, la commémoration d’un holocauste évité ou plutôt renversé. En effet, on fait passer un minuscule état Juif pour le puissant oppresseur de vastes univers arabes et musulmans.

Non classé

Histoire du Climat depuis l’an Mil

Dans son second volume, (page 14, champs-Flammarion), Emmanuel Leroy Ladurie écrit : ” Donc, hivers moins doux, gels plus fréquents, neiges plus abondantes dans la seconde moitié du XVIème siècle. Voilà qui dénonce une flucuation thermique inverse (mais symétrique) de celle qui se produira après 1850-1880 : quand les hivers deviendront plus doux et les gels moins fréquents et moins sévères que dans la première moitié du XIXème siècle. (…)”. Page 32 : ” La phase interséculaire de crue des glaciers alpins (1590-1850), péniblement reconstituée grâce aux documents, apparaît , tout à coup, à l’échelle des millénaires, simplement comme un cas particulier, d’un phénomène récurrent, comme une péripétie multiséculaire venant après quatre ou cinq autre du même style, qui l’ont précédée. Même idée pour la phase, jusqu’ici séculaire, de décrue des glaciers alpins. Elle est en cours depuis 1860 ; et on ne sait pas encore si elle va se terminer en quelques décennies, ou persévérer un ou plusieurs siècles”.

Non classé

REVUE DE PRESSE (Proche-Orient) DU 13 mars

Darfour : Khartoum disposé à accepter un rôle très limité de l’ONU

Moscou retarde le lancement du premier réacteur nucléaire iranien

Solana au Proche-Orient

Elections mauritaniennes : vers un régime démocratique ?

L’Iran émet un nouveau billet de banque portant un symbole nucléaire

Israël rappelle son ambassadeur au Salvador retrouvé nu et ivre !

Non classé

François Bayrou ou les impasses de l’extrême centre

Rappel à l’ordre de nos hommes politiques, baudruches qu’il s’agit de dégonfler de peur qu’elles n’explosent en touchant les limites de la stratosphère, comme le fait à propos de l’inénarrable François Bayrou, candidat dilaté à l’hélium médiatique, dans les lignes implacables qui suivent, Germain Souchet :

Impossible, désormais, d’ignorer le «phénomène» François Bayrou. Cela fait plusieurs semaines que, dans les enquêtes d’opinion, il a franchi la barre des 10%. Depuis une bonne vingtaine de jours, il dépasse régulièrement les 15% d’intentions de vote et a atteint, de manière répétée, des scores compris entre 17 et 19% des voix au premier tour, les derniers sondages le plaçant même au-delà du chiffre symbolique des 20%.

D’aucuns persistent à n’y voir qu’un feu de paille et prédisent à François Bayrou la même dégringolade que celle de Jean-Pierre Chevènement en 2002. C’est oublier un peu vite que les mêmes commentaires sarcastiques avaient accompagné la montée en puissance de Ségolène Royal au printemps dernier, en vue des primaires socialistes. C’est ne pas se souvenir que Jean-Pierre Chevènement n’avait atteint le seuil des 14% d’intentions de vote que dans une poignée de sondages à la mi-janvier 2002, alors que nous sommes déjà mi-mars.

Better Tag Cloud