28 novembre 2021

Des juifs se mobilisent pour la capitulation d’Israël

Des personnalités juives européennes « engagées pour  une paix entre Israéliens et Palestiniens »  s’apprêtent   à lancer un ‘’Appel à la raison ‘’, jugeant notamment "dangereux" un "alignement systématique sur la politique du gouvernement israélien".
 
Le nouveau  mouvement, intitulé J Call, pour "European jewish call for reason" devrait être officialisé  ce lundi, 3 mai à Bruxelles. Sans nier "la menace des ennemis extérieurs", les auteurs du texte soulignent le "danger" lié à "l'occupation" et à "la poursuite ininterrompue des implantations en Cisjordanie et dans les quartiers arabes de Jérusalem Est" qualifiées d'"erreur politique" et de "faute morale". Parmi les signataires figurent notamment Elie Chouraqui, cinéaste, Daniel Cohn-Bendit, député Vert européen, Boris Cyrulnik, psychiatre, Elisabeth de Fontenay, philosophe, Georges Kiejman, ancien ministre et avocat, Bernard-Henri Levy, philosophe, Pierre Nora, historien, membre de l'Académie française, Elisabeth Roudinesco, psychanalyste, Maurice Szafran, PDG de Marianne. Elie Barnavi, Avi Primor, Zeev Sternhel sont  aussi parmi  le collectif Jcall.

Il est regrettable que ces intellectuels qui se présentent comme « des personnalités et des membres d’associations juives européennes, engagées depuis toujours dans le combat pour la paix au Moyen-Orient  »  choisissent  de se mobiliser dans le sens des munichois,  sous un nouveau label dénommé JCall, pour la capitulation de la seule démocratie encore débout au Proche Orient.

Ces intellectuels, qui rivalisent de malhonnêteté  intellectuelle, mènent en vérité  un nouveau type de militantisme désinformateur. Ils  jouent contre leur propre peuple en présentant Israël comme seul responsable de l’impasse  actuelle dans la région. En agissant ainsi ils  font plus de mal à la communauté juive que les antisémites non juifs car le monde  les prend en exemple.

Ces intellectuels juifs, en France et ailleurs, qui épousent systématiquement les concepts et terminologies  des ennemis d’Israël ("l'occupation" ;  "colonisation" ) n’ont pas une idée sur l’impact négatif de leur démarche et des théories les plus pourris qu’ils nourrissent .

Ils oublient des choses ; que les juifs venaient de perdre 6 millions des leurs.  Ils oublient l'aspect religieux du lien des juifs avec cette terre. Ils Oublient que le peuple juif n'avait jamais eu d'autre capitale que Jérusalem, et que celle-ci n'avait jamais été, non plus, la capitale d'aucun autre peuple. Ils oublient que les  palestiniens appuient encore  la demande d’un état palestinien du Jourdain jusqu’à la mer. Ils oublient que la violence monstrueuse des attentats palestiniens planent toujours sur les agglomérations  israéliennes.  Ils oublient  que les initiatives de paix d’Oslo et la poignée de main à camp David et la « Road Map » et aussi « la terre en échange de la paix » sont devenues  un fiasco et un encouragement à la violence.

Les accords d’Oslo, concédés par Israël sous la pression internationale, la création de l’Autorité Palestinienne, confiée à la clique terroriste de Yasser Arafat, puis l’abandon par Israël de Gaza aux mains de cette clique, ont été des erreurs impardonnables faites dans le passé, pour rien. Les Israéliens se sont rendus compte que leur politique n'avait pas porté ses fruits.
 
L’Etat terroriste du Hamas à Gaza – a donné à Israël toutes les raisons de croire que les Palestiniens vont poursuivre leur guerre contre Israël après avoir empoché leur Etat en Judée, Samarie, et à Jérusalem. Par conséquent, négocier l’établissement d’un Etat palestinien avant que la société palestinienne ne soit fondamentalement modifiée est une recette de désastre.
 
Il faut d’abord en finir avec les mollahs iraniens,  les fous du Hezbollah,  les allumés du Hamas et les tueurs du Fatah. Mais à quoi bon  faire des concessions à tous ces séniles,  puisqu’ils allèguent de façon mensongère  que c’est « la politique d’Israël » qui a bloqué le processus de la paix.

L’arrêt de la violence et de l’incitation à la haine est le préalable à toute démarche envers la paix. D'ailleurs la soi-disant Autorité Palestinienne, qui  reçoit  des millions de  dollars et euros, continue sans cesse  la glorification du terrorisme. Parmi les islamikazes palestiniens, beaucoup d’hommes certes… mais aussi des femmes ont aujourd’hui leurs noms gravés dans les rues palestiniennes.

Il est regrettable que ces intellectuels  juifs,  qui se présentent comme « des personnalités engagées depuis toujours dans le combat pour la paix au Moyen-Orient  »,  ne dénoncent pas  dans leur Appel à la raison  cette idéologie  partagée par l’OLP-Fatah et  qui est très largement populaire parmi les Palestiniens (sans parler du Hamas et du Djihad islamique)  qui incite les individus palestiniens à consacrer leur énergie, leurs potentialités et chaque instant de leur vie à défaire l’Etat juif . Israël doit donc  capituler selon Le collectif Jcall  sans  faire comprendre les palestiniens que leur mode de vie  actuelle est incompatible avec l’aspiration à la paix.

Ces personnalités juives européennes ignorent vraisemblablement  la base idéologique palestinienne  qui façonne les individus à vivre avec la haine, la vengeance, la guerre et la mort. L’incitation à la haine  est exprimée  aujourd’hui dans toutes les écoles palestiniennes ou jamais la carte d’Israël  n’est visible  !! Les manuels scolaires palestiniens sont  mêmes inspirés des brochures de propagande nazie. Jamais vous n'entendrez de message positif vis-à-vis d'Israël à la télévision.

Les Palestiniens sont aussi incapables de raisonner logiquement et de négocier quoi que ce soit. Toute sa vie M. Arafat a cru à une solution terroriste au problème palestinien, toute sa vie il a échoué, au prix de dizaines de milliers de victimes innocentes. La violence et l’enseignement à la haine d’Israël ont toujours cours légal dans les territoires de Judée Samarie placés sous l’autorité des « modérés » du Fatah .Des places, des avenues ou des gymnases y reçoivent encore le nom de glorieux assassins de civils israéliens.
 
Mahmoud Abbas, le bras droit d’Arafat et co-’organisateur de la tuerie de Maalot (27 morts dont 22 adolescents le 15 mai 1974) a honoré il y’a quelques jours  la mémoire  d’un des plus grands terroristes palestiniens, Yéhia Ayache, responsable de la mort de douzaines d’Israéliens dans une série d’attaques au cours des années 1990.
 
Le "modéré"  Mahmoud Abbas,  qui  recueille des  millions de  dollars et  d’euros, sème la haine de tout ce qui est israélien,  il maintient la haine et le fanatisme qui détruit le malheureux peuple arabe "palestinien", et contribue à perpétuer le pourrissement de la région. Ce sont ces réalités que  les personnalités juives européennes devraient affronter au lieu de pousser vers une  paix munichoise  avec un admirateur des tueurs d'enfants.

Israël a pourtant toujours essayé  de négocier avec les Palestiniens, dans le cadre d'un processus claire et bien définit qui a boutis à une paix juste et durable. Les Palestiniens n’ont pas voulu faire leur part du chemin.

Je me permettrais ici de rappeler  qu’Israël  a  déjà fait en sorte d’envoyer des messages rassurants mais malheureusement  les  palestiniens  ne se sentent pas concernés pas une paix durable avec leurs voisins.

Le Premier ministre Netanyahu a déclaré  plusieurs fois qu’Israël  est disponible  pour faire des efforts conjoints pour permettre la reprise des pourparlers avec l’Autorité palestinienne.   Pendant qu’Israël a  effectué des démarches qui permettront la reprise des pourparlers, les Palestiniens posent encore  des conditions préalables comme jamais on n’en a posées depuis les débuts du processus de paix.

Alors qu’Israël veut entamer le processus de paix immédiatement, l’Autorité Palestinienne continue de compliquer la tâche du Premier ministre Netanyahu. De plus, le palestinien Mahmoud Abbas n’a jamais aidé l’envoyé spécial des USA au Proche-Orient, George Mitchell, dont l’une des missions consistait pourtant à encourager un rapprochement entre Israël et les palestiniens.

Nous pouvons dire avec une quasi-certitude, que les “palestiniens” ne veulent pas la paix. C’est un fait validé par tous. Qu’on soit juif, musulman chrétien, d’Israël de Paris ou de New Delhi, tout le monde sait que les palestiniens (pas tous certes, mais les leaders d’opinion au moins) sont des personnes abjects qui refusent la paix et la politique de main tendue proposée par l’Etat Hébreu.

Le gouvernement de Benjamin Netanyahu  cependant, qui comme tous les précédents, appelle toujours à des négociations immédiates et sérieuses et  insiste sur la nécessité de commencer les pourparlers sans conditions préalables. La présence  du Premier ministre Binyamin Netanyahu à Sharm el-Sheikh, ce week-end , montre  à quel point Jérusalem est attaché  à la recherche de Partenaires favorables à la paix au sein du monde arabe pour faire un pas vers la paix.

Je souhaite  que  les représentants de la Ligue arabe auront aussi ce désir  et soient plus courageux pour aller de l’avant. Je souhaite que les palestiniens entreprennent aussi  des démarches pour prouver leur sincérité d'aboutir à la paix, et cessent leurs  actions d’hostilité dans les médias.

Ftouh Souhail, Tunis
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :