11 août 2020
Non classé

Ou est donc passée l’école primaire communale ?

Les couloirs du métro, à la station République, arborent de belles affiches au sujet des professeurs et du soutien scolaire.
Sur l’une, on peut voir exposé un problème : un de ceux que, lorsque j’étais écolier, on appelait un problème de train. A cette époque, il y avait aussi les problèmes de baignoire : Il fallait alors trouver en combien de temps une baignoire vide se remplira tenant compte de son volume indiqué et du débit du robinet*. Le problème pouvait se corser quand on complétait l’énoncé en vous indiquant : que la bonde de la baignoire n’était pas mise et quel était le débit d’évacuation de l’eau par seconde ou par minute. Nous résolvions chaque semaine ce genre de problème.

Non classé

Islam et raison

Nous avons, ailleurs, esquissé une analyse centrée sur l’Islam et son rapport au mal. Il s’agissait de se tenir à égale distance de la distinction qui se voudrait absolue entre Islam et islamisme, et de la réduction de l’un à l’autre. Nous repérions ainsi un mysticisme de fond (dont le soufisme serait une des modalités) propre à l’Islam en ce que celui-ci ignore la doctrine du péché originel. Parce qu’il n’est pas encombré d’une faute qui le dépasserait, le musulman a le pouvoir de tendre vers la lumière divine sans médiation.

Non classé

La République du chaos (ou du K.O. ! )

L‘une des marques de l’État socialiste, comme nous le disons souvent, est que l’État atteint une obésité et une complexité inimaginables. Le législateur entasse les usines à gaz avec les usines à gaz, lesquelles s’enchevêtrent perpétuellement entre elles. Il en résulte un désordre permanent dans la loi. Personne ne sait où se trouve la loi. Plusieurs nouvelles nous arrivent ces jours-ci à ce sujet et illustrent ce constat.

Non classé

Lucie Aubrac aura échoué…

Lucie Aubrac, la résistante, inhumée aux Invalides, aura-t-elle réalisé, avant de mourir, que son combat pour la liberté n’a pas atteint ses objectifs ? Que la France n’aura été libérée que pour sombrer à nouveau ?
L’Europe se nazifie à toute vitesse depuis 1970. Nous ne reviendrons pas sur la désinformation quotidienne dont font l’objet les conflits israélo-palestiniens et irakien. Il est tout à fait commun, en France d’exiger d’Israël qu’il se conforme à des “plans de paix” suicidaires. La viabilité de l’état hébreu, la survie de cette démocratie, seul peuple au monde à être composé majoritairement de Juifs, ne pose aucun problème de conscience aux Européens.
La Grand Rabbin d’Allemagne notait : “Les Européens n’ont aucun problème à célébrer les Juifs morts durant la Shoah. Ce sont seulement avec les vivants qu’ils ont un problème.”
“Plus jamais Auschwitz”, ont clamé les victimes au lendemain de la guerre. “Plus jamais la guerre”, leur ont répondu les Européens, répétant tels des autistes les paroles ayant précisément conduit à la deuxième guerre mondiale.
Lucie Aubrac aura échoué, et avec elle Primo Levi, Elie Wiesel et toutes les autres personnalités qui ont écrit sur la Shoah et le nazisme en pensant ouvrir les yeux de leurs contemporains.

Non classé

Une exigence de libéralisme

À mon sens, à en croire Alain Madelin et, par Dieu, pourquoi ne croirait-on pas ce grand penseur libéral, le temps des libéraux est désormais ouvert en France.La meilleure preuve (virtuelle ?) en est que d’après un sondage IFOP réalisé à la demande du CEVIPOF et du ministère de l’Intérieur, 61% des Français se disent favorables au libéralisme contre 55% pour le socialisme. Dans le même temps, 63% de nos compatriotes, généralement plus lucides que nos pseudo-élites captives de schémas de pensée obsolètes, se disent favorables à l’octroi de davantage de liberté à l’entreprise.

Non classé

Votons pour une France solidaire ?

Les élections présidentielles en France sont l’occasion d’une surenchère de promesses dont le surcoût budgétaire est estimé de façon fantaisiste. Le marchandage promesse contre voix favorise malheureusement plus les collectifs de la dépense que ceux de l’épargne de nos deniers. C’est dans ce contexte que le Centre de recherche et d’information pour le (sous) développement (Crid) a lancé son collectif «2007 : urgence planétaire » pour une campagne baptisée « Votons pour une France solidaire ». Solidaire, quand on entend ce terme à la mode on devine déjà de quoi il s’agit : mais d’un effort supplémentaire bien sûr de la part de ceux qui travaillent déjà à nourrir leur famille. Le programme de ce collectif consiste à interpeller les candidats sur les questions de l’immigration, des pays du Sud et sur l’environnement. Imposez nous cette solidarité pour avoir nos voix, quant à savoir si celle-ci profite à ceux qui en ont vraiment besoin voilà un hors sujet qui n’a plus lieu d’être, chacun sait déjà que les plus nécessiteux sont les moins à même de capter la manne solidaire.

Better Tag Cloud