30 septembre 2022

Yes, we can’t !

Lu sur Causeur un article de Luc Rosenzweig : " Un grand philosophe trop tôt disparu, Robert, dit Bobby, Lapointe nous raconte, dans une parabole mammaire, qu’une certaine Françoise, que l’on appelait Framboise, était parvenue à augmenter le volume de sa poitrine grâce à “un institut d’Angers, qui peut presque tout changer, excepté ce qu’on ne peut pas”.

À l’heure du “Yes we can !” et du ressassement à l’infini de la possibilité d’un autre monde conçu et réalisé par des hommes meilleurs, il n’est pas inutile de rappeler cet “excepté ce qu’on ne peut pas”. Celui-ci distingue la pensée lapointienne des idéologies post-modernes de la volonté proclamant la toute-puissance de l’homme sur son destin individuel et collectif. Lapointe ne stigmatise pas le progrès des sciences et des techniques, mais il en marque la limite.

En quelques décennies, on est passé de l’utopie d’un homme nouveau bâtissant une société idéale, prospère et solidaire à une eschatologie du sauvetage en catastrophe d’une planète menacée par l’homme ancien, bousilleur impénitent de son environnement (…).

Lire la suite :

http://www.causeur.fr/yes-we-can’t,2785

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


%d blogueurs aiment cette page :