Archives:

Á propos de l’Harry Potter mania (esquisse)

Ainsi, alors que la littérature, même adolescente et enfantine, BD comprises, a disparu, du moins en grande majorité, dans les confins du trauma quasi incestueux, du fantasme uniquement érotisant et frissonnant, et du misérabilisme social unilatéral -adieu Jules Vernes, Alexandre Dumas, Victor Hugo-, issus tous trois du paradigme obligatoire marxo-freudo-soixantehuitard (seules les dessins ...