27 novembre 2020

Attentat et non accident à l’origine de la catastrophe au Liban

Comme il a été déjà suggéré, il se confirme de plus en plus que l’explosion qui a ravagé Beyrouth et notamment son quartier « chic » ne peut pas être un accident et qu’elle est le fait du H’ezbollah, manipulé par l’Iran.

Le H’ezbollah est le responsable effectif du port de Beyrouth où un navire russe a débarqué en 2013, sa cargaison de nitrate d’ammonium, destinée normalement au Mozambique, pour des motifs qui restent à élucider.

Depuis de nombreuses années, le H’ezbollah fait la loi dans le pays et notamment sur le port de Beyrouth.

Comme je l’ai dit et comme l’a expliqué sur le net un ingénieur spécialisé, faire exploser du nitrate d’ammonium n’est pas une chose aisée. Cela nécessite différentes opérations, la mise en fosse, l’imprégnation d’un liquide inflammable, des détonateurs spéciaux, une première explosion contrôlée… et cela ne peut être qu’une opération organisée et préméditée. Le H’ezbollah, manipulé et aidé par l’Iran, est l’opérateur le plus plausible pour 4 raisons :

– l’énorme explosion a permis de différer sine die le verdict du procès d’affiliés du Hezbollah à la Haye, accusé du meurtre de Rafiq Hariri, ex-1er ministre (Orient-le-Jour : « Ce vendredi 7 août, le Tribunal spécial pour le Liban doit rendre son jugement sur le meurtre de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri, mort dans un attentat en 2005. Les accusés, affiliés au Hezbollah, seront jugés par contumace »

– l’énorme explosion a éloigné, voire annulé des émeutes de la faim prévisibles contre le H’ezbollah, du fait du désastre socio-économique dans le pays,

– en traumatisant la population, l’énorme explosion renforce la position du H’ezbollah dans le pays, ainsi que celle de son parrain, l’Iran,

– les énormes destructions ouvrent la voie à une reconstruction par les alliés de l’Iran, Chine et Russie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :