11 août 2020

Le camp des patriotes

(…) Cette impatience croissante contre l'apathie des dirigeants face au nazislamisme, ne se manifeste pas que dans la vieille Europe. Hier, à Tel Aviv, quelques tonnes d'alterjuifs braillaient devant un bureau ministériel, en faveur des occupants arabes. Deux choses m'ont retenu de réagir :

1 – le taxi qui me conduisait, les a copieusement maudit,

2 – les passants faisaient comme si aucune saleté ne polluait l'endroit.

Mais il y a bien plus grave : – les ordres stricts donnés aux soldats, de ne pas réagir aux agressions sanglantes, commises. Non seulement cela fait des années que cette ineptie suicidaire perdure, mais les rats de palais israéliens sont de plus en plus enragés, contre ceux qui montrent la moindre contrariété, due à ces ordres absurdes. Dans l'anonymat, de plus en plus de soldats, de gradés, et même quelques officiers de haut rang, grognent de plus en plus fort. En vain jusqu'à présent, car on les entend très peu. En effet, d'une part, les vrais patriotes hébreux n'ont plus de représentant à la Knesset (l'Assemblée nationale israélienne). D'autre part, bien que très lus, par rapport au reste de la presse, on ne trouve pas dans tous les kiosques, les titres de la presse patriotique, où ils s'expriment, Makor Richone et BéShéva, par exemple. Alors que l'immonde en hébreu, sous perfusion financière permanente, accompagne souvent l'original en français, dans presque tous les kiosques fréquentés de Tel Aviv.

 En attendant un très hypothétique changement de directives face aux nuisances, les soldats hébreux imaginent toutes sortes de stratagèmes, pour pouvoir quand même, en éliminer légalement, autant que faire se peut. Evidement, ils ne peuvent pas divulguer les scores, mais heureusement, quoique modestes, ils ne sont pas nuls. Les neuneux, les tordus, la fausse droite et la gauche, israéliennes, justifient ce laxisme contre les nazislamistes locaux, en prétendant qu'ils ne sont pas un vrai danger.

Selon eux, le seul vrai danger serait la bombe des radirans. Or, si effectivement cette bombe persane serait un vrai danger existentiel, TOUT le pays ne cesse de faire le nécessaire pour s'en prémunir. Outre le fait que ce danger, aussi terrible soit-il, est déjà circonscrit, il restera comme une menace potentielle tant qu'il ne sera pas détruit. Et il n'est pas sûr du tout, que les radirans aient réellement l'intention de mettre leurs menaces antijuives à exécution, s'ils en avaient les moyens. Or dans ce cas, les radirans se contenteraient de faire augmenter les pressions sur Israël, par les antijuifs au pouvoir dans le monde entier, pour accélérer ce que font déjà, de leur plein gré, tous les dirigeants israéliens, depuis la tragédie d'Oslo en 1993. A savoir : l'établissement officiel d'un enclos à nazislamistes, dans le coeur historique d'Israël.

Il y a tout de même un abime entre l'énervante retenue israélienne et l'islamisation forcenée, imposée aux populations européennes. Au delà des convictions politiques traditionnelles, les Israéliens sont très patriotes. Ils ont fait le service militaire, ils ont éprouvé par eux mêmes, la réalité de l'hostilité des occupants arabes à leur encontre. Si tous les occupants arabes en Israël ne sont pas des déchets, loin s'en faut, tous sont d'authentiques ennemis, potentiels, ou actifs. Majoritairement, les Israéliens ne veulent pas de l'enclos nazislamiste, pour lequel les antijuifs du monde entier font le forcing en soutenant les pires nazislamistes. D'ailleurs, la plupart des occupants arabes n'en veulent pas non plus, heureusement. Alors, en majorité les Israéliens laissent à leur gouvernement, la charge de gérer la situation.

Quelques soient leur couleur politique et leurs déclarations, la plupart des dirigeants israéliens se contentent de gagner du temps et d'éluder, sous les énormes pressions internationales. Bref, la malédiction de l'enclos nazislamiste en Israël, restera à jamais, une ligne d'horizon, ou une asymptote.

Par ailleurs, de plus ne plus nombreux, les Hébreux reviennent à leur Tradition, pas nécessairement de manière bigote. Ainsi, forts de leur identité, ils n'ont aucun souci à vivre aux côtés d'autres traditions. La leur devant faire la loi chez eux, bien sûr, malgré le relativisme suicidaire que s'acharnent à imposer les rats de palais israéliens. Si la retenue a castré des jeunes soldats, elle a en revanche exacerbé la volonté de revanche chez d'autres, beaucoup plus nombreux.

Last but not least, Israël va devenir un pays non seulement indépendant, mais exportateur d'énergie, donc un pays riche. En conclusion, on constate que malgré la mainmise quasi exclusive de la propagande de gauche, multiculturaliste et alterjuive en Israël, la population reste majoritairement saine et bien consciente du danger islamique.

 En Europe et en France, en particulier, la situation est différente. Les dirigeants ne font pas semblant de céder aux nazislamistes. Ils leurs cèdent d'abord par intérêt personnel, pour en tirer divers avantages et aussi, beaucoup aident par conviction, les nazislamistes, y compris, ceux qui nous envahissent. Abrutis par presque soixante-dix ans de propagande anti patriotique, en majorité les Français n'ont plus envie de défendre leur pays et encore moins ses traditions, ses valeurs et son histoire. Les efforts des patriotes commencent à peine à être perçus, au delà des milieux restreints où ils s'exerçaient. Toutefois, de très loin, la démographie reste le péril principal. Par dessus le marché, la tendance économique à long terme est à la récession, voire au sous-développement. Or contrairement aux souchiens, les envahisseurs ont l'habitude d'y proliférer. Donc, plus le temps passe, plus les Européens seront préoccupés par leur subsistance basique et moins par tout le reste.

 Pour le moment, la conscience de l'interconnexion des causes est très peu répandue dans les populations européennes et israélienne. Toutefois, elle s'exprime de mieux en mieux dans les vrais milieux patriotiques. En Europe, ces milieux n'ont plus rien à voir avec les nostalgiques du nazisme. Ces derniers sont d'ailleurs, complices des nazislamistes. Il appartient en priorité, aux Juifs européens, de promouvoir les alliances avec les mouvements agissant contre l'islamisation. En contrepartie, les mouvements anti islamiques doivent éviter les propos et les allusions antijuives, comme par exemple, celle contre la finance internationale qui ne citent que des noms de banques juives.

 Formons donc, ce camp des patriotes ! Défendons les valeurs que nous partageons.Ne laissons pas les collabos nous vendre aux nazislamistes. Unis nous vaincrons !

Jérusalem, le 12 Sivan 5773 – 22 mai 2013

5 réflexions sur « Le camp des patriotes »

  1. Ping : maillot de foot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Better Tag Cloud